La cyclosportive Risoul Queyras 2013: Interview Bernard Assaud

La cyclosportive Risoul Queyras 2013: Interview Bernard Assaud

Interview en vidéo d’un grand passioné de vélo et organisateur de la cyclosportive la Risoul Querays.

Si vous aimez cette vidéo laissez moi un commentaire ci dessous, ça me fait toujours plaisir d’avoir de vos nouvelles 😉

Lien vers la Risoul Queyras

Les parcours 2013 de la cyclosportive Risoul Queyras

 

Retranscription de la Vidéo:

Bonjour et bienvenue dans cette nouvelle vidéo de la meilleure cyclosportive de votre vie.

 

Aujourd’hui j’ai l’immense plaisir de vous passer une vidéo d’un entretien que j’ai eu avec Bernard Assaud, l’organisateur de la Risoul Queyras, une des plus belles cyclosportive des Hautes-Alpes qui se déroule en plein été. Mais Bernard est en plus un immense passionné de vélo, de cyclisme, il sait vraiment de quoi il parle, il pratique des dizaines de cyclosportives chaque année et il a roulé dans à peu près toute l’eurospe. En plus, dans cette capsule Bernard vous révèle deux exclusivités qu’il a spécialement pour l’année prochaine. Je vous dis à tout de suite et régalez-vous.

 

Nicolas : Bernard, merci de nous accueillir aujourd’hui. La première question que j’ai envie de te poser Bernard c’est comment est née cette aventure, cette histoire, comment est née cette idée de faire cette cyclo à Risoul ?

 

Bernard Assaud : Elle est née tout simplement parce que je participe à beaucoup de cyclos, une douzaine, suite à ça je me suis dit avec le jardin qu’on a ici– c’est un jardin pour moi- les montagnes autour de Risoul, le col d’Izoard, Agnel, vars, la montée de Risoul, j’ai dit « il faut créer quelque chose ». Il y a très peu de cyclo dans les Hautes-Alpes, une qui est L’AlpiGap en fin saison et la Luc Alphand. J’ai dit en été il y a rien, on est un département pauvre en cyclo alors qu’on est un des plus beau..on fait partie des très beaux départements à vélo. Avec des montées magnifiques et tout… De fil en aiguille, ami avec Max Bremond, le maire de Risoul, j’ai proposé mon projet et de suite il m’a suivi. Il m’a dit : « vas-y…c’est tout ouvert à toi, fonces…je te laisse libre de voir avec l’office du tourisme pour créer cette cyclo.» On a créé, la première année, sous la pluie on fait quand même pas loin de 300 participants. On s’est dit, même avec la pluie, 300 participants c’est fabuleux ! L’année suivante, on passe à 430. La troisième année, nous sommes passés à 600. Et la quatrième année on est passé…on fait 850 coureurs . On passe première cyclo des Hautes-Alpes à l’arrivée en nombre de coureurs. Et la Luc Alphand ont eu un peu plus de déboires parce qu’il ne faisait pas beau mais je crois que j’ai vu sur les deux parcours il y avait 620 classés et L’AlpiGap 200 cyclistes et nous on a quand même passé 820 coureurs à l’arrivée sur trois parcours. Là on était rentré dans la cour des grands en sachant que le grand parcours a changé pendant des années, une fois on a fait Izoard, l’année passée on était à Agnel et cette année pour 2013 nous allons faire le tour de Vars en ajoutant un col tipique qui ,d’après tous les cyclistes, plaît..le petit col de Pontis, petit mais dur, je pense.

 

Nicolas : C’est la particularité de cette année, le col de Pontis…la petite surprise.

 

Benard Assaud : Oui. La petit surprise Pontis oui.

 

Nicolas : Il fait quoi… 5.3 km…

 

Bernard Assaud : 5.3 km…10.2 de moyenne sur les 5 km, c’est beaucoup de passages à 12-14 % sur une route sans rendement, par contre après, une descente magnifique à partir du village de Pontier…

 

Nicolas : sous les arbres…

 

Bernard Assaud : Dans l’Hétré là, c’est une des plus belles hétré de France je crois on m’a dit. Et voilà, on essaye de faire nos cyclos beaucoup sur la sécurité .

 

Nicolas : Oui c’est ce qu’on m’a dit, une particularité de tes cyclos qu’est ce que c’est ?

 

Bernard Assaud : On essaye d’être le maximum beaucoup de bénévoles, on a 136 bénévoles sur 3 parcours courts parce que c’est quand même du cyclo de montagne. Jusqu’à maintenant on était quand même sur des parcours de 120 km pour 3000, cette année on allonge un peu oui… on fait 141 pour 3100 de positives donc là…moyen parcours avec Saint Véran… plus haut village, plus haute commune d’eurospe. C’est un petit clin d’oeil qu ‘on a quand même un petit beau village.

 

Nicolas : Plus haute cyclo d’Europe…

 

Bernard Assaud : On l’avait marqué puisqu’on était avec Agnel l’année passée. Et cette année comme on est plus le col Agnel donc on est plus la plus haute cyclo d’europe mais on passe quand même vers le plus haut village d’eurospe : Saint Véran, on est resté quand même, ah c’etait…bon j’espère qu’on retournera à Agnel et à l’Izoard surtout. J’ai un bel accueil par contre de la mairie de l’embrunais, du conseil général du Canton de Savines, Victor nous a mis un accueil favorable c’est très agréable aussi.

Parce qu’on peut pas créer une cyclo si les hommes politiques ne nous aident pas.

 

Nicolas : Ça c’est sûr.

 

Bernard Assaud : C’est tellement dur d’avoir des autorisations et tout…il faut être soutenu, si tu ‘es pas soutenu eh bien les cyclos s’en vont que comme beaucoup de cyclos disparaissent au bout de quelques années

 

Nicolas : Donc c’est pour ça que c’est super de voir des cyclos qui montent en puissance. Ton objectif pour l’année 2013 ça serait quoi ?

 

Bernard Assaud : Bon vu la conjoncture actuelle, tous les cyclos depuis le début de saison avec qui j’ai participé qui sont plutôt en diminution, si on tient le même nombre, ça serait fabuleux de rester dans les 800. C’est vrai que mon objectif, pour être honnête, c’est 1000 personnes. Mais au dessus de 1000, c’est dur à gérer. Bon je pense que je vais rester comme cyclo assez convivial, pas dépasser 1000 personnes. Parce qu’après grosse logistique et tout, c’est moins évident à gérer, il faut tout…ça change tout. J’ai pas envie qui dépasse les 1000.

 

Nicolas : C’est vrai que ce qu’il y a d’extraordinaire dans ta cyclo, pour ceux qui ne le savent pas, c’est vraiment la convivialité, il y a cette particularité du repas après une course, c’est vraiment ludique…

 

Bernard Assaud : On sait pas si on continuera cette année, mais normalement ça a été prévu.

 

Nicolas : Expliques-nous cette particularité que vous avez.

 

Bernard Assaud : Alors, jusqu’à présent on faisait les repas dans les restaurants de la station. Mais c’est toujours un coup de revient, et tu ne peux pas augmenter les prix d’inscription à une cyclo. Quand tu sais que tu as le maillot, forfait des remontées mécaniques sur Risoul, un repas, le prix du chronométrage, des motos – parce que les motos sont pas données hein – la croix rouge, les médecins et tout…à la sortie, jusqu’à présent, on perd de l’argent. On fait pas pour gagner de l’argent mais la station Risoul perd de l’argent sur des cyclos comme ça.

 

Nicolas : Ça explique un peu le prix qui est vraiment dérisoire par rapport à tous les services et tout ce qu’il y a…

 

Bernard Assaud : Oui. Il semble que 45 euros c’est très cher. 45 euros au dernier moment mais à 39 euros si on s’inscrit 15 jours avant. Mais à 39 euros pour 800 personnes, le cyclo ne fait pas de bénéfices. Et puis aussi dans la cyclo, on a une particularité c’est qu’on est les seuls à chronométrer les montées. L’année passée à Agnel, on avait chronométré, l’année d’avant Izoard plus Risoul, et puis cette année on aura Risoul de chronométré le jour de la course.

 

Nicolas : La marque de fabrique de cette cyclo c’est les montées dans les arbres. Que ce soit la montée de Risoul, la montée dans le Vars, et puis Pontis justement…

 

Bernard Assaud : Pontis, tu connais par exemple.

 

Nicolas : oui, avec l’embrunais, c’est quelque fois le tour du lac on passe par là.

 

Bernard Assaud : Petit col pour passer plus rapidement…pas plus rapidement parce que c’est plus dur mais plus directe de l’Ubaye au Savinois.

 

Nicolas : En tout cas, ceux qui aiment les grimper vont se régaler parce que ça c’est une montée pure grimpeur. Vraiment il faut être…

 

Bernard Assaud : Et les paysages quand tu redescends, ceux qui le font en balade, quand tu arrives à Pontis, tu fais deux virages là, vue sur le lac de savines, c’est quand même très sympa.

 

Nicolas : C’est fabuleux. Même la descente de la vallée de l’Ubaye. Par contre, ceux qui aiment rouler vont se régaler parce qu’il y a un faux-plat descendant. En général, dans la fin de la matinée, là où on risque de passer, c’est le vent est favorable.

 

Bernard Assaud : On a mis le circuit dans ce sens là. L’idéal aurait été de trouver dans l’autre sens

mais je voulais que la vallée se passe rapidement.

 

Nicolas : C’est vraiment une cyclo magnifique. Encore une fois un beau parcours cette année, vivement l’année prochaine…qu’est ce que vous allez nous sortir ?

 

Bernard Assaud : Ah ! Je l’aurais fait…le mois d’avril ça aurait tombé 4 mois à l’avance, je pense que j’aurais ajouté quelque chose sur la boucle. Je l’ai fait quelques fois ces temps-ci, bon je peux le dire, il n’y a pas de secrets…en arrivant à la cime du Bosquedon, aller à Saint-Jean des Crots, c’est près d’une petit route qui monte, ça rajoutait, comme tu me le disais, ça rajoutait c’est 5.2 km de montée à 7 de moyenne

 

Nicolas : Très belle…

 

Bernard Assaud : Et on redescendait sur les Crots et on évitait le petit morceau de nationale, à la descente des Crots on évitait pas grand chose mais on faisait une bosse de plus. C’est dans mon idée.

 

Nicolas : Là tu étais aux alentours de 150-160 là hein ?

 

Bernard Assaud : 150, par contre on ajoutait 150 de positives de plus, ça peut faire 3500 presque.

 

Nicolas : Encore ces routes des Hautes-Alpes, ça a des petites routes dans les arbres, le rendement qui est pas superbe. Il faut savoir que rouler.

 

Bernard Assaud : C’est sympa, ça me trottine dans la tête. Peut-être autre chose après. Mais là, quand tu roules par ici tous les jours, je note des idées de parcours pour avoir pour tous. Je ne veux pas que ça soit trop trop dur, pas trop trop facile, il faut qu’il y en ait pour tout le monde.

 

Nicolas : Moi je trouve que le parcours est vraiment bien équilibré. On sent pas que c’est un parcours où il faut tuer les cyclos, parce que des fois on a cette sensation là.

 

Bernard Assaud : J’essaye pas tu vois…jusqu’à présent je faisais des parcourts avec beaucoup de dénivellé , là cette année on a allongé mais on reste toujours le même.

 

Nicolas : En tout cas, c’est ce qui ressort quand on voit tes parcours, quand on te connaît, c’est que tu es un passionné de vélo, c’est ce que tu aimes avant tout et que tes parcours reflètent ça, c’est l’éveillement de tes parcours qui est passionnant.

 

Bernard Assaud : Par contre, l’idée que j’aurai c’est de faire quelque chose de fabuleux… La quatre c’est quadrologie…quadro…

 

Nicolas : Quatuor

 

Bernard Assaud : Un quator oui…je voudrais faire peut-être en mars j’ai ma cyclo dans les années suivantes proposer un quatrième parcours avec Agnel en aller-retour, Izoard, Vars aller-retour et Risoul au final, le même jour, pour les gens un peu fous…

 

Nicolas : L’extrême…

 

Bernard Assaud : Pour les fous…c’est l’extrême…Un ultra truc que personne ne fait. Mais c’est un truc à 5000 m de dénivellé et 200 km.

 

Nicolas : C’est une belle journée…

 

Bernard Assaud : Une journée pour des fous. Mais j’en ferai partie, si j’étais ce jour-là…je me dirai c’est un truc un peu différent. J’ai déjà proposé à quelqu’un du cycliste et j’en ai 20 ou 30 qui vont signer le papier si je leur dis « je le ferai à condition que vous serez là », ils me signent avant.

 

Nicolas : Pour toi, les 3 plus belles cyclos en tête.

 

Bernard Assaud : La Risoul, je vais mettre la Risoul.

 

Nicolas : Après tu mettrais quoi ?

 

Bernard Assaud : En 2, je vais mettre…ça sera 2 cyclos en Italie. Ça sera 2 cyclos à italienne…je suis dur avec les français mais..c’est l’ambiance à l’italienne, des gens au bord de la route qui s’ajoute en plus à la France, où on a pas la même ambiance…il y a de très belles cyclos en France mais l’Italie en plus, le grand fond d’eau Jordana qui est l’ancienne …mais c’est un gros truc, le moyen parcours fait 150 km et il fait 4000…

 

Nicolas : C’est où ? C’est dans les Dolomite

 

Bernard Assaud : Oui, dans les Dolomite fait partie d’un des plus dur col au monde. Et après j’ai un petit…une grande cyclo qui me plaît, mais c’est juste par rapport qu’on est tous avec les mêmes maillots. En France, c’est dur à faire. C’est la Fausto Coppi. 2000 coureurs dans le col qui fait partie, je pense, d’un des plus beau col d’Europe. Je connais pas tous les cols, j’en connais beaucoup, col de la (Furnira?). La Fausto Coppi monte c’est magnifique. Personne, une toute petite route de montagne. Après il y a de très belles cyclos en France ; la Luc Alphand,…

 

 

Nicolas : C’est vrai que là où je te rejoins, c’est sur l’ambiance, le départ sur la place de Cunéo, tu as tout…tu as l’impression d’être un cycliste professionnel, tu as tous les gens autour, d’abord tu as ces cyclistes…c’est vrai que tu as tous les gens autour.

Bernard Assaud : Tous les mêmes maillots, si tu rentres pas avec le maillot de la Fausto Coppi, c’est niette ! Les belles cyclos où tu as aussi une bonne ambiance, c’est tous les cyclos de la Drôme. la drôimoise en fin de saison.

 

Nicolas : Je vais tester dans la Drôme.

 

Bernard Assaud : La Drôme…la drôimoise.

 

Nicolas : La drôimoise…

 

Bernard Assaud : C’est super ! J’y vais chaque année, c’est très beau comme cyclo. …c’est grandiose avec Turini, Breuil la semaine prochaine, on va la semaine d’après. Le Verdon, pas loin de chez nous. Le verdon, ça aussi ça fait partie des belles cyclos.

 

Nicolas : c’est des belles routes, moi je trouve que c’est beau.

 

Bernard Assaud : j’ai fait en Lozère la semaine passée, les petites cyclos de Lozère, c’est beau aussi ?

 

Nicolas : Je connais pas en cyclo mais c’est vrai que c’est beau ?

 

Bernard Assaud : La région…l’accueil est très bon, avec les produits du pays aussi. Et j’en cherche…, c’est pas mal, après même que ce soit pas un repas diet pour les cyclistes mais…

 

Nicolas : c’est sympa de découvrir…

 

Bernard Assaud : Je trouve que les cyclos nous font découvrir beaucoup de régions. Je ne découvrirai pas si je ne faisais pas ce nombre de cyclos. Alors on fait ces cyclos…moi je le fais pour la cyclo et je le fais pour découvrir les régions parce que souvent tu ne partirais pas. Les gens qui ont peur de s’inscrire dans des cyclos…je connais plein de cyclistes « on va faire une cyclo parce que c’est très coureur ». Eh bien tu rencontres beaucoup de gens, il n’y a pas que les coureurs, parce que si je dis s’il y avait les coureurs, il n’y en aurait plus que 20 hein ? S’il n’y avait que les bons, 20 coureurs et les cyclos n’existeraient plus. La cyclo existe par rapport il y a des gens qui ont des niveaux pas forcément…moi j’ai des amis qui sont inscrits à la Risoul et qui avaient 500 km de vélo sur un moyen parcours pour me faire plaisir. Mais ils se sont éclatés. Ils ont roulé avec des gens qu’ils ont rencontré… tu te fais des amis. Moi j’ai rencontré des gens, depuis que je fais du vélo, mais… extraordinaires. Les gens dans d’autres régions, qui disent « viens faire ça chez moi, tu découvres ça chez moi ». j’ai rencontré des italiens par la .puis j’ai rencontré des italiens dans une cyclo, personne leur discutait, j’ai discuté avec eux, ils m’ont invité , et autant je viens chez eux, ils viennent chez moi. On a fait un club à Risoul, ils m’ont dit « je m’inscrit » pour me faire plaisir. Ils ont pris une licence parce qu’ils adorent la France pour revoir les maillots de Risoul pour courir en Italie. C’est des petits trucs mais très très sympa.

 

 

Eh bien merci Bernard pour cet interview exclusif, je vous avez juste au dessous de la vidéo le lien vers vélo101 pour vous inscrire directement à cette magnifique cyclosportive, bien sûr si vous vous inscrivez avant, c’est un petit peu moins cher, alors 39 euross, comme vous l’a dit Bernard dans la vidéo, ça peut paraître un peu cher mais si vous regardez tout ce dont vous bénéficiez, vraiment, ce n’est pas grand chose. Donc, vous pouvez vous inscrire juste en dessous. Moi, je vous retrouve très bientôt sinon pour la Risoul Queyras, à bientôt pour une prochaine vidéo.

 

Articles relatifs

La meilleure cyclosportive de l’année 2013

C’est la fin de l’année ! Ca sent la neige,...

La Mercant’tour Café du Cycliste 2016

Cette semaine je vous présente une toute nouvelle cyclo qui...

les Résultats de l’élection de la Meilleure Cyclo 2014

Vous avez été 2 fois plus nombreux que l’année dernière...

Commentaires (2)

jean-pierre dastugue

Très intéressante cette approche d’un passionné (j’en suis un également) mais aussi organisateur de cyclosportives (je n’en suis pas…respect à tous ceux qui nous offrent ces terrains de jeux avec courage persévérance et abnégation).

Elle donne envie cette Risouls…

Mais, bon, pour le Pyrénéen que je suis, les Alpes, c’est loin… et je ne pourrai m’y rendre qu’une fois (au mieux) cette année…et ce sera pour la Marmotte (ma 1ère) début Juillet.

Mais en 2014, pourquoi pas envisager….une participation commune du groupe Rosas 2013 Team Spartacus ????

JP DASTUGUE

Merci Jean Pierre !
Tu es le bien venu chez moi le jour où tu viens dans les haures Alpes.
Et peut être que chaque année on pourrait faire un challenge-échange: Une pyrénéenne et une Alpine
Pour le Rosas 2013 team
😉

Ajouter un commentaire