12 commentaires sur “Interview Guillaume Prébois: Le cycliste à l’eau claire”

  1. martinez dit :

    Quel artice genial,il est bien evident que les moyennes horaires réalisées lors des étapes de montagne notamment,sont malheureusementhallucinantes.
    Je suis moi même ancien sortif de bon niveau et je continu a penser que le cyclisme ne serait que plus beau sans dopage.De l »entrainement du courage et beaucoup de mental.
    Felicitation pour cet article.

  2. Nicolas Elzeard dit :

    Merci Patrice,
    Je suis d’accord, le cyclisme serais plus beau sans dopage, car il y aurait plus de rebondissement.

  3. Jean-Baptiste dit :

    Son livre Moonrider est aussi très intéressant.
    Merci pour cette interview.

  4. karine dit :

    Passionnant cet article !

    Je vais le mettre sur Facebook….pour finir de convaincre ceux qui doutent ou qui croient encore au Père Noel !

    L’autre fois, j’écoutais un interview de Christopher Froome, quant à sa performance du jour. Le journaliste lui a demandé :  »Christopher, regardez moi dans les yeux et dites moi que vous n’avez rien pris comme produits dopants  » ?
    – Que voulez-vous que Froome réponde ?

    Peut être que quelques années plus tard, ce journaliste aura sa réponse ( la vraie ! ) !

    D’autre part, je retiens de ton article ( entre autre )  » : Un mental fort se détecte dès la cours de récréation où s’effectue la division entre enfants dominés et dominants. »

    Apprenons à nos enfants , sportifs, aimant la compétition, à trouver leur force dans leur mental et non dans les produits.

    Ce monde du sport de haut niveau me fait peur…surtout pour nos jeunes….pourront-ils éviter de se doper pour être au top !?

    Merci Nicolas pour cte interview très instructif que je cours mettre sur facebook
    Karine
    ps: le pluggin comment luv….??? hiih !!

  5. Nicolas dit :

    Oui Karine je penses qu’en renforçant notre mental on peut obtenir de meilleures performances. Et l’éducation de valeurs nobles comme l’intégrité et l’honnête en font parti.

    Un des seul point avec lequel je ne suis pas d’accord avec Guillaume c’est le fait que le mental est déterminé à la naissance.
    Comme le physique nous avons des predispositions mental . Le travail les renforces. Alors tout reste possible 😉

  6. Xavier Lombart dit :

    Bonjour Nicolas,

    Je vous remercie pour votre site que je viens de découvrir par l’entremise du blog de Guillaume.

    Merci de votre générosité concernant le manuel SMART training, que je trouve pragmatique et très accessible pour les profanes. Il me paraît bien mettre en exergue les principaux fondamentaux de la préparation sportive, ainsi que les erreurs à éviter.

    Bravo aussi pour les citations très pertinentes qui illustrent le propos, j’adore ça ;-).

    Personnellement, je trouve votre travail pédagogique très important, spécialement vis-à-vis des jeunes intéressés par le vélo, auxquels il faut faire comprendre que ce que l’on a pu voir au tour de France de cette année ne correspond pas à la réalité.

    Les « super-héros » (qualifions les de tels), c’est-à-dire ceux capables de remettre du braquet et de larguer leurs concurrents de manière foudroyante dans des murs à plus de 10% avec une température de 32°, n’existent pas dans la nature.

    En ce sens, je pense qu’on pourrait comparer le cyclisme pro actuel aux combats de catch de la WWF. Du chiqué, des résultats exigés par les bailleurs de fonds et les médias.

    Le plus triste, c’est que cela me paraît enlever le plus important aux vainqueurs : le plaisir et l’estime de soi. Le goût de leurs victoires semble leur paraître insipide.

    Cependant, loin de moi l’idée de clôturer ce commentaire dans le négativisme !

    Je pense, et continuerai à penser, que les choses peuvent changer dans le bon sens, petit à petit, pas à pas.

    Votre approche du cyclisme est positive sur le plan du développement personnel. Le corps ne peut suivre sans l’esprit.

    Comme dit la maxime « Mens sana in corpore sano » (ndlr : un esprit sain dans un corps sain !).

    Allez, une petite citation pour finir en beauté : Hubert Reeves (célèbre astrophysicien) a répondu un jour à un journaliste qui l’interrogeait afin de savoir s’il était optimiste ou pessimiste quant à une prochaine solution à un problème céleste : « je ne suis ni optimiste ni pessimiste, simplement déterminé. ».

    Bien cordialement,

    Xavier.

  7. Nicolas Elzeard dit :

    Merci Xavier pour ce super commentaire !

    J’ai été sportif de haut niveau « sain ». En triathlon Ironman. Ce qu’on faisait à l’époque paraissait dément au yeux de profanes et même de sportifs amateurs. Je suis optimiste et je crois que le corps humain à des capacités exceptionnelles. Mais pour les exploiter il faut un entrainement bien adapté, ciblé et programmé. Une hygiène de vie exemplaire, être jeune et avoir du talent,…

    Je ne veux pas être de la meute des sceptiques (trop nombreux dans le cyclisme) , même si comme beaucoup je me suis senti « le cocu » dans l’affaire Armstrong, Jalabert, Ulrich, Virenque etc… Je défendrais farouchement la présomption d’innocence parce que s’il n’y en a qu’un coureur sain il ne mérite pas le « tous dopé ».

    Par contre quand quelqu’un se fait prendre, on doit le descendre et lui faire payer très cher pour ne pas donner envie à d’autre de jouer au jeu  » Et si je me fais prendre c’est pas si grave ». Non si je me fais prendre je dois tout perdre et même plus, car je suis monté sur le podium à la place d’un autre.

    La commission parlementaire doit sortir les noms de l’enquête sur le tour 98 et le syndicat des cycliste pro met la pression pour ne pas la sortir ça c’est une honte.

    Pour le moment nous nous concentrons sur notre santé, nos entrainements, notre alimentation pour pratiquer notre passion avec plaisir et performance 😉

    A bientôt,

  8. Laurent Guyautat dit :

    Bonjour à vous ,
    J’avais beaucoup apprécié cet article en juillet dernier .
    Mais depuis que j’ai lu la revue « Sport et Vie  » de jan/fév 2014 je ne sais plus quoi penser . l’article en question est disponible ici : http://www.vo2cycling.fr/forum/general/84762-high-roads-by-guillaume-presbois?start=60
    ou bien sur les réseaux sociaux : https://twitter.com/fritsch_nicolas/status/424530211129282560
    La phrase  » J’ignore ce qu’elles (les pilules ) contiennent mais elles sont très efficaces  » m’a glacé le sang .
    A ma connaissance Guillaume Prébois n’ a pas réagi .J’ai tenté de lui envoyé un mail via son site mais sa page contact ne fonctionne pas .
    Si vous pouviez reprendre contact avec lui , ce serait intéressant de connaître sa réaction. Merci à vous et bonne continuation .

  9. Xavier Lopez dit :

    Bonsoir Mr.Prebois,

    tout d’abord, je ne peux que être respectueux des différents défis que vous vous êtes donnés et bien sur des performances qui en découlent, aussi bien physiques que mentales.
    Mais je dois tout de même relever certains points qui jettent l’opprobre sur les cyclistes professionnels et qui sont trés fortement discutables…

    -« L’usage de produits dopants est généralisé et obligatoire si l’on souhaite obtenir des résultats. », vous ne pouvez pas sortir une telle phrase alors que votre derniere expérience à l’intérieur d’une équipe cycliste professionnelle remonte à plus de 15 ans.
    -« L’Autre Tour a montré qu’on peut faire le Tour à allure sportive (…) mais les chiffres hallucinants des puissances développées par les pros dans les ascensions alpestres ou pyrénéennes montre que la ligne jaune est franchie », comparer « votre Tour » au Tour de France des professionnels est malhonnête car vous méme vous savez pertinemment que les puissances, les temps d’efforts et la récupération sont bien différentes. Tout simplement une étape de transition va être bien plus couteuse énergiquement pour quelqu’un seul face au vent que pour un cycliste bien au chaud dans un peloton même lancé à 50km/h… Un coureur du Tour de France a des « pics » de puissance (débuts/fins d’étapes, cols, bordures) mais sera la plupart du temps sur la « réserve ». Un cycliste seul n’aura jamais l’occasion de réellement l’être…
    -« Les équipiers qui, après avoir travaillé en plaine les premières étapes, dans le vent et la pluie ou la canicule, doivent rentrer dans les délais des meilleurs. Et finir à moins de 30 minutes de Contador ou Froome sur une étape de montagne de 250 km avec 3 cols Hors-Catégorie en 3ème semaine de Tour, c’est un miracle (qui s’explique par le dopage justement) », les délais d’une étape de haute montagne de 250km sont d’environ 45/50 minutes (selon temps du vainqueur etc), et non 30 minutes…
    -« On assiste au contraire à des attaques dès le kilomètre zéro en 3ème semaine de Tour. » On ne parle pas du méme coureur, le coureur qui la veille aura provoqué une violente accélération dans le dernier col et aura bataillé pendant 30min, n’attaque pas dés le km 0. Vous le savez pertinemment…

    Bonne soirée

    Bien sportivement

    Xavier Lopez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *