Comment s’entraîner en vélo quand on travaille 15 heures par jour ?

Comment s’entraîner en vélo quand on travaille 15 heures par jour ?

J’ai pris une claque de motivation en faisant l’interview de Gilles Lacrampes, chef de village au Club Med. Il travaille 15 heures par jour, mais arrive à s’entraîner en vélo et être un des meilleurs cyclosportifs français. Pour votre inspiration :

 

bannière bonus forme

Transcription de la vidéo :

Bonjour les amis, et bienvenue dans cette nouvelle vidéo de La Meilleure Cyclosportive de votre vie. Vous voyez, je suis dans un endroit magnifique, à Peisey-Vallandry en Savoie, j’ai été invité au Club Med pendant trois jours et là, j’ai rencontré une personne formidable qui s’appelle Gilles Lacrampes qui m’a mis une vraie claque en matière de motivation. Alors, juste pour vous situer le personnage et puis après on fait un très court interview de Gilles. Il a très peu de temps, mais il a été sympa de me l’accorder.

Gilles a 49 ans, il a à peu près 14 ou 15 podiums, presque une dizaine de victoires cette année dans sa catégorie d’âge, il finit quasiment toutes les cyclosportives, même les grandes, dans les dix premiers, donc un niveau de fou furieux à 49 ans. Vous allez me dire : C’est sûrement un mec qui n’a que ça à faire et qui fait que du vélo ! Ben, vous allez voir, quand on est motivé on se trouve des solutions, quand on ne l’est pas on trouve des excuses, eh bien lui, les excuses, il ne connaît pas trop.

bannière bonus motivation
« Gilles, merci encore une fois de ce séjour dans ton Club. Je voudrais te poser une question, Gilles, est-ce que tu pourrais nous dire ta journée type, de travail, entraînement, comment tu t’organises ?

– Ma journée type de chef de village dans un village du Club Med avec une capacité d’accueil de 800 personnes toutes les semaines et 200 G.O., on va dire que démarrage à 7 heures du matin, tour des différents services, propreté, entretien village, préparations, pour démarrer une journée. Premier briefing avec les chefs de service sur les objectifs de journée. Neuf heures, départ ski puisque tous nos clients partent au ski avec les différents moniteurs de ski et reviennent vers midi. Donc, 9 heures départ ski, 9 h 30 retour dans les différentes activités, services, retour avec les différentes équipes et différents managers, et puis je m’attribue une heure d’entraînement le matin, que ce soit ski de rando plutôt en dénivelé, un mille mètre de dénivelé ou montée de col, Landry – Peisey-Vallandry par exemple, qui représente à peu près 900 mètres de dénivelé, dans la matinée.

– Une heure à peu près ?

– Une heure à peu près.

– Avec un changement digne des meilleurs triathlètes…

– Voilà, je me change très vite. Arrivé dans le village après 45/50 minutes d’efforts, douche trente secondes, trente secondes pour remettre mes vêtements en sortant, c’est sur portant, sur cintres, une minute trente après, je suis dans le village, dispo pour accueillir les clients qui reviennent du ski, déjeuner, restau, travail, un peu relations publiques…

– Toi, tu fais le marathon, au passage, je le dis pour ceux qui… mais à tourner autour de toutes les tables, après ton entraînement du matin tu refais un marathon, tu marches énormément.

– Il y a beaucoup de tables, il y a 700 personnes au restaurant, donc on marche, on redescend, le village c’est un village qui fait 40 000 mètres carrés, donc on se déplace sur six étages, on marche beaucoup, effectivement il y a des marches, on descend, on remonte…

– T’as jamais mis un podomètre pour savoir…

– Je n’ai jamais mis, je voulais le faire parce que c’est intéressant de savoir ce que je peux parcourir dans la journée.
Je pense que ça rajoute à l’entraînement.

— Exactement.

– Vas-y, continue.

– Donc, après le déjeuner, départ ski, les clients repartent skier. Donc, là, préparations pour la soirée avec les spectacles, l’événementiel de la soirée. Je reste avec les équipes jusqu’à environ 14 heures, 14 h 30, et j’essaye de me retrouver une heure d’entraînement encore où là, je peux encore une fois faire une deuxième montée si possible, une deuxième montée à ski ou à vélo ou éventuellement un travail en salle selon la météo, selon la disponibilité de la journée. Salle de gym ici dans le village bien évidemment ou sur mon home-trainer perso. Retour des gens qui viennent de skier vers 17 heures, là goûter et préparation de la soirée avec le dîner, toutes les festivités d’avant le dîner, les groupes, les spectacles, les mini-clubs, les enfants. Et on se retrouve après avec le spectacle qui démarre à 21 h 30. Je fais le spectacle généralement, j’anime…

– On te voit dans le spectacle.

– Oui, j’aime bien danser au milieu des équipes, ça permet de garder aussi un peu la ligne et dépenser les calories qu’on a pu prendre dans le dîner, surtout pour ceux qui aiment le sucre comme moi. Spectacle, après spectacle, généralement ça se termine vers 23 heures/23 h 30, passage au bureau, minuit/minuit et demi sorti du bureau, voire même 1 heure du matin, je rentre tranquillement vers 1 heure/1 h 30. Donc, pas beaucoup de temps de sommeil, mais c’est un rythme que j’ai appris à maîtriser et à tenir. Le corps s’habitue un petit peu, en tout cas mon corps s’habitue à ce rythme. Même si quelques fois j’aimerais un petit peu dormir davantage.

– Oui parce qu’hier soir, tu me disais que tu avais fini à 3 heures du matin.

– Oui, 3 heures du matin.

– En continuant des animations, des fois y a des répétitions, enfin vraiment…

– 3 heures du matin pour me relever pour l’entraînement avec toi à 7 heures, donc quatre heures de sommeil pour attaquer directement avec du travail bien cardio, donc ça m’a bien réveillé et je suis en belle forme pour démarrer la journée, là je suis très bien.

–Bon, ben écoute, merci Gilles. Tu as un temps très précieux, aujourd’hui on est le jour de tes arrivées, merci de m’avoir accordé ce petit interview, je ne vais pas t’embêter plus parce que je pense déjà qu’on a tous pris une leçon. Quand on se cherche des excuses en disant : ah, j’ai pas le temps de m’entraîner, je trouve pas de machin… Y a un truc que tu n’as pas dit, c’est que même s’il tombe de la neige, qu’il y a de la neige sur les routes, tu vas prendre ton VTT, donc voilà, quand on est motivé on trouve des solutions, quand on ne l’est pas on se trouve des excuses. Ben, tu es un bel exemple, en plus tes résultats parlent pour toi.

– Alors, je sors sur des périodes pas très longues, mais avec une fréquence, et même sur du 45 minutes/une heure, on s’aperçoit que moi dans mon travail la disponibilité est faible, donc je suis contraint à sortir une heure, mais deux fois par jour ça permet de bien travailler. Oui même quand il neige, quand il fait froid, qu’il fait moins cinq, moins dix, bien couvert, les pneus de VTT, on monte, on pédale, du cardio, de la force, etc.

– N’importe qui se dirait : Nan, mais là, avec mon emploi du temps je peux pas rouler, là avec le temps qu’il fait, je peux pas y aller, toi tu trouves toujours un moyen, tu vas t’entraîner, d’ailleurs ça te donne une force dans les courses. Tu me disais souvent quand les conditions sont difficiles, le brouillard, la pluie, ben tu rattrapes des petits jeunes qui sont plus forts, mais c’est là où tu fais la différence.
Si je me trouve des excuses, je commence à faire du vélo au mois de mai, moi, avec mon travail, alors c’est un peu tard.
Bravo.

– Merci en tout cas, Nico.

 

Voilà les amis, vous l’avez vu, encore une fois une grosse claque de motivation pour nous tous qui des fois nous trouvons de bonnes raisons pour ne pas aller s’entraîner. Évidemment, on ne va pas tous jouer le Tour de France ou les meilleures places dans les cyclos, mais l’idée à la Meilleure Cyclosportive c’est de dire qu’on est des passionnés de vélo, qu’on aime le vélo sans se prendre la tête, mais on s’éclate plus quand on roule à 40 kilomètres-heure et qu’on fait souffrir tout le monde que quand on est à la peine à suivre à 30 kilomètres-heure, ou qu’on monte un col à 15 à l’heure sans respirer plutôt qu’en souffrant comme une bête à 10 kilomètres-heure. Donc, on peut s’entraîner quand on travaille beaucoup même qu’on a peu de temps, qu’on a une vie de famille, qu’on a tout ça, c’est parfaitement possible, c’est la leçon que nous donne Gilles. Maintenant, les amis, c’est à vous de jouer. Comme d’habitude, si vous avez aimé cette vidéo, cliquez sur « j’aime » et partagez-la à vos amis qui se trouvent de bonnes excuses pour pas se bouger les fesses. Et puis si vous voulez faire partie des cyclistes qui se bougent, eh bien, vous allez simplement vous abonner sur le lien qui est juste en dessous ou juste après. Vous allez recevoir gratuitement un bonus sur la motivation et chaque semaine vous recevrez les meilleures vidéos-conseils de La Meilleure Cyclosportive de votre vie, et ça complètement gratuitement directement dans votre boîte mail.
À bientôt les amis, à vous de jouer.

bannière bonus récupération

Articles relatifs

Attention à la fatigue mentale du cycliste

Il y a de très nombreux symptômes de fatigue mentale,...

Interview Guillaume Prébois: Le cycliste à l’eau claire

J’ai la chance de vous retranscrire cette semaine l’interview exclusive...

Entrainement Optimisé avec Thierry Bernard- La volonté

Lors de l’Explore Corsica j’ai eu la chance de rencontrer...

Commentaires (2)

christophe

BONJOUR NICO
Super témoignage de Gilles et respect à lui. Tout est question de volonté.

Bonjour,
Très sympas cette courte vidéo qui nous rappelle de passer à l’action. Après comme dit, le fait qu’il reste actif doit énormément jouer dans sa forme. Contrairement aux employés de bureau, il se déplace toujours. Je pense aussi que sa discipline lui permet de se dépasser sans compter sa capacité mentale à s’entrainer quelle que soit la météo.
Mais je me pose des questions. Nicolas tu conseils de ne pas refaire les mêmes types d’entraînements 2 fois de suite, mais je comprends qu’il travaille principalement la force en montée. Est-ce qu’il ne dit pas qu’il fait des séances d’endurance, à moins qu’il les fasse sur le home-trainer ? Ou le nombre de ses entrainements et la difficulté lui permettent d’être fort ?
J’attends impatiemment le prochain article.
Thomas

Ajouter un commentaire