cyclisme

Mon coeur part en flèche !

Le coeur étant un organe, disons… essentiel,
on a vite tendance à faire des psychoses à son sujet.

La moindre douleur autour de cette zone ?
Le moindre changement ?
La moindre variation ?

Et c’est la panique à bord.

Je ne vais pas te faire un bilan cardiaque par email.
Rassures-toi.
(Je te conseille au passage d’être suivi régulièrement par un médecin).

bilan cardiaque, vélo, endurance,

Par contre, je vais pouvoir te dire ce qu’il se passe quand…
Tu te demandes si c’est bien normal que ton coeur s’emballe aussi vite.

Bouton ON/OFF

T’as l’impression d’avoir un bouton ON/OFF.
… ON, le coeur est au repos (ou au moins en zone d’échauffement).
… OFF, le coeur explose et vient titiller ta fréquence cardiaque maximale.

On commence par le début.

Le fait que ton cœur monte vite est un signe de bonne forme physique.
(Tout comme le fait qu’il descende rapidement aussi).

Ce qui est tout à fait cohérent si l’effort concerné correspond à l’intensité qui y est mise.

Si t’es partie comme un narvalo en sprint, tu t’attendais à quoi d’autre ? 😉 Par contre…

Si tu n’as pas l’impression de pousser plus que ça la machine ?

C’est que tu es dans un de ces cas…
(voire les 2).

… Tu peux être plus lourd que ton poids de forme (Essaye de rouler avec un pack d’eau sur le dos pour comprendre ce que je veux dire).

… Tu ne travailles pas assez ton endurance, ton foncier (en gros, tu tapes toujours dans les réserves, sans te poser de question).

Comment y remédier ?

Pour remédier au premier point ?
Te concentrer sur la perte de poids (ton vélo n’y est pour rien et ton coeur a l’air de bien aller).

Pour remédier au deuxième point ?
Tu vas devoir augmenter ton volume cardiaque.
Ce qui va te permettre aussi d’augmenter l’élasticité de tes artères et de tes veines.

Pour travailler l’endurance, tu dois faire de la très faible intensité (70 à 75% de la fcmax).

Attention…
Tu ne vas pas gagner 10 ou 20 pulses non plus.

Si tu veux en savoir toujours plus sur les méthodes (efficaces) pour s’entrainer.
Et aller toujours plus loin ?

Je te recommande mon programme le plus pointu : le programme 40km/h (accessible sur cette page)

Bon entrainement,

Quel entrainement sur home-trainer

En ce moment, il n’est pas toujours évident d’aller s’entrainer dehors.
La météo n’est pas toujours des plus clémentes.

Si en plus tu es en période de reprise…

Ça ne facilite pas la tache.
D’où la solution du home-trainer.

Très bon pour la reprise, reste à savoir quoi faire.

Parce que le plus important pour une reprise, c’est d’avoir ?

Un entrainement progressif et adapté à ton niveau d’aujourd’hui.
(Pas à celui d’il y a 3 mois quand tu étais au top de ton affûtage).

Tu peux commencer à faible intensité pendant 2 ou 3 semaines.
Histoire d’éviter au maximum les risques de blessure.

Et puis tu peux progresser de quelques minutes à chaque séance.

entrainement, home trainer, vélo, reprise,

Si tu n’as aucun problème de santé, tu peux te faire quelques petites accélérations (en mode ep2i).

Commence avec 3 ou 4 accélérations de 10 secondes.
Puis, monte au fil des séances jusqu’à 10.
Ce qui te permet d’avoir un entrainement de 30 à 40 minutes qui soit efficace.

Si tu n’as pas de difficulté particulière ?

Tu peux continuer avec du 1 minute / 1 minute en force.

La seule condition que je te donne pour cette période de reprise est la suivante…

L’état d’esprit dans lequel tu fournis ton effort doit être : à la limite de la douleur (sans JAMAIS la repousser).
Une fois atteinte, tu arrêtes.

À l’inverse des périodes d’entrainements intense où tu vas travailler pour aller au-delà de la douleur.

Tu sais tout.

Pour aller plus loin et continuer tes progrès ?
Je te recommande le programme 4 heures par semaine.

Belle semaine,

L'électrostimulation fait-elle maigrir ?

Lien pour vous abonner et recevoir le bonus : https://bit.ly/2tpdQEj
4 clés pour démarrer le vélo avec passion : https://bit.ly/2tRK08L

Bienvenue sur La Meilleure Cyclo, pour les cyclos qui se bougent !

Tu aimerais bien savoir si tu peux perdre du gras en restant sur ton canapé, bref, si l’électrostimulation, comme le montrent certaines publicités, peut te faire perdre du gras : alors, écoute bien la vidéo qui suit.

Mais en attendant, si ce n’est pas déjà fait, pense à t’abonner sur le lien YouTube juste là ou dans la description de la vidéo qui est juste en dessous.

Il y a de nombreuses publicités, à la radio ou même dans les magazines, qui montrent des gens assis sur leur canapé avec un appareil d’électrostimulation sur le ventre.

Et qui vendent, de manière plus ou moins directe, le fait que l’électrostimulation pourrait faire perdre du poids.

Pourquoi l’électrostimulation ne fait pas perdre de poids

Eh bien, il faut être direct. L’électrostimulation, et aucune étude ne démontre que l’électrostimulation fait perdre du gras. Principalement pour la raison suivante :

électrostimulation, maigrir, masse musculaire, récupération, entrainement

L’électrostimulation est un moyen de se renforcer musculairement, mais vous voyez bien quand vous pratiquez l’électrostimulation, même si vous le faites de façon assez dynamique, l’électrostimulation stimule les muscles, mais pas du tout le système cardiovasculaire.

Et même si vous êtes en contractions très élevées, bon, le cœur va un peu s’élever, mais pas beaucoup.

Pour pouvoir perdre du gras et perdre du poids, il faut avoir une augmentation de la fréquence cardiaque entre 70 et 80 % de la FCMax pendant un temps suffisant pour perdre beaucoup de calories en gras.

Donc, l’électrostimulation directement ne fait pas perdre de poids, et encore moins autour de la ceinture abdominale, car, deuxième erreur fantasme sur laquelle s’appuient ces publicités, il est complètement impossible d’avoir une perte de gras qui soit ciblée.

Quand on perd du poids, on le perd de manière globale

Quand on perd du poids, eh bien, on le perd de manière globale, et selon notre physiologie, nos caractéristiques personnelles, il y a des gens qui vont le perdre en dernier autour du ventre, autour des cuisses ; les femmes c’est généralement plutôt autour des cuisses en dernier, généralement, mais ça peut être individuellement différent, et les hommes c’est généralement autour du ventre.

Le corps est un peu comme un grenier, si vous voulez, il a des endroits où il va stocker de manière préférentielle le gras, au cas où les moments difficiles viendraient, on sait où aller le chercher : c’est dans le gras.

Et bien sûr, il va déstocker en dernier dans ces endroits-là.

*Tu vas te rendre malade avec tes régimes à la con.

Qu’est-ce que tu veux, moi, la ligne patapouf, c’est pas mon style…

Si j’ai pas mes 5 000 calories, j’suis une loque.*

Les raisons qui pourraient faire croire que l’électrostimulation fait maigrir

Alors, ceux qui sont un peu pointus me diraient, à juste titre : ouais, mais, Nico, quelque part, l’électrostimulation permet d’augmenter la masse musculaire. D’ailleurs, des études scientifiques faites, en tout cas, avec les appareils Compex et un programme bien spécifique, montrent qu’avec l’électrostimulation on peut prendre plus de masse musculaire avec moins de charge d’entraînement, moins de risques de fatigue.

Et, donc de manière indirecte, quand vous prenez plus de masse musculaire, votre métabolisme augmente.

Ça veut dire qu’au repos, vous allez consommer plus d’énergie.

Donc, quelque part, ça contribue à perdre du poids, mais vraiment de manière marginale.

On ne peut pas dire que l’électrostimulation est la manière la plus efficace que vous puissiez avoir pour perdre du poids.

Le deuxième argument, c’est que quand on prend de la masse musculaire, pour un même effort on peut développer plus de watts, donc plus de calories.

Je vous donne un exemple simple :

Imaginons qu’en une heure vous puissiez tenir 200 watts en aisance respiratoire. Si vous développez votre puissance, vous allez pouvoir tenir, avec la même aisance, 220 ou 240 watts, donc vous allez dépenser plus de calories avec autant d’aisance.

Ce qui veut dire que vous allez pouvoir tenir aussi longtemps ou plus longtemps avec 200 calories.

Donc, globalement, quand on est plus fort, plus en forme, eh bien, oui, on peut faire des efforts soit plus intenses soit plus longs, et ça contribue à perdre du poids.

Mais encore une fois, ça, c’est de manière indirecte.

Conclusion

Donc, en conclusion, comme vous le savez je suis un grand fan d’électrostimulation, car déjà pour la récupération c’est fabuleux, et pour la préparation physique, ça aide bien.

Comme je l’ai dit dans cette vidéo, vous pouvez avoir une meilleure tonicité musculaire, de meilleure qualité, mieux résister à l’acide lactique, etc., en moins de temps quand on est pressé, et ça, c’est un des leitmotive des méthodes que je préconise sur La Meilleure Cyclosportive de votre vie.

Par contre, il ne faut pas raconter n’importe quoi, l’électrostimulation ne permet pas directement de perdre du poids, ce n’est pas le moyen le plus efficace.

Le moyen le plus efficace pour perdre du poids, c’est de contrôler votre alimentation.

L’électrostimulation sera un petit complément, qui viendra encore derrière avoir de bonnes méthodes d’entraînement, bien adaptées pour vous.

D’ailleurs, si vous voulez des méthodes d’entraînement adaptées qui vous aident à perdre du poids, je vous conseille de cliquer ici, et vous aurez des conseils gratuits pour bien vous entraîner, et après, derrière, pour perdre du poids.

Comme d’habitude, si vous avez aimé cette vidéo, cliquez sur “j’aime”, partagez-la avec vos amis qui en ont bien besoin, et puis laissez-moi dans les commentaires vos questions, vos suggestions pour des prochaines vidéos.

Si vous n’êtes pas abonné, comme d’habitude, vous pouvez cliquer sur l’onglet YouTube ici, ou alors juste en dessous dans la description de la vidéo. Vous cliquez et là il y aura un lien pour vous abonner, recevoir un bonus gratuitement, et chaque semaine, dans votre boîte mail, les conseils de La Meilleure Cyclosportive en vidéo.

Allez, les amis, maintenant, c’est à vous de jouer.

BCCA contre Spiruline 

La nutrition est un milieu complexe.
Les avis divergent.
D’une étude à une autre, on trouve tout et son contraire.

Pourtant, c’est un univers qui progresse continuellement.
Et tout le monde est d’accord sur les fondamentaux.

J’aimerais te parler de… BCCA.

(Non, ce n’est pas une nouvelle méthode d’apprentissage de la lecture.)
Ce sont juste les acides aminés essentiels à ton corps, c’est-à-dire des protéines essentielles.

Ce qu’il faut savoir, c’est que toutes les protéines que tu manges sont constituées essentiellement de 20 acides aminés (pour simplifier !).
On peut voir ça comme des mini-protéines.

Et dans le lot ?
8 sont essentielles.

Qu’est-ce que ça veut dire essentielles ?

Ça veut dire que le corps NE SAIT PAS les reconstituer tout seul.
Il a donc besoin de les prendre.
Il lui faut un apport nutritionnel externe de ces acides aminés.

Dans le commerce, on trouve du BCCA (très connu dans le monde de la musculation).
Le souci, c’est leur composition…

Soit ce sont des BCCA de synthèse (une sorte de photographie de la version originale).

Le corps a plus tendance à la rejeter qu’à l’assimiler…
Ce qui est dommage dans ce cas.
La photo de tes enfants ressemblent à tes enfants, mais ce ne sont pas tes enfants !

L’autre possibilité, c’est les BCCA fabriquées à partir de protéine de lait de vache.

Encore une fois, notre corps n’est pas fait pour…
Un veau prend 300kg lors de sa première année, un humain…
La protéine de lait aura donc une vacheuse (sans jeu de mot) tendance à accélérer le processus de développement des cellules, ce qui peut entrainer des problèmes bien plus grave en cas de surconsommation.

Attention, ça ne veut pas dire que ces produits sont mortels.
C’est juste très cher et peu assimilable par le corps.

Autant se tourner vers des produits qui sont naturellement riches en BCCA.

Et c’est le cas de ?

La SPIRULINE.

Spiruline, vélo, cyclistes, acéruline, complément alimentaire, sportif

Elle est composée à 60% d’acides aminés.
Et tout le reste, ce sont des vitamines et des minéraux.
Parfait pour l’organisme.

Elle est d’ailleurs recommandée par l’OMS.

Là aussi, il faut bien sélectionner.

On a vite fait de trouver des produits mal cultivés et sur-transformés.
Des produits dans lesquels on perd une grosse partie des qualités décrites juste au-dessus.

Après de nombreux tests, j’ai crée mon propre complément alimentaire.
Un mélange d’Acéruline (vitamine C naturelle !) et de spiruline.

Tout est local.

Ce produit, c’est donc de : l’acéruline (oui, je suis allé chercher le nom très loin).

Et tous les cyclistes qui se bougent qui l’ont testés en sont ravis.
Je n’ai eu que des retours positifs.

Si tu cherches toi aussi à booster ton système avec un complément alimentaire naturel et sur-mesure pour les sportifs comme toi, c’est par là que ça se passe.

(En période hivernal, avec les virus qui trainent, c’est un excellent moyen de se défendre et de donner tout ce qu’il faut à ton corps).

Course à pied les jours de repos ?

Je te pose le contexte…
Un mec que j’entraine vient me voir et me demande : « Nico, les jours de repos où je ne fais pas de vélo, est-ce que je peux faire de la course à pied ?».

Ma réponse est très simple.
Et très directe : NON.

Quand on y réfléchit, ça devient plus logique…

Pourquoi prendre un jour de repos?

Le principe du jour de repos, c’est de ?
Se reposer oui.
Et donc par extension, de ne pas faire de sport.

Que ce soit du vélo, de la course à pied,  de la natation, de l’escalade, 
ou n’importe quoi d’autre, 
tu DOIS éviter.

Les jours de repos sont les plus importants.

Je le répète : les jours de repos sont les plus IMPORTANTS.
Ils jouent un rôle à hauteur de presque 70% dans ta progression.

Oui, ton corps a besoin de se reposer.

C’est pendant ces jours OFF que ton organisme se reconstruit et qu’il se renforce.
Si tu commences à le fatiguer pendant les phases de récupération, tu vas l’affaiblir.
Il ne pourra pas permettre à tes fibres de se reconstruire.

Et le risque ?

Tu peux vite te retrouvé en sur-entrainement, en burn-out ou hyper-fatigué.

Tes résultats vont commencer à chuter.
Et pour compenser…
Tu vas t’entrainer encore plus.

C’est un cercle vicieux, une spirale infernale dans laquelle tu ne progresses plus.

C’est d’autant plus important quand on dépasse les 40 ans et qu’en plus on a une vie chargée à côté (vie professionnelle, femme et enfants, etc.)

Retiens donc bien la leçon : jour de repos = jour de REPOS.

Récupération et progression

Si ça t’intéresse d’en savoir plus sur la récupération et les moyens qui existent de la booster.
(Parce que oui, tu peux accélérer le processus.
Ça te permet d’être plus rapidement sur pied.
Pour des séances d’entrainement toujours plus intenses.
Et des progrès fulgurants.

repos, progression, NHT, course à pied, vélo, cyclisme, récupération

Je t’invite à découvrir mon programme NHT (Natural Hormonal Training) : c’est par ici

Je te donne toutes les clés pour une récupération de compet’ (et par conséquent… une progression de compet’).

Je ne sais plus qui écouter !

Il y a une question que je reçois très souvent…
QUI dois-je écouter pour mes entrainements ?

On reçoit tellement de conseils à droite et à gauche, qu’il n’est pas facile de faire son choix.

Dans les magasines, auprès des entraineurs de nos clubs, nos potes plus expérimentés, dans des livres, etc.
Il y a de quoi s’y perdre non ?

N’hésitez pas à tester les choses

Quand on me demande, j’aime dire qu’il ne faut pas s’interdire de tester les choses.

En d’autres termes, être un sceptique intelligent.
Ne pas croire sur parole mais mettre en application pour voir.

Qui écouter, conseils, entrainements, tester

Quand je te dis de mettre en application, c’est de le faire vraiment.
À fond.
Ne pas faire ça à la légère et s’arrêter en plein milieu.

Sinon, c’est certain : il n’y a aucune chance que ça fonctionne.

Sois le plus appliqué possible

Donc si tu veux tirer tous les bénéfices d’un nouveau truc (pas qu’en vélo), fais en sorte d’être le plus appliqué possible.
Histoire de te rendre compte du potentiel.

Mais même en faisant comme ça, difficile de savoir vers qui s’orienter.

Alors, je te conseille de sélectionner en priorité des pros en cyclisme : kiné, ostéo, podo, ergonome, nutritioniste, etc.
Mais attention…

À une condition : qu’ils prennent le temps de TE diagnostiquer.

Si tu es face à un pro qui connait tes problématiques, il sera forcément de meilleurs conseils qu’un copain qui a découvert une nouvelle méthode révolutionnaire dans un magazine.

Donc, regarde auprès de ceux qui t’entrainent régulièrement.
Ou qui prennent le temps de te connaitre.

Avant de partir, une dernière chose…

Attention à ne pas plaquer ce qui fonctionne chez les autres sur toi.
Tu dois pouvoir prendre le recul nécessaire pour que l’entrainement te corresponde.
Qu’il soit aligné avec ta morphologie, ta physiologie et tes objectifs.

Regarde par exemple Phelps.
Il a des qualités hors normes (physique, articulations, etc.).
Certains nageurs ont tenté de calquer son entrainement.

Résultats ?
Ils ont explosé.

Le meilleur programme que je puisse te recommander pour apprendre à te construire tes propres entrainements, c’est 4 heures par semaine.

Je sais qu’hier devait être le dernier jour de promo.

À titre exceptionnel (et ce jusqu’à ce soir seulement), je te donne la possibilité de passer commande à un tarif défiant toute concurrence : c’est par ici

Last chance :

Comment rester motivé et s'entraîner en fin de saison

Si tu es fatigué, démotivé et que tu ne sais pas comment t’entraîner en fin de saison, écoute bien la vidéo qui...

4 méthodes pour trouver le bon braquet en vélo de route (après 60 ans et avant)

“Comment trouver le bon braquet ?” est une des questions qui me sont le plus souvent posées, et pourtant elle ne préoccupe, en fait, que les débutants. Voici 4 méthodes qui vous permettront de toujours être sur le bon braquet en vélo :

 

Si tu as aimé cet article partage-le et découvre chaque semaine, en vidéo, comment améliorer ta moyenne tout en restant motivé. Inscris-toi ici
Laisse un commentaire ou une question juste après la retranscription en texte ci-dessous. Merci 😉

Article sur la fréquence cardiaque :

Comment calculer la bonne intensité d’entrainement en vélo

Retranscription Texte de la vidéo :

Bonjour les amis et bienvenue dans cette nouvelle vidéo du blog La Meilleure Cyclosportive de votre vie. En direct aujourd’hui de Playa del Oro où je finis un stage d’entraînement, en Espagne. Et je vais vous parler aujourd’hui de quatre façons de savoir comment avoir le bon braquet.

C’est une question qu’on me pose souvent : « Nicolas, comment savoir quel est le braquet que l’on doit mettre dans tel endroit, dans des côtes, sur le plat, vent de face, etc. ? » Eh bien, c’est une réponse qui n’est pas évidente à faire ! Et j’ai décidé de vous donner quatre repères, quatre façons d’avoir le bon braquet.

1) Les sensations pour choisir le bon braquet de vélo de route

braquets, 60 ans, route, cyclismeLa première façon, ce sont les sensations. Ça paraît être, évidemment, la méthode la plus intuitive et la plus facile a priori. Et en fait, c’est la plus technique et la plus subtile. Parce qu’au départ, l’idée c’est de se dire : tiens, je vais aller rouler cool, tranquille et donc, je vais mettre un braquet de manière à sentir des sensations cool, une bonne aisance, etc.

Donc, je vais mettre le braquet, et en fonction du relief, de la vitesse, etc., je vais adapter mon braquet de manière à avoir toujours les sensations que j’ai choisi d’avoir. Mais les sensations, c’est assez subtil, encore une fois. Au début, quand on débute, on n’a pas de repères de sensations et on a besoin d’avoir d’autres repères.

2) La cadence de pédalage permet de trouver le bon braquet de vélo sur la route

Alors, la deuxième méthode que je trouve intéressante et peu coûteuse, c’est celle d’utiliser la cadence de pédalage. Si vous avez un compteur de vélo, prenez un compteur de vélo à cadence de pédalage et choisissez une cadence.

Alors, en général, on dit que c’est autour de 90 sur le plat, aux alentours de 60-70 en montée, mais encore une fois, ne vous fiez pas à cela d’un coup. C’est-à-dire que, si vous, sur le plat aujourd’hui, vous êtes à l’aise à 80, alors prenez 80 (par exemple) et puis de temps en temps, vous ferez des exercices pour progresser – mais ça, on le verra dans d’autres vidéos, vous le verrez dans d’autres articles.braquets, 60 ans, route, cyclisme

Donc, vous prenez une cadence de pédalage de référence, on va dire 85, et vous vous dites : « là, sur le plat, je vais rester à 85 » et si le relief augmente ou baisse un petit peu, s’il y a du vent de face ou vent de dos, etc., vous changez les braquets pour être toujours aux alentours de 85 tours de pédale par minute si c’est le tour de pédale que vous avez choisi.

En côte, c’est pareil, vous dites : « tiens, j’ai remarqué que autour de 60/70, 70 c’est mon tour de pédale par minute, je peux monter un col et je vais être bien, je vais pouvoir faire un deuxième col après », donc, vous allez monter votre col en essayant de garder le plus possible cette cadence à 70 et vous modifiez vos braquets de manière à être toujours à 70 de cette manière-là. Et, bien sûr, à force de pratiquer cette méthode, même si vous l’avez jamais fait, vous allez prendre des repères, vous allez savoir que c’est à 70 plutôt qu’à 65, etc., etc.

3) La fréquence cardiaque est aussi importante pour choisir le bon braquet de vélo de route

La troisième méthode qui est très intéressante d’un point de vue physiologique, c’est la méthode de la fréquence cardiaque. Par exemple, si vous avez un cardiofréquencemètre [ je vous conseille d’avoir aujourd’hui un cardiofréquencemètre, c’est un investissement assez faible.

Soit un cardiofréquencemètre seul coûte aux alentours d’une quarantaine d’euros, un bon cardiofréquencemètre.

En grande surface du sport, vous avez de très bons cardiofréquencemètres aux alentours de 40/50 euros ; soit vous rajoutez 40 ou 50 euros dans le prix d’un compteur pour avoir cette option sur un compteur de vélo et c’est une excellente option ], même chose, vous allez prendre une fréquence cardiaque de référence.

Donc, si vous savez que vous voulez travailler votre endurance, bien récupérer, il vaut mieux être autour de 70/80 % de votre fréquence cardiaque maximum (que vous devez déterminer plutôt que de faire en fonction de la fameuse formule de 220 moins l’âge).

Encore une fois, vous avez des vidéos que je mets juste en dessous, que j’ai déjà tournées pour expliquer comment calculer votre fréquence cardiaque maximum, et surtout, comment s’y référer.

Vous prenez une fréquence cardiaque, par exemple 145 pulsations par minute et vous dites : « voilà, c’est aujourd’hui, je vais m’entraîner autour de 145 pulsations par minute ». Si c’est sur le plat, vous allez maintenir ce niveau-là, si c’est en montée, vous allez maintenir aussi ce niveau-là.

Il y a des moments où vous serez peut-être un peu en dessous, et là, vous l’acceptez, car vous vous dites que c’est pour récupérer. Mais, vous n’allez pas au-dessus pour ne pas vous fatiguer. Alors, qu’est-ce que vous faites ? Encore une fois, vous allez changer votre braquet pour maintenir cette fréquence cardiaque.

4) La puissance vous permettra de bien choisir votre braquet de vélo (avant ou après 60 ans)

braquets, 60 ans, route, cyclismeEt enfin, la quatrième méthode, c’est celle de la puissance. Alors là, si vous avez un capteur de puissance – en général, c’est beaucoup plus cher, c’est conseillé plutôt pour les cyclistes qui sont d’un bon niveau.

Pour moi, c’est intéressant à très haut niveau, puisqu’on peut être d’un très très bon niveau sans capteur de puissance – c’est la même chose.

Vous choisissez une puissance, par exemple 300 watts, et vous maintenez votre puissance le long de votre sortie ou sur une portion de sortie – pour tout ce que j’ai dit là, ça peut être sur une portion.

Vous décidez que dans les côtes, vous êtes à 70 tours de pédale par minute, mais sur le plat à 90, dans les côtes vous êtes à 150 pulsations, mais sur le plat à 130, vous voyez et vous pouvez adapter ça.

C’est ce qui va vous donner un indicateur pour changer votre braquet, et petit à petit, vous ne regarderez plus.

Ce qui est important, encore une fois, ce n’est pas de savoir si vous êtes sur le gros plateau, le petit plateau, si vous êtes sur le 20 ou si vous êtes sur le 26, vous êtes en fonction des sensations, de l’intensité que vous avez décidée. Et vous devez maintenir ou changer de braquet, voilà.

Une dernière petite information en bonus, parce que c’est bien de le savoir! Il est clair que tirer du braquet, comme on dit, c’est-à-dire plutôt tirer en force, rouler plutôt en force avec une fréquence de pédalage assez faible et en mettant beaucoup de pression sur la pédale, c’est le coup de pédale le plus efficace.

C’est clair que c’est ce qui vous permettra d’aller plus vite en dépensant le moins d’énergie, en ayant l’impression de dépenser moins d’énergie. Ce n’est pas qu’une impression, c’est la réalité, c’est le coup de pédale le plus efficace.

Mais c’est celui qui use et fatigue le plus vos muscles, c’est-à-dire que dans le temps, c’est ce qui vous posera le plus de problèmes à tenir, à être frais si vous avez de longues sorties (par rapport à vous), si vous avez plusieurs cols, etc.

C’est pour ça que la cadence de pédalage élevée, « mouliner » comme on dit, c’est-à-dire aller à la même vitesse que si vous tirez du braquet, mais en moulinant plus, ça permet de moins solliciter, de moins fatiguer les muscles, surtout quand on a l’habitude.

Parce que quand on n’a pas l’habitude au départ, c’est clair, les gens disent : « ouais, mais mouliner, ça me fatigue, ça me fait monter le cœur », etc.

Je dirai que c’est vrai au départ parce que ça demande une habitude, une adaptation. Parce qu’encore une fois, le mouvement de pédaler n’est pas un mouvement naturel.

Courir, marcher, c’est un mouvement naturel, pédaler ce n’est pas un mouvement naturel et donc, ça demande une certaine habitude.

Voilà. Donc, habituez-vous à ça et après, vous pourrez trouver un équilibre. Alors, si vous avez entendu dire qu’il faut pédaler à 90 tours de pédale par minute sur le plat et que vous êtes à 80, ne passez pas d’un coup à 90, vous allez vous fatiguer.

Faites des sorties où vous augmentez votre fréquence de pédalage moyenne, faites des sorties spécifiques où vous essayez de pousser votre fréquence de pédalage, et après, petit à petit votre fréquence moyenne va augmenter de 80, 83, 85, 87 pour arriver à 90 ; vous serez mieux forcément qu’à 80 dans le temps.

Voilà les amis, merci d’avoir suivi cette vidéo. Comme d’habitude, laissez-moi un commentaire juste en dessous. Cliquez sur « j’aime » si vous avez aimé et partagez cette vidéo pour diffuser La Meilleure Cyclosportive de manière la plus large.

Et si vous êtes ici pour la première fois, cliquez sur le lien juste ici pour vous inscrire et recevoir gratuitement la méthode SMARTraining. La méthode en cinq étapes qui vous permet de rester motivé et de vous dépasser toute l’année.

Voilà, maintenant, c’est à vous de jouer !

Récupération : 3 conseils pour cycliste d'un kiné-ostéopathe

Alexandre Vienne est un kiné-ostéopathe, sportif. Il nous livre 3 clés pour mieux récupérer, moins se blesser et donc progresser plus. 3...

Et si tous les cyclistes étaient boulimiques ?

Apprenez à maîtriser vos pulsions ou vos addictions, cela vous permettra de mieux gérer aussi vos courses. La boulimie n'est sûrement pas...

Theme Settings