13 commentaires sur “Paris Roubaix comme un poisson dans l’eau”

  1. bernardo15 dit :

    Bonjour Nicolas.Bravo pour ta prestation.D’après tes commentaires,ce n’est pas du gateau!.les pavés, je connais,pour les avoir cotoyés lorsque je faisais de la compétition.Je vois que tu as pris du plaisir,c’est le principal malgré une distance de plus de 170km. L’ entrainement que tu as éffectué et que tu développes pour tes abonnés est super.bonne continuation.encore meri pour tes commentaires.à bientot.

  2. seb dit :

    bravo! c’est une cyclo que je guette depuis longtemps mais il faudrait que je tourne l’hiver pour arriver prêt!
    simple question: j’ai cru voir que tu l’avais faite avec le ckt 368, qu’en dis-tu sur ce type de revêtement?

    • Nicolas dit :

      Salut Seb,

      Malgrès mes pneus trop gonflé le confort est top, le rendement j’en parle dans l’article, il n’y a rien à redire et la maniabilité est excellente. je conseil !

  3. Une belle expérience vécue ensemble. Malgré les couacs de l’organisation et de la météo, on a passé une journée mémorable !

  4. Déchamps dit :

    Bonjour Nicolas
    moi j’ai fait Paris-Roubaix, y’à 30 ans et nous c’était chronométré et il fallait pointé un carton a 10 endroit de la corse, moi j’ai chuté dans la trouée d’ Arenberg, alors tous les ans je la regarde et surtout ce passage qui me rappel ma chute, cette année là je fini avec une pédale, car çà secoue tellement que j’avais perdu les 3 vis de ma pédale automatique, donc tu vois des souvenir j’en ai, mais l’ambiance est magnifique, les habitants du nord sont tellement sympas, que lorsque tu fini et bien tu est heureux de l’avoir fait
    amitiés
    Eric

  5. Déchamps dit :

    Juste une question Nicolas tu fini avec une moyenne de combien ?
    Eric

  6. Rubio dit :

    Salut Nicolas très interressant ta préparation physique hivernale et chapeau pour avoir fait Paris Roubaix a quand ta prochaine course

  7. Jean dit :

    Du mythe à la réalité…!! Enfin des propos qui renseigne véritablement l’amateur..! Bravo…et merci encore une fois…Jean

  8. steve dit :

    Bravo Nico !!

    Avec un cuissard Assos ça aide aussi un petit peu pour le confort surtout sur les pavés hein ?! 🙂

    A bientot

  9. jean-marc2a dit :

    Bravo Nicolas superbe épopée et bien racontée en plus ! Ta méthode, s’il était besoin de le redire, marche vraiment et je suis content d’avoir fait le choix de ton coaching pour préparer l’étape du tour…
    A prestu !
    😉

  10. Marc dit :

    Salut Nicolas.
    Respect Coach !
    Comme pour ton plan d’entrainement toujours excellant dans le récit et la précision des détails !
    Encore Bravo !
    Marc

  11. Bessonneau dit :

    Bonjour Nicolas, moi aussi j’ai fait Paris-Roubaix, c’était en 1988. Je me souviens que nous partions de Compiègne, et la distance faisait 248 km. J’ai eu la chance d’avoir du beau temps sec. Et la mal chance de casser un dérailleur parti dans les rayons, malgré une révision et préparation complète du vélo la veille. Heureusement nous sommes partis à 5 gars, et un vélo supplémentaire… pour parfaire mes ennuis du jour, en arrivant sur le vélodrome j’ai crevé. Même pas pu prendre le plaisir de faire un tour de piste digne de ce nom. Toujours est-il malgré toutes les recommandations prises ici et là sur les douleurs potentiels, moi se sont aussi les mains qui m’ont fait souffrir, à la fin je les mettaient en fer à cheval sur le haut du cintre et laissait faire celui-ci dans les soubresaut de la route. Content d’en avoir fini aussi. Et de beaux souvenirs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *