Articles

Rejoignez-moi au Tour des stations

Si tu aimes les cyclos en montagne, super bien organisées et tout pour les coureurs, et que tu veux me retrouver, je...

Triathlon Half d’Aix en Provence 2019 partie N°1 : L’engagement

La source de ma motivation

Pour comprendre mon implication dans ce challenge de refaire un triathlon à Aix en Provence il faut remonter 10 mois en arrière pendant l’été 2018.

Je suis dans une période de ma vie où tout va bien, ma vie de famille est harmonieuse même si nous rencontrons des difficultés nous savons y faire face ensemble et la plus grande partie de notre temps est consacré à des jeux et des éclats de rire. Je suis en bonne santé et mes proches aussi et mon entreprise a pris un rythme de croisière qui m’apporte de la sérénité sur le plan financier et de la liberté en termes de temps

Besoin d’un challenge

Pourtant Eric J. un de mes collègues préparateur mental me fait toucher du doigt que je manque un peu d’énergie et d’enthousiasme. Après un petit programme pour identifier ce qui se passe, on pointe que j’ai besoin d’un challenge, un truc inspirant qui active (ou réactive) mon feu sacré, qui stimule mon énergie vitale.

Je recherche dans mes passions : le vélo, la musique sans trouver le déclic, je recherche un beau projet qu’on pourrait faire avec les enfants (un tour du monde, construire une cabane en forêt, …) mais je ne trouve pas d’allant naturel, non plus.

La révélation

Puis en lisant le récit de Fred C. un copain qui se met au triathlon à 50 ans, je sens monter en moi le désir profond et puissant de refaire un triathlon. Je roule 2 ou 3 fois par semaine et fait quelques courses par an avec des résultats honorables.

J’ai repris la natation pour muscler mon dos depuis un an, une fois par semaine (erreur car une fois par semaine on ne progresse pas, donc le plaisir est très long à revenir).

Le problème c’est la course à pied, j’aime courir. Lorsque j’étais jeune j’allais courir pour me vider la tête en écoutant Rocky dans mon walkman ou en me prenant pour Forest Gump. Mes premières compétitions au collège ont révélé chez moi un certain potentiel et dans mes meilleures années de triathlon je pouvais courir un 10km en fin de triathlon en 34 minutes.

Mais avec l’âge (49 ans) et mon gabarit (1,86 m et 82 kg) la course à pied est devenue douloureuse au-delà de 30 minutes, si bien que j’ai quasiment fini par l’arrêter depuis 5 ans.

Prise de conscience

Triathlon, Half d’Aix en Provence 2019, motivation, course, engagement, véloEn me plongeant sur les parcours du triathlon d’Aix 2019, sur internet, je vois que le parcours est fait pour moi, très roulant en vélo avec un peu de dénivelé. Je suis un rouleur qui vit en montagne donc pour un « grosses cuisses » je passe bien les cotes sur 3 ou 4 km. Aussi ce sont mes routes d’entrainements de mes années universitaires à Aix en Provence où j’ai eu la chance de m’entrainer avec les meilleurs triathlètes Australiens de l’époque. L’envie monte de plus en plus.

Deux ou trois potes me disent qu’ils se lancent aussi dans l’aventure, dont Benjamin S avec qui nous avons de belles courses dans notre jeunesse. Il n’en faut pas plus pour me décider !

Les premières actions pour ancrer mon engagement

Mi-septembre je prends la décision de m’inscrire, mon objectif est de refaire un triathlon longue distance avec plaisir. En fait j’ai toujours fait des triathlons au maximum de mes possibilités pour faire une place, là je veux déguster toute la course. Je sais que pour me faire plaisir le jour J il va falloir que je me prépare bien avant.

ENGAGEMENT n°1 : Je m’inscris à la course

Je regarde mon emploi du temps s’il est possible de dégager 2 entrainements en natation par semaine sur les 8 prochains mois ? 3 séances de courses à pied et autant en vélo ? La réponse est « ça va être tendu » mais je vois la possibilité de faire 2 stages de 4 ou 5 jours en plus, ce qui pourra me permettre d’augmenter le volume.

Je contacte Mathieu Papin qui est un des meilleurs entraineurs en cyclisme et triathlon que je connaisse, très précis, rigoureux j’ai besoin de lui pour calculer mes charges d’entrainements au plus juste et avoir un retour confrontant sur mes entrainements et ma progression.

Par expérience les coachs qui se font leurs plans d’entrainements eux-mêmes sont soit trop exigeants ( et c’est souvent la blessure) soit trop arrangeant avec eux ( et la progression est limitée). Mathieu me dit ok à partir de décembre (c’est ça les bons coachs ! Ils sont rarement disponibles tout de suite).

ENGAGEMENT N°2 : J’embauche un coach

Je me dis qu’avant de refaire un triathlon longue distance il serait bien que je me programme 1 ou 2 triathlons en début de saison sur courte distance afin de retrouver quelques automatismes. Mais le calendrier 2019 n’est pas encore sorti. Je cherche alors un triathlon sur la côte d’Azur pour le climat avant la fin de l’année. Le seul qui a encore des places est le Half de Bandol.

Recommencer par un triathlon longue distance n’est pas la meilleure idée ! Je sais que la natation ne posera pas de problème mais c’est un bon test de nager 1900m en mer.

Pour le vélo pas de problème, les 90KM sont même sélectifs avec 1800m de dénivelés positifs, je suis plutôt en forme en cette fin de saison et cela sera l’occasion pour moi de me faire plaisir.

Et pour la course à pied je décide de faire seulement 7km qui est un triathlon courte distance. En faisant cela je ne me trouve pas une excuse pour ne pas m’inscrire, au contraire je m’investis dans la préparation de triathlon le 14 octobre.

ENGAGEMENT N°3 : s’inscrire à un triathlon à court terme pour commencer sa préparation tout de suite.

Triathlon, Half d’Aix en Provence 2019, motivation, course, engagement, véloLe triathlon de Bandol se passe bien, à la natation je me fais secouer au départ dans « la machine à laver » des 700 concurrents qui partent ensemble pour tourner à la première bouée au bout de 200m, je sors dans les 120 premiers en 36 minutes ce qui est loin de mes performances des années 90 mais en nageant 1 fois par semaine je ne pouvais espérer mieux.

Le vélo se passe très bien car le vent est assez fort ce qui avantage les gros gabarits sur les partis roulantes, je rentre au parc pour la deuxième transition dans les 20 premières places, je ne me sens pas fatigué mais je sens tout de suite que mes jambes n’ont plus l’habitude de passer du coup de pédale à la course à pied. Je suis raide et je ressens une forte douleur lombaire.

La fin du premier tour arrive juste à temps je m’arrête comme prévu satisfait de ma reprise et d’avoir su rester sage. En rentrant chez moi je prends rendez-vous avec Laetitia une coach spécialiste du Pilate, une discipline de renforcement spécialisé dans les muscles profonds ce qui est indispensable en course à pied pour ne pas se blesser quand on fait plus de 80kg.

ENGAGEMENT N°4 : M’inscrire à un cours de Pilate sur 6 mois.

Vous allez me dire que j’aurais pu créer un engagement plus fort encore en parlant autour de moi et particulièrement sur mon blog rapidement. Cette technique s’appelle la pression sociale. Dans un premier temps je ne voulais pas que la pression soit trop forte pour rester connecter au plaisir qui est pour moi le moteur N°1 à activer et à entretenir.

De plus je n’étais pas sûr de mes capacités et un décalage trop grand entre niveau de pression et capacité ne crée pas les conditions optimales de stress pour relever un défi.

A suivre… Le déroulement de la course et les leçons à tirer

Pourquoi il ne faut pas rouler avec un capteur de puissance à vélo ?

Les capteurs de puissance sont partout ! Dans le peloton, dans les magazines, sur internet et même dans mes vidéos. Alors, est-ce...

Comment s'entraîner en vélo quand on n'a pas envie - Ma méthode qui fonctionne 9 fois sur 10

Si à toi aussi il arrive de ne pas avoir envie d’aller t’entraîner, cette vidéo va t’intéresser. Tunnel : https://lameilleurecyclosportivedevotrevie.com/bonus-4h7/ Bonus :...

Progresser sans passer des heures sur ta selle

  Tu veux savoir comment progresser sans rouler pendant des heures, et t’user la santé et les fesses ? Écoute bien la...

Le petit déjeuner d'avant course

Si pendant tes courses tu as des problèmes digestifs au moment du départ, où tu manques de jus à la fin de...
IronMan

Préparation pour l'IronMan sans perte de gras.. Mais pourquoi?

L’autre jour, j’ai entendu une histoire amusante…
(Venant d’un des triathlètes que j’entraine).

Il me disait que malgré tout son entrainement, et les contraintes que ça demande, il ne perdait pas un gramme.
Toujours cette petite bouée de la quarantaine au niveau du ventre.

iron man, toxine, gras, perte, athlète

À ton avis pourquoi ?

La raison principale ne se trouve pas au niveau de ses séances.
Elle est ailleurs.

L’alimentation

Là où ça coince, c’est sur l’alimentation.

Et il ne s’agit pas de moins manger.
(Une préparation à un Ironman est exigeante. Il est nécessaire de faire tourner la machine).

Le problème, c’est que son corps contient des toxines.

Et ces toxines restent là.
Stockées.

N’importe quel régime ne pourra rien pour toi.

Enfin…
Sauf si tu te concentres sur la bonne choses à faire.

À savoir ?

Détoxiner ton organisme.
Pour évacuer les déchets que tu gardes en toi.

Ce sont en plus ces derniers kilos (les plus difficiles à perdre) qui vont t’aider à exploser tes résultats.

Pour remédier définitivement à ce problème, je te propose de découvrir le programme 4kg en 4 semaine.

Les jus de légumes sont-ils bons? Je vous donne mon avis

Depuis plusieurs mois, on voit cette mode des « Elixir de vitalité ».
Des jus de fruits et légumes aux milles et unes vertus.

Mon avis là-dessus

Jus de légumes, vélo, fruits, acéruline, avisOUI, les jus de fruits et légumes sont bons.
À condition ?

De les faire (et boire) correctement.

Je te recommande vivement d’utiliser un extracteur à jus.
Contrairement au Blender, il va te permettre d’extraire les micro-nutriments dans les fibres
(Disons, qu’il le fera mieux).

Le gros intérêt, c’est que tu auras un plus gros apports en vitamines et minéraux.

Mais attention.

Tu auras aussi un apport plus conséquent en sucre.

Le top, c’est de prendre ces jus avant, pendant et juste après l’effort.

Juste avant…
Tu peux prendre des jus riches en sucres rapides.

Juste après…Jus de légumes, vélo, fruits, acéruline, avis
Tu peux te faire plaisir aussi (et coupler à de l’acéruline : parfait).

Par contre,

Avant de partir au boulot ?
Évite.

Il n’est pas bien intéressant d’avoir un pic glycémique lorsqu’on est assis sur une chaise.

Sauf si l’on veut fabriquer du gras…

Ce qui est tout le contraire de ce que je te préconise pour être performant en vélo.
Et c’est tout le contraire du programme : 4kg en 4 semaines (le programme qu’il te faut pour être affuté)

confiance en soi, reprise, compétitions vélo

Comment retrouver confiance en toi avant la reprise des courses vélo

En cette période de reprise des compétitions en vélo, Vtt ou triathlon, on a besoin de retrouver des repères et sa confiance pour oser attaquer, être audacieux, résister et gagner … Savais-tu que ta confiance en toi est directement liée à ta capacité à gérer ton stress ?

Plus tu te sens à l’aise dans une action, plus tu as envie de progresser, de faire des efforts, de te dépasser …Plus tu as de chances de réussir ton action et d’être performant !Notre confiance est directement liée aux succès, à la réussite des défis que nous relevons. « Le courage n’est pas l’absence de peur, mais notre capacité à les affronter ».Nous mettre en action quand on n’est pas à l’aise ou qu’on a peur, faire face à des défis est un moyen très pratico-pratique d’augmenter notre confiance en nous-même. Un moyen d’augmenter ton sentiment de confiance et de t’entraîner régulièrement dans «TA ZONE DE PERFORMANCE »   :

confiance en soi, reprise, compétitions vélo

Pour simplifier on peut dire qu’il y a 3 zones d’actions dans le sport ( ou dans la vie aussi ;-).

La zone de confort

Tu te sens très à l’aise, tu ressens peu ou pas de stress et tu te sens peu stimulé(e). Par exemple, tu pourrais te trouver dans la zone de confort lorsque tu roules avec des amis plus faibles que toi en montagne par exemple. Cela te permet de prendre du plaisir en discutant, en appréciant le paysage ou encore de te concentrer sur ton geste technique.

Mais clairement à ce niveau-là tu ne progresses pas. Par manque de confiance notre psychisme recherche à se rassurer dans des choses qu’il maitrise sur le bout des doigts. Passer un peu de temps dans sa zone de confort ne peut pas faire de mal, mais y rester la plupart du temps est un signe de manque de confiance.Le vice caché est que pour certain la zone de confort est dans : « s’entrainer pendant des heures à faire la même chose », cela rassure mais très vite ne fait plus progresser même si à la fin de la journée le corps est fourbu et usé (nos démons nous laissent tranquille).

Si tu veux en savoir plus sur le mental et la gestion de ton stress, tu peux cliquer sur le lien ci-dessous je t’ai fait 3 vidéos sur le mentalhttps://coach.lameilleurecyclosportivedevotrevie.com/inscription-tunnel-gestion-du-stressdza840ul

La Zone de panique

Tu as l’impression que tu dois te donner à 200% pour réussir ton défi, vaincre ton adversaire ou atteindre ton but. Autrement dit tu es au delà  des limites de tes capacités (ou de la perception que tu as de tes capacités).Dans les faits :

  • Tu sens que tu dois réaliser quelque chose que tu n’as jamais tenté ou réussi avant,
  • Tu sens que tu n’as absolument pas droit à l’erreur,
  • Tu ressens que les conséquences d’un échec seraient énormes,
  • Tu ressens de l’anxiété, de la peur, de l’angoisse, de l’oppression, etc…

Les signaux ou sentinelles de surpression :

Lorsque tu es dans ta zone de panique il est important d’identifier (de prendre conscience) de tes signaux internes qui t’alerte :

  • Tes pensées t’assaillent à un point tel que tu n’arrives plus à te concentrer,
  • Tu es tellement tendu(e) que ta technique en est affectée,
  • Tu t’énerves facilement, tu te disperses…
  • Ou au contraire tu te figes complètement, tu es bloqué, tu reportes, te trouves des excuses,…

Au quotidien nous n’avons pas toujours conscience qu’une accumulation de taches, de projets et d’obligations nous mettent en zone de panique. Nous recherchons la responsabilité ailleurs (souvent à l’extérieur de soi, les autres, …) et cela ne marche pas…Quand cela t’arrive, tu veux trouver des moyens de revenir dans la zone de performance.

La Zone de performance

C’est quand tu sens que tu as toutes les capacités et ressources pour réussir ton objectif, tu es en contrôle, mais tu sais que tu vas devoir donner le meilleur de toi pour relever le défi. Et c’est justement ce qui te procure autant de fierté et de confiance en toi quand tu réussis.Tu ressens un « bon stress », de l’envie d’y être et un profond sentiment de confiance solide. Comme une bonne habitude, plus tu t’entraines à être dans ta zone de performance, plus tu seras capable d’y revenir facilement. Plus tu t’amuses à te mettre en situation de zone de performances à la moindre occasion, plus tu seras en mesure de te remettre dans cette zone lorsque tu es perturbé ou déstabilisé . Et enfin plus tu passes de temps dans cette zone de performance plus ta confiance en toi grandie.

Les 3 moyens d’ajuster ton stress dans la zone de performances

1- La conscience de soi :

«  On ne peut pas agir sur quelque chose qui échappe à notre conscience » cette phrase de John Witmore, l’un des fondateur de la préparation mentale, illustre bien la règle numéro 1 et la première chose à faire pour passer au niveau supérieur. En te servant du graphique ci-dessus et de cet article je te conseille de régulièrement te situer pendant une action que ce soit dans le sport, ton job, ta vie quotidienne, pose toi la question «  Comment je me sens ? ( surpression ? Sous pression ? Confiance ?). Identifier dans quelle zone d’action ( ou de stress) tu te situes, est la clé qui t’ouvre les portes de la maitrise de soi et de la performance fluide, harmonieuse et avec aisance.

2- Ajuster tes attentes. 

Lorsque l’objectif est trop haut cela met notre stress au de la de la zone de performance, il est utile alors de revoir ses ambitions. Par exemple, tu pourrais ajuster ton objectif (ton projet, ton défi ou la tâche) pour te sentir plus en contrôle. Lorsque tu te fixes de faire une cyclo à 30km/h avec 1500m de dénivelé tu te sens comment ? Acculé, oppressé, est-ce que cela désintègre ton plaisir …? Lorsque tu veux finir sur le podium, voir gagner la course du week-end comment te sens-tu ? Dans le plaisir, l’excitation ou tendu et stressé ?Que se passe-t-il alors si tu diminues un peu ton objectif ? ( 28km/H, faire dans le top5 ou 10) Qu’est-ce-que ça change sur ton ressenti ?

Personnellement, je me sers beaucoup de cette méthode même pour mes entrainements. Si avant de partir la pression est trop forte, je réajuste mon objectif (durée, vitesse, watts etc…), de manière à retrouver du plaisir avant de partir. Je sais alors que je vais faire une très bonne séance, qui aura plus d’impact qu’une séance que je fais par obligation en surpression.

Quand on manque de motivation ou d’implication il faut faire le mécanisme inverse : Quel est le challenge qui me stimule, qui me donne envie ? Sous quel angle dois-je aborder ce défi pour que l’envie revienne ? Dans ces cas-là l’ajustement doit se faire vers le haut mais peut-être en changeant d’objectif : augmenter les distances, passer un FFC, Quel est le point sur lequel j’ai envie de progresser ? etc…Apprendre à ajuster son niveau de pression en révisant ses objectifs, ses attentes ou son niveau d’exigence est un outil puissant de contrôle de son stress et de développement de sa maturité de jugement.

3- Développer de nouvelles capacités.

De quoi as-tu besoin pour te sentir pleinement en contrôle? Que dois-tu développer pour être en confiance face à ce défi ? Que ce soient tes capacités physiques, tes qualités techniques, de nouvelles aptitudes mentales ou tactiques, améliorer ta gestion et maitrise de l’effort, ou de tes émotions tu dois les identifier et les travailler à l’entrainement.

S’il le faut, te faire aider d’un coach, d’un entraineur, d’un préparateur mental ou d’un expert te permettra de prendre des raccourcis et d’avancer beaucoup plus vite. Mais développer de nouvelles capacités ou renforcer des ressources que tu n’utilises pas au maximum, est la méthode qui renforce continuellement et progressivement ta confiance jusqu’a un niveau de performance très au-dessus du tien aujourd’hui.

J’espère que cet article t’a plu, n’hésite pas à le partager avec tes amis, donne-moi ton avis et pose-moi tes questions dans les commentaires juste en dessous.Je te rappelle que si tu veux des conseils pour gérer ton stress tu peux cliquer sur le lien ci-dessous je t’ai fait 3 vidéos sur le mental https://coach.lameilleurecyclosportivedevotrevie.com/inscription-tunnel-gestion-du-stressdza840ul

Voici des articles de mon blog sur la motivation et le mental.

Témoignage Acéruline

Olivier m’a écrit pour me partager son avis sur l’Acéruline (Acérola + Spiruline) :

« Après une prise régulière d’Acéruline d’un mois , j’ai testé l’effet durant un stage de 5 jours de VTT en Costa Brava (dénivelé important sur 4 à 5 heures de vélo par jour). 

Quels changements?

J’ai remarqué une endurance accrue, aucun début de crampe et une excellente récupération.
De plus aucun besoin de m’alimenter hors boisson en cours de sortie et au retour au moment des repas je ressentais une sensation de faim normale. Il me semble que ce complément alimentaire est bénéfique à la pratique d’une activité physique régulière. »
Ce qu’il est intéressant de constater, c’est que la combinaison d’Acerola et de Spiruline ne fait pas que te donner plus d’énergie pour tes sorties.
Il ne s’agit de petites pilules magiques pour performer sur un court instant.

Spiruline, vélo, cycliste, Nicolas Elzeard, compléments alimentaires,

Non.
On parle bien d’un complément qui va bien plus loin que ça.

Ce complément agit sur tout ce qui va autour.

Il agit en profondeur sur ton organisme.
Pour créer un cercle vertueux.

Bénéfique pour tes entrainements bien sûr.
Mais aussi pour ta vie personnelle.

Un sommeil de meilleure qualité.
Une récupération

Si l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a « élu » la spiruline comme l’aliment le plus complet sur la planète, c’est qu’il doit y avoir une raison.
L’essayer c’est l’adopter…

Le mieux ?
C’est d’essayer pour s’en convaincre 😉

C’est par ici si ça t’intéresse
Excellente journée (sportive) à toi.

Theme Settings