2 commentaires sur “Tout savoir pour grimper en montagne comme un avion”

  1. Jean dit :

    Je réitère mon message… » Tu feras de moi un meilleur cycliste  » !! Merci…encore une fois!! Jean

  2. Philippe dit :

    Salut Nicolas,

    J’ai beaucoup aimé tes explications sur l’entraînement en endurance: je n’aurais jamais pensé que ça pouvait se travailler en montagne tout en restant sous 80% FC max. Bon, la seule concession s’est de se discipliner à monter (beaucoup) moins vite que d’habitude… mais c’est toujours mieux que d’accumuler les heures de selle le long du canal à la tombée de la nuit.

    J’ai donc calé une séance de travail en force sur les 13 premiers km de Salut Nicolas,

    J’ai beaucoup aimé tes explications sur l’entraînement en endurance: je n’aurais jamais pensé que ça pouvait se travailler en montagne tout en restant sous 80% FC max. Bon, la seule concession s’est de se discipliner à monter (beaucoup) moins vite que d’habitude… mais c’est toujours mieux que d’accumuler les heures de selle le long du canal à la tombée de la nuit.

    J’ai donc calé une séance de travail en force dans ma sortie longue sur les 13 premiers km de notre « Ventoux » local, j’ai nommé le Grand Ballon. Ma principale crainte c’était que mes puls s’envolent dès que je me mettrais en danseuse. Il n’en a rien été, du fait de la cadence de pédalage basse.
    Mes principaux enseignements sont les suivants :
    1. Cet exercice peut se faire jusque 8% de pente (du moins pour moi), au-delà, je reste en prise même sur les 30 secondes de récup. N’empêche que c’est encourageant ;
    2. Les fréquences cardiaques restent très homogènes, ce que j’étais loin de penser ;
    3. On trouve assez facilement les braquets sur lesquels on tourne dans les fréquences voulues, contrairement à ce que je craignais et je voudrais profiter de l’occasion pour encourager à se lancer ceux que ce détail refroidirait. En tout cas, avec un bon vieux triple, on s’y retrouve 😉

    En conclusion, j’aime beaucoup ce mode d’entraînement qui me va très bien : je n’aime pas rouler sur le plat et continuer à bosser ses qualités tout en « faisant son foncier » c’est aussi ce qui s’appelle rouler intelligent.

    Alors longue vie à la meilleure cyclosportive de votre vie et continue de trouver plaisir et satisfaction dans ta documentation, préparation des vidéos et ton entraînement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *