entrainement

Recadrage du défi fente avant

Attention, le coach s’énerve ! Le défi fente avant a été conçu pour faire prendre conscience qu’il fallait penser comme un champion. Hinault, Armstrong, Jonny Wilkinson, Tony Parker, Teddy Riner, etc… Tous ces champions s’impliquent dans leurs entraînements et n’appliquent pas bêtement ce que leur disent leurs entraîneurs. Et vous ?

 

Pourquoi garder une dent dans les cols est une connerie ?

Dans cette vidéo, je reviens sur une habitude des cyclistes qui n’a pas d’efficacité, et qui pourtant est encore trop pratiquée.

baniere capture PMG

 

 

 

Vous avez aimé cet article ? Découvrez chaque semaine comment améliorer votre moyenne tout en restant motivé. Inscrivez-vous ici

Comment Obtenir des Résultats Hors Normes en Moins d'1 Minute ?

Plus d’exercices qui te permettent d’être en forme même en roulant peu, sur 4 heures par semaine

Programme d’entrainement par vidéo, clique ici pour plus d’info.

Le home trainer pour progresser en montagne

Peut-on progresser en montagne en s'entraînant sur home trainer ou vélo d'appartement ? Je réponds à cette question dans la vidéo ci-dessous....

Progresser en montagne avec la méditation

La méditation n'est pas une pratique religieuse, mais un des entraînements mentaux les plus efficaces pour progresser en vélo. Il y a...

Les 7 clés pour progresser dans son entrainement de vélo en montagne ?

L'entrainement de vélo de route en montagne pour progresser ? Dans cette vidéo, vous découvrez les 7 clés pour progresser en montagne....

Grimper en force ou en moulinant ?

Grimper en force ou en moulinant est une des questions qui me sont le plus posées en ce moment. Suite au sondage du mois que je vous invite à remplir, vous m’avez exprimé votre envie d’en savoir plus pour mieux grimper. Donc, cette vidéo est la première d’une série comme vous avez eue sur la récupération.

 

baniere capture PMG

 

Retranscription vidéo :

Bonjour les amis et bienvenue dans cette nouvelle vidéo du blog La meilleure cyclosportive de votre vie dans laquelle je vais répondre à une question qui m’est très souvent posée — pas que par les débutants, mais aussi par des cyclosportifs confirmés qui se posent toujours la question à un moment donné — : est-ce que, dans les côtes, il faut mouliner ou monter plutôt en force ? Quelle est la meilleure façon de pédaler ?

 Je vais essayer d’y répondre de la manière la plus intelligente possible et la meilleure possible.

D’abord, il faut connaître quels sont les avantages et les inconvénients de chacune des deux méthodes : en force, un peu la caricature de Miguel Indurain ou de Ian Ullrich, c’est-à-dire monter avec une faible fréquence de pédalage, tirer plutôt des gros braquets. Ça présente essentiellement deux avantages :

– en tirant du braquet, c’est là où on va le plus vite, là où l’on a la meilleure efficience par définition. On fait une plus grande trajectoire avec un minimum de coups de pédale et donc, c’est a priori ce qui est le plus efficace.

– deuxième avantage, on a constaté — notamment lors d’une étude faite aux États-Unis — lors de deux tests où l’on pédalait avec une cadence de pédalage faible, du gros braquet, et la même côte montée avec la même vitesse, mais avec un braquet beaucoup plus petit et donc une plus grande fréquence de pédalage (au-dessus de 90tpm), que c’est avec un gros braquet, une faible cadence de pédalage, que l’on a la fréquence cardiaque la plus basse. Ça dépend des individus, mais on gagne entre 5 et 8 battements par minute et ça peut avoir une incidence énorme, car si vous êtes en limite de seuil aérobie, avec 5 pulsations de plus vous allez commencer à faire de l’acide lactique et tenir moins longtemps.

Mais en général, au niveau physiologique, à vitesse égale on produit moins de déchets, moins d’acide lactique dans le sang et on pourrait, en théorie, tenir plus longtemps un braquet plus gros qui vous fait aller plus vite.

Vous allez me dire « c’est génial ! C’est ce qu’il faut que je fasse ». Eh bien, en fait, non, ce n’est pas tout à fait ça, parce que quand on tire un braquet élevé ça crée des tensions musculaires très fortes et il s’avère qu’au bout d’un certain temps, la fatigue s’accumulant (et elle s’accumule beaucoup plus quand on tire un gros braquet), le cœur a tendance à monter, car on se fatigue énormément et on n’arrive plus à éliminer les déchets. Contrairement à la grosse fréquence de pédalage où les muscles sont plus oxygénés, les articulations bougent plus et on recycle mieux les toxines. Donc, c’est vrai que mouliner va faire un peu plus de toxines à vitesse égale, mais on va mieux les éliminer. Le constat est donc qu’avec un gros braquet, si l’on est capable de tenir, de soutenir la douleur et d’avoir une bonne capacité de récupération, c’est là où on va aller le plus vite. Avec une fréquence de pédalage plus élevée, on aura un peu plus de confort musculaire, mais ça sollicitera un peu plus le cœur, à vitesse égale. L’autre avantage de la vélocité, c’est qu’on passe plus vite le fameux point mort, vous savez, quand les pédales sont à la verticale, il y a un très court instant (peut-être 1 ou 2 cm) où on n’a pas de possibilité de forcer dessus et c’est donc un petit temps de ralentissement. Par la force de l’énergie cinétique, plus vous tournez vite les pédales, plus vous passez vite et sans effort ce point mort. Donc c’est un peu plus efficace. C’est pour ça que, aujourd’hui, vous avez la plupart des meilleurs rouleurs qui utilisent plutôt une fréquence de pédalage élevée. Sur le plat, les contre-la-montre, ils sont entre 100 et 110 tpm, et en côte, les meilleurs grimpeurs — à l’époque d’Armstrong, Pantani et aujourd’hui Chris Froome — tournent les jambes aux alentours de 85 ou 90 tpm en montée. C’est énorme. Ils ont un cœur pour ça — dans le cas d’Armstrong et de Pantani, on sait qu’ils avaient autre chose, d’accord, ceci expliquant un petit peu cela. Dans le dopage, on trouve de quoi pallier l’effet négatif de la vélocité — et la vélocité permet de tenir plus longtemps.

Alors, pour nous, cyclosportifs sains, passionnés, performants et ambitieux, quelle est la meilleure stratégie à adopter, force ou vélocité ?

Déjà, à l’entraînement, il faut s’entraîner avec les deux. Il faut faire du travail en force qui va vous permettre de développer votre puissance, votre gainage et de pouvoir amener une dent ou deux de moins à la même cadence de pédalage. Et c’est une habitude à prendre. Il faut régulièrement faire des entraînements en force, peut-être une sortie sur deux en côte, faites du travail de force.

Il faut aussi s’entraîner régulièrement — peut-être pas au même moment parce qu’on ne développe pas les mêmes qualités musculaires et ça ne sert à rien de les perturber et vous gagnerez en qualité en les travaillant lors d’une autre séance — la vélocité ou l’hypervélocité. On va travailler l’hyperforce, entre 50 et 60 tpm, et on va travailler l’hypervélocité à 80/90 tpm en côte, bien sûr. On met tout à gauche et on est en hypervélocité. Ça va travailler la souplesse des articulations et à force de s’habituer à ces deux extrêmes, on va trouver naturellement notre propre coup de pédale. Encore une fois, ne soyez pas académiques ! Vous avez des gens qui ont une morphologie plus grande et plus musclée, qui auront tendance à tirer des braquets plus grands, car ils ont la puissance pour le faire et comme ils ont du poids, c’est mieux pour eux. Et vous en avez qui sont plus petits, plus fins et avec moins de force, et ils auront plus intérêt à mouliner. Et ça, c’est à vous de trouver. Et puis, évidemment, c’est en fonction de vos habitudes. Si vous avez l’habitude de mouliner, vous vous sentirez très bien à 85, alors que si vous n’avez pas l’habitude de mouliner, à 80 tpm vous aurez l’impression de faire exploser votre corps. C’est à vous de trouver votre propre style, mais, quel qu’il soit, entraînez-vous régulièrement et de manière à peu près équilibrée en force et en vélocité et ainsi vous trouverez votre propre stratégie pour bien grimper.

Je vous donne un petit exercice pour la semaine : faites un entraînement particulier, vous allez bien vous chauffer pendant une demi-heure, puis vous prendrez une côte qui fait approximativement 1 km/1,5 km et vous allez d’abord la monter en force, avec un braquet qui vous fait tourner les jambes aux alentours de 50 tpm, très en force. Vous la montez à une vitesse assez facile, mettons 12 km/h. Arrivés en haut, vous récupérez, vous faites la descente, et vous remontez la même côte, à la même vitesse, mais en hypervélocité. Vous allez voir ce qui se passe. Comme ça, vous allez sentir (et pas parce que Nicolas l’a dit), vous allez tester par vous-même. Ne croyez jamais personne sur parole, ni moi ni n’importe quel expert. Testez. Testez suffisamment longtemps, correctement, pour vous faire votre propre opinion et votre propre confiance en vous-même, car vous aurez testé.

Vous allez déjà voir, sur la côte, ce que vous préférez et surtout, vous allez voir, une fois arrivé en haut, la manière dont vous récupérez. Peut-être montez-vous plus vite avec un gros braquet, mais c’est plus difficile de récupérer. Peut-être qu’en vélocité, vous êtes plus essoufflés, mais une fois arrivés, vous êtes capables d’en remettre une. Vous allez ainsi adapter votre stratégie, qui sera un juste milieu (non pas parce que je suis normand, mais parce que souvent, la voie de la sagesse est celle du milieu).

Faites l’exercice, dites-moi ce qui s’est passé pour vous, dans les commentaires, et ce que vous préférez. Ainsi, nous allons voir, durant l’été, plusieurs vidéos pour améliorer votre style en côte, progresser dans les côtes, car c’est ce que vous m’avez demandé prioritairement dans le sondage que j’ai effectué. Vous avez la possibilité de participer au sondage du mois (là, sur le blog), et d’ailleurs, je vous demande de le faire tout de suite après cette vidéo. Dites-moi quels sont les points que vous aimeriez améliorer cet été, comme ça je pourrai vous faire des vidéos vous donnant des astuces et des conseils. Ce qui ressort très nettement, là, c’est la progression en côte, la perte de poids et donc ce sont plutôt ces sujets-là que j’aborde.

Je vous dis à très bientôt sur une prochaine vidéo du blog La meilleure cyclosportive de votre vie et maintenant, c’est à vous de jouer !

 

Comment perdre du poids définitivement ?

INSCRIVEZ-VOUS AU WEBINAIRE GRATUIT DE MERCREDI 11 JUIN à 19H
Dans cette vidéo, vous découvrirez 2 exercices de motivation puissants pour vous permettre de relever votre défi de perdre du poids. Vous saurez aussi pourquoi les régimes ne marchent pas pour les sportifs et particulièrement pour les cyclistes.

À la fin de la vidéo je vous offre une belle surprise pour vous aider à perdre du poids rapidement.

Information sur le programme: « Perdre 4 kilos en 4 semaines »

ATTENTION : L’enregistrement du webinaire sera payant.

Retranscription vidéo :

Bonjour et bienvenue dans cette nouvelle vidéo de La meilleure cyclosportive de votre vie dans laquelle vous allez découvrir plusieurs moyens de perdre du gras sans perdre de la puissance. Et dans un instant, vous saurez même pourquoi les méthodes habituelles ne marchent pas, vous demandent beaucoup d’efforts et de sacrifices pour de faibles résultats et ne tiennent pas dans le temps.

Mais d’abord, laissez-moi vous poser une question : savez-vous comment on fait pour ébouillanter une grenouille ? Non ? Je vais vous laisser chercher et je vous donne la réponse dans un instant.

Il n’y a pas si longtemps, je pesais encore 86 kilos ; j’avais pris 10 kilos de gras alors que je suis coach. À l’époque je me suis beaucoup investi dans mon job et l’arrivée de mon troisième enfant, ma princesse, a mis le sport et mon affûtage au second plan. Sans vraiment m’en rendre compte, j’ai pris quelques kilos avec la quarantaine ; je faisais du sport, mais sans trop d’objectifs, à l’envie et je me suis mis à enchaîner les excès alimentaires sans contrepartie. Bref, j’étais entré dans une spirale infernale au niveau du poids.

Cela vous est peut-être arrivé que la culpabilité gâche vos plaisirs, que les contraintes et les essoufflements dus à votre surpoids vous déclenchent des douleurs dans le dos ou les articulations. Pour ma part, je n’arrivais même plus à prendre ma fille dans les bras. Je disais que c’était parce qu’elle était devenue trop lourde. C’était surtout parce que j’avais 10 kilos en trop. Et en vélo, vous avez peut-être déjà vécu cette frustration : dans la moindre montée, vos jambes ne tournent plus et vous donnent la sensation de monter deux sacs de plâtre. Vous connaissez peut-être cette humiliation d’être celui qu’on attend, ou la déception de vous défoncer — car vous forcez —, alors que vous faites des temps très moyens, pour ne pas dire décevants.

Vous aimeriez perdre du poids rapidement sans avoir à sentir la faim à chaque repas et tout au long de la journée, pouvoir faire fondre les 3 ou 4 kilos de gras juste avant votre objectif  vous permettrait d’utiliser la force que vous avez développée avec eux pour accélérer sans eux dans les moments cruciaux. Ça fait une sacrée différence, mais surtout le top serait d’avoir un vrai plan, point par point  pour ne pas reprendre tous vos kilos après, et même conserver, voire améliorer, votre puissance musculaire.

À cause de ces kilos en trop, vous vous faites larguer dans les côtes, vous souffrez plus que les autres, mais vous allez moins vite. Donc, plus de souffrance pour moins de satisfaction au final. Il faut croire que vous êtes masos ! Vous avez bien essayé des régimes, mais sans accompagnement adapté aux cyclistes, vous n’arrivez pas au bout et cela finit par entamer votre estime personnelle et votre confiance en vous. Vous êtes dans la boucle infernale et si vous ne réagissez pas, vous allez vous y habituer, trouver les bonnes raisons pour y rester — « ce n’est pas si grave » « c’est l’âge » « c’est le boulot ». Je ne vous blâme pas, même moi, qui suis préparateur mental, je suis tombé là-dedans. Comme je vous le disais tout à l’heure, je me privais de bons moments de bonheur et de câlins avec ma fille en refusant de la prendre dans les bras, car j’avais mal au dos et je lui disais « maintenant, tu as grandi, tu es trop lourde ». Mais en réalité, c’est que j’avais pris 10 kilos de trop.

Alors le temps est venu de regarder la réalité en face, de réagir, d’avoir un véritable accompagnement qui vous booste et vous fasse enfin réussir votre challenge face au poids.

Pourquoi je vous raconte tout ça ? Au fait, vous avez trouvé comment on ébouillante une grenouille ? Eh bien, si vous la jetez directement dans l’eau chaude, elle réagira si vite qu’il vous sera impossible de la laisser dans l’eau. Par contre, si vous la glissez dans une casserole d’eau froide elle y nagera volontiers. Vous chauffez à petit feu, elle se laissera endormir sans s’en rendre compte, pour finalement en mourir.

Vous aussi, vous vous laissez endormir à petit feu sans vous en rendre compte. Je veux vous faire réagir parce que vous vous racontez des histoires, du style « il y a pire ». Vous vous trouvez des excuses, comme je l’ai fait. Franchement, continuer à souffrir plus que les autres pour être derrière, ne pensez-vous pas que vous valez mieux ? Ne serait-il pas plus puissant de renforcer chaque jour votre estime de vous plutôt que de la laisser se dissoudre jour après jour, échec après échec, année après année ? Je vous choque ? Tant mieux ! C’est ce que je cherche à faire. C’est mon job au quotidien. Je veux vous faire réagir. J’ai coaché des centaines de champions et de chefs d’entreprise pour perdre du poids. Ils m’ont tous dit « donne-moi une liste de ce que j’ai à faire et je le ferai ». À votre avis, combien de ces hommes qui réussissent et qui gagnent leurs défis ont réussi en procédant ainsi ? Moins de 10 %. Si vous n’êtes pas suffisamment motivé, même avec la meilleure recette du monde, vous n’irez jamais au bout. Les gens commettent souvent cette erreur : ils veulent quelque chose et, tout de suite, veulent savoir comment faire, comment l’obtenir tout de suite. Et ça, ça ne marche pas. Avant, il vous faut prendre du temps pour muscler votre motivation. Stoppez cette vidéo et écrivez au moins 10 bonnes raisons de maigrir maintenant. Trouvez des raisons positives : ce que cela va vous apporter, ce que cela va vous permettre. Mais trouvez aussi des raisons de ne pas échouer, trouvez des « plus jamais ça ». Allez, stoppez la vidéo deux minutes, écrivez les premières idées qui vous viennent à l’esprit et on se retrouve juste après.

Bien, on vient de voir les principaux problèmes que vous rencontrez avec ce surpoids et pourquoi vous voulez les perdre. Juste après, vous allez découvrir des solutions incroyables, mais tout d’abord, laissez-moi vous expliquer pourquoi vous n’avez jamais vraiment réussi à atteindre votre poids de forme facilement.

Il existe peu de régimes qui prennent vraiment en considération les contraintes d’un sportif et les mécanismes essentiels de notre fonctionnement. Personnellement, je n’en ai jamais trouvé. Pourquoi ? Parce que, aujourd’hui, il faut que tout soit tout de suite. Peu importe le prix et surtout, peu importe les conséquences. Certaines personnes dépensent des milliers d’euros pour perdre du poids avec des régimes alimentaires, des aliments ou des produits hors de prix : opérations, liposuccion et j’en passe. De plus, les sportifs doivent répondre à plusieurs paradoxes : perdre du poids sans perdre de puissance, faire du sport, mais sans prendre trop de muscles — qui seraient du poids à monter. Je vais vous montrer les deux erreurs les plus répandues qui expliquent pourquoi beaucoup font des efforts, des sacrifices et ne perdent pas ou peu de ventre.

Vous devez connaître ce que l’on appelle le métabolisme de base. C’est notre consommation d’énergie en calories pour que notre organisme fonctionne — pour respirer, digérer,  réfléchir, pour faire fonctionner nos organes en faisant une activité minimum (être sédentaire). Un adulte moyen est aux alentours de 2000 calories. C’est considérable ! Il faudrait faire plus de 4 heures de vélo pour en dépenser autant. Pourtant, si vous perdez du poids, votre métabolisme de base diminue et donc, quotidiennement, vous dépensez moins de calories. Pour continuer à maigrir, il vous faudrait encore moins manger, ce qui diminue encore votre métabolisme. En fait, en temps normal, la digestion représente 1/3 des dépenses de l’organisme. Si vous mangez moins, la digestion consomme moins de calories, ce qui diminue votre métabolisme de base. Vous êtes entré dans une spirale qui ne peut que vous amener à craquer un jour. Et c’est tant mieux, car à force de maigrir, vous finirez par taper dans vos muscles et perdre de la puissance et de la force. Donc, quand vous craquez, ne vous en voulez pas, c’est une réaction intelligente.

Mais quand vous remangez, même normalement, votre corps que vous avez mis en situation de « famine », en quelque sorte, va mettre en place un mécanisme d’adaptation. Il va créer des cellules graisseuses pour faire face à la prochaine famine et ainsi avoir plus de capacités de stockage. Vous voyez où je veux en venir ?

Vous l’avez compris, un bon régime alimentaire qui vous garantit des résultats durables ne doit pas diminuer vos rations quotidiennes. Dans ce cas, vous faites des efforts et des sacrifices sans résultats et cela altère votre estime de soi et vous ne devez plus l’accepter. Votre programme d’amincissement doit vous permettre de manger à votre faim des produits plus sains et meilleurs. Vous obtiendrez des résultats spectaculaires dans le plaisir.

Je vous donne un deuxième critère pour choisir votre programme qui vous permettra d’atteindre votre poids de forme, sans effort. Imaginons que vous voulez perdre du ventre et retrouver un ventre plat et tonique. Que vous conseillent la plupart des professionnels ? Faire des abdos, les fameux crunchs (ou levers de buste). Vous pouvez en faire 200 par jour, certains de mes clients en faisaient même jusqu’à 1000 par jour sans aucun résultat ! Pourquoi ? Les muscles du ventre sont constitués de trois couches : le grand droit, les obliques et le transverse. Le grand droit est celui qui donne les « tablettes de chocolat » que vous développez avec les fameux crunchs. Vous pouvez en faire autant que vous voulez, ça ne rendra jamais votre ventre plat. C’est en faisant du gainage que vous renforcez les muscles obliques et le transverse et ce sont eux qui maintiennent les organes dans votre abdomen. Si vous avez du ventre et qu’on ne voit pas vos abdos, c’est pour deux raisons :

Soit vous avez du gras autour du ventre et on ne voit pas vos abdos parce que vous en avez beaucoup.

Soit vous avez les intestins gonflés, et même mince avec des abdos, vous aurez un ventre gonflé et douloureux.

Notre alimentation est bourrée d’additifs, les colorants, les exhausteurs de goût, les conservateurs, les métaux lourds, les pesticides, etc. De plus, on mange des aliments exotiques et hors saison, ce qui agresse la paroi intestinale. Enfin, même si vous avez une bonne alimentation, lorsque vous digérez vous libérez deux types de sucs gastriques : les sucs acides qui digèrent les protéines et les sucs alcalins qui digèrent tout ce qui est céréales. Quand vous avez une alimentation riche et variée, les sucs se mélangent en créant une substance qui agresse nos intestins et qui fait gonfler la muqueuse intestinale. Vous pourrez faire tous les abdos du monde, votre ventre ne dégonflera pas, ou pire, cela compressera vos parois intestinales ce qui agressera encore plus vos intestins.

Ici encore, vous comprenez que les méthodes classiques vous demandent beaucoup d’efforts et de sacrifices pour de faibles résultats. Et cela affecte encore l’estime de soi. Que fait-on inconsciemment pour se réconforter ? On mange. C’est un moyen simple et puissant de se réconforter. Mettre quelque chose en bouche, c’est ce que nous faisons pendant des années quand nous sommes enfants. Et croyez-moi, pour nous conditionner à faire quelque chose, il ne faut pas des années.

Un bon programme pour perdre du poids doit utiliser des méthodes efficaces, faire travailler les bons muscles de la bonne façon, qui entraînent des résultats à la hauteur de vos efforts pour vous apporter fierté et accomplissement. Vous l’avez également compris, un bon programme doit aussi prendre en compte votre motivation et vos mécanismes mentaux.

J’aimerais voir encore un dernier exemple et vous saurez comment perdre 4 kilos en 4 semaines, avec moins d’effort et plus de plaisir. Cela vous paraît impossible ou un bel argument commercial. Je vais vous démontrer que si vous appliquez la bonne stratégie vous aurez plus de résultats que ceux qui se défoncent à longueur de journée en faisant n’importe quoi.

Certaines études ont démontré que le sport faisait grossir. Ça vous surprend ? Vous le savez peut-être déjà, mais notre consommation de graisse dépend du niveau d’intensité de l’effort. Un effort intense, au-dessus de 90 % de notre FCMax, va vider nos réserves de sucre dans l’organisme, mais brûler peu de graisses. Résultat : à la fin de votre séance, vous êtes vidé, affamé et vous n’avez rien perdu. Si vous compensez juste vos besoins en sucre, ça pourra aller, mais généralement les gens mangent un peu plus. Le sucre en supplément disponible, comme il n’est pas consommé — il n’est pas consommé parce que vous êtes épuisé — va se transformer en graisse. En bonus, cela crée une addiction au sucre tout au long de la journée.

Quels sont les sports les plus pratiqués par les gens qui veulent maigrir ? La gym en groupe, l’aérobic, la zumba, le byking, le football, le tennis et le jogging ou le vélo entre amis, mais à un rythme trop soutenu. Vous l’avez compris, tous ces sports qui demandent beaucoup de souffrances et qui entraînent assez peu de résultats ne sont pas efficaces.

Alors que si vous pratiquez un effort modéré, en dessous de 80 % de votre FCMax, c’est-à-dire en pouvant parler (c’est déjà plus sympa), votre corps utilise comme carburant du diesel, autrement dit des graisses. Vous perdez du gras, comme vos réserves de sucre ne sont pas entamées, vous n’êtes pas affamé et si vous avez faim, vous pouvez même manger des aliments pauvres en sucres (comme les amandes, le pain complet, du blanc de poulet). Vous diminuez votre addiction au sucre. C’est ce que vous pouvez faire en pratiquant, par exemple, la marche, la natation ou du vélo, tranquillement.

Ce que je veux montrer ici, c’est qu’en connaissant les bonnes stratégies, vous maigrirez avec moins d’effort, plus facilement et avec plus de résultats. Au contraire, avec les mauvaises stratégies, vous pouvez vous donner l’impression de faire des efforts considérables, de souffrir, même, et avec, pourtant, peu ou pas de résultats. À la longue, je suis sûr que ça va vous décourager. Maintenant, vous comprenez pourquoi vous devez choisir un programme intelligent, qui utilise des stratégies efficaces et les méthodes ayant obtenu les meilleurs résultats. Et pas forcément en demandant toujours plus.

Au fait, il existe encore deux méthodes pour brûler les graisses, encore plus vite qu’avec un effort modéré. Voyez la suite.

Maintenant vous savez pourquoi vous avez du mal dans les côtes, pourquoi tous vos efforts n’entraînent pas forcément les résultats espérés. Et vous n’y êtes pour rien. Vous ne connaissez tout simplement pas les bonnes méthodes et puis c’est tout. Dans un instant, je vais vous expliquer comment vous pouvez perdre 4 kilos en 4 semaines, définitivement, tout en développant votre force. Mais d’abord, laissez-moi vous coacher encore une fois. Je veux que vous soyez prêts à vous impliquer vraiment dans votre perte de poids, donc dans votre performance. Un bon programme d’amaigrissement doit comprendre un plan de motivation. Vous le savez, il faut muscler votre mental avant de vous jeter dans la stratégie sinon vous n’irez pas au bout, et même avec la meilleure méthode, vous n’obtiendrez pas les meilleurs résultats.

Si seulement vous aviez 3 ou 4, voire 5 kilos de moins, comment serait votre vie ? Prenez une grande inspiration, détendez-vous et fermez les yeux. Laissez-vous guider. Imaginez-vous en train de monter un col, les jambes légères, refroidi par la vitesse de votre ascension et vos sensations aiguisées par la finesse de votre peau, plus un gramme de graisse sur les jambes. Vous montez avec aisance, c’est vous qui larguez les copains. Quelle sensation de fierté ! Et quelle satisfaction vous éprouvez ! Sur votre ventre, la bedaine a fondu. Il ne reste plus de gras, mais surtout votre ventre est dégonflé ; il ne vous gêne plus quand vous êtes allongé sur le vélo et vous êtes plus confortable dans vos jeans. Votre entourage vous en fait la remarque « Wouah, tu as fondu, tu es plus affûté que l’année dernière ! ». Que ressentez-vous ? Vous vous sentez plus en forme que jamais. Vous l’êtes d’ailleurs, peut-être plus qu’il y a 10 ou 20 ans. Votre visage est lumineux, vous êtes fiers de vous, votre estime est à son top. Que pensez-vous qu’il va se passer à la prochaine sortie entre potes, ou lors de votre prochaine course ?

Bon, vous pouvez rouvrir les yeux, je crois que vous êtes suffisamment motivés pour suivre un programme efficace. Je vais, dans quelques jours, vous proposer un programme unique, spécialement conçu pour les cyclistes, mais qui peut le plus peut le moins : il peut aussi convenir si vous êtes sédentaires ou si vous pratiquez un autre sport. Ce programme prend en compte le fait que vous devez avoir de l’énergie pour vous entraîner, que vous devez prendre de la force sans que vos muscles grossissent, que vous voulez perdre du gras, mais pas du muscle, et surtout que vous avez besoin d’un véritable accompagnement pour mettre votre motivation en orbite.

Vous allez savoir, dans quelques instants, comment il fonctionne, mais d’abord, voici ce que vous allez y trouver :

Dans un premier chapitre, vous allez apprendre à créer le momento, c’est-à-dire à créer le moment du changement. Si vous ne créez pas une impulsion, vous ne vous y mettrez jamais, ou plus tard, mais plus tard, c’est souvent jamais.

Vous devez aussi mettre en route votre organisme. Vous avez sûrement déjà vécu cela : avec la plupart des méthodes de régime habituelles, vous faites de gros efforts et votre organisme commence à perdre du poids au bout de quelques semaines seulement. Ce n’est pas très motivant, et c’est pour cela que vous repoussez à plus tard. Donc, vous allez découvrir comment réussir une monodiète d’une journée, qui va vous faire perdre tout de suite 1 kg, qui va détoxifier votre corps et dégonfler vos intestins. Mais surtout, qui va vous préparer mentalement à suivre et soutenir un régime. Une étude menée en Suède et en Espagne parue dans le journal The Scandinavian journal of medecine & science in sports — le premier qui se moque de mon accent, je le bute (rires) — a démontré que les personnes qui suivent un jeûne, une diète ou une monodiète avec application, un à quatre jours en début de programme réussissent à maintenir plus longtemps de bonnes habitudes alimentaires et maigrissent plus vite que ceux qui ne le font pas. Ensuite, nous verrons une séance d’entraînement qui va faire fondre votre graisse en augmentant votre métabolisme, et tout cela en prenant de la force. Cerise sur le gâteau, sans vous faire grossir les cuisses. Depuis les années 50, on sait que des exercices de renforcement intenses sur une courte durée développent la force sans prendre de muscles. Le coach le plus médaillé au monde a mis au point une méthode avec des résultats impressionnants qui combine des exercices de musculation expresse, alternant le haut du corps les abdos et les jambes. Aujourd’hui, la mode du cross-fit utilise cette méthode pour obtenir des résultats spectaculaires. Vous bénéficierez d’une séance qui vous apportera tous ses effets en moins de 10 minutes. Sans matériel, vous pourrez la faire n’importe où et n’importe quand. Plus d’excuses pour ne pas vous affûter.

Enfin, vous aurez un enregistrement d’une séance de motivation mentale que vous pourrez écouter chaque jour : créer le momento. J’ai coaché plus de 200 chefs d’entreprise qui voulaient perdre du ventre ; ils m’ont tous dit « Fais-moi une liste des choses à faire et je les ferais. » Et vous savez que moins de 10 % ont réussi. Pour réussir quelque chose — et cela est vrai pour jouer d’un instrument, apprendre une langue, perdre du poids ou gagner des millions —, vous devez créer le momento. C’est ce qui vous fait passer de « il faudrait que je le fasse » à « c’est indispensable », de « ce serait bien » à « je le fais maintenant ». De 10 % de réussite à plus de 90 %. Pour cela, vous devez muscler votre mental quotidiennement, et c’est ce que cet enregistrement vous permettra de faire.

Dans un deuxième chapitre, vous découvrirez comment brûler vos graisses. Vous voulez perdre du poids, mais pas du muscle ni de l’eau, alors il faut cibler vos actions qui vont brûler des graisses. Vous connaîtrez les aliments qui brûlent les graisses et ceux qui les absorbent, les aliments qui vous donnent de l’énergie et ceux qui la bouffent. C’est ici que vous découvrez les deux fameuses méthodes d’entraînement qui vont accélérer la combustion de vos graisses de vos sorties d’entraînement plus qu’un effort modéré. Au niveau mental, vous verrez comment, même avec du gras autour du ventre, vous pouvez être fréquemment en hypoglycémie, ce qui vous incite à grignoter. Je vais vous apprendre à maîtriser le cortisol, cette hormone du stress qui vous fait grossir.

Enfin, dans un troisième chapitre, vous saurez gagner la guerre contre la faim pour durer dans le temps. Qu’est-ce qui vous fait échouer quand vous adoptez une stratégie pour du poids ? C’est de lutter contre le creux dans le ventre, la sensation de faim qui vous tenaille l’estomac. Eh bien, si nous ne mettons pas en place un plan d’action pour gagner cette lutte, vous finirez par craquer et ce n’est pas ce que nous voulons. Donc, dans ce chapitre, vous apprendrez comment structurer votre alimentation et vos repas dans la journée pour diminuer la sensation de faim et arrêter d’avoir à lutter en permanence contre cette sensation. Bref, pour adopter avec plaisir de nouvelles habitudes alimentaires que vous aurez envie de prolonger tout au long de votre vie.

Vous connaîtrez le secret qui vous fera disparaître instantanément le creux de 11 heures. Vous découvrirez le taping, une méthode simple qui apaise les douleurs émotionnelles et les traumatismes. Oui, les problèmes de « bouffe » sont souvent liés à des problèmes affectifs ou des traumatismes émotionnels. Nous n’allons pas les résoudre dans ce programme à distance, mais grâce à cet outil puissant de la préparation mentale, vous arriverez à casser la spirale infernale « Je me sens mal donc je mange. Je mange, je ne me sens pas beau ni fier de moi et je me sens encore plus rejeté ». Le taping est un outil de réparation puissant ; je vous l’apprendrai et vous l’utiliserez pour lutter contre la faim. Du coup, vous réussirez votre pari contre le poids. Vous serez beau, fier de vous et cela va se ressentir dans le regard des personnes qui vous entourent. Bref, vous inversez la spirale infernale en spirale de la victoire.

Maintenant que vous aurez tous les éléments pour réussir le défi, dans un quatrième chapitre, nous allons voir comment maintenir votre poids tout au long de l’année. Je ne dis pas que vous ne reprendrez pas un peu de poids pendant l’hiver, l’alimentation et les hormones changent avec la température et la diminution de la luminosité, mais vous prendrez moins, mieux et vous perdrez plus vite, surtout en appliquant les méthodes acquises tout au long du programme. Pour maintenir votre poids durablement, vous utiliserez les méthodes suivantes :

1/ au niveau mental, je vous donnerai 2 outils pour entretenir votre motivation au quotidien. C’est comme un stimulateur permanent qui vous dit « allez, vas-y, go, go, go ! »

2/ je vous livrerai aussi le secret des aliments que vous pourrez manger à volonté. En plus, cela maintiendra votre métabolisme élevé, donc vous continuerez à mincir tout en mangeant à votre faim. C’est plus réalisable pour durer, mais cela vous permettra aussi et surtout d’avoir de l’énergie pour continuer à vous entraîner et à être performant.

3/ Et maintenant, le top ! Je ne crois pas qu’on puisse maintenir durablement des habitudes alimentaires si on ne peut pas se faire plaisir de temps en temps. Imaginez carrément pouvoir vous lâcher une journée par semaine et continuer à perdre du poids. Vous mangerez des chips, du chocolat, des gâteaux, de la viande en sauce, des pizzas. Si je vous dis qu’il est possible de manger tout ça et de continuer à maigrir. Vous ne me croyez pas ? OK, je relève le challenge. Des études faites au Japon, d’abord sur les rats, puis à l’université du Michigan, sur des êtres humains, ont démontré qu’en suivant un protocole alimentaire et sportif spécifiques, une journée par semaine on pouvait se gaver, continuer à perdre du poids. Deux groupes faisaient un régime assez strict : le groupe 1 pouvait s’accorder un jour de free day, tout manger à volonté. Les cobayes pouvaient alors manger jusqu’à 6000 calories dans la journée et perdre du poids. Les participants du second groupe gardaient le régime strict tous les jours. Les résultats au bout de six mois sont assez étonnants. Les deux groupes ont perdu autant de graisse. Dans quel groupe auriez-vous préféré être ? Le groupe un et pouvoir vous lâcher une fois par semaine ? Ou le groupe 2 qui obtient les mêmes résultats en se privant tout le temps ? Eh bien, figurez-vous qu’au bout d’un an, 90 % de ceux du groupe 2 avaient arrêté le régime, trop contraignant. Et ils avaient repris entre 80 et 115 % de leur poids initial. Dans le premier groupe, plus de 80 % des testeurs ont continué le régime et maintenu leur poids avec plaisir. J’applique moi-même cette méthode avec succès depuis des années. Les gens qui me connaissent me disent « Mais comment fais-tu pour être aussi mince à 44 ans alors qu’on te voit souvent manger des glaces ou des pizzas avec tes enfants, te faire des bons restaus, etc. ? »

Vous voulez connaître ce protocole ? Vous le découvrirez très bientôt dans le programme 4 kilos en 4 semaines.

Maintenant que vous savez ce que contient ce programme, je vais vous dire comment ça va se passer. Parce que j’imagine que vous pensez « wow, ça a l’air super son truc, mais va-t-on gérer tout ça, toutes ces informations, par quoi commencer ? » Ne vous inquiétez pas, je vais vous guider pas à pas. Quand vous vous inscrivez, vous recevez un message vous donnant les premières instructions qui vous guideront sur une plateforme privée réservée aux membres du programme. Là, chaque semaine, vous recevrez votre programme avec toutes les explications et les exercices. Je suis coach depuis 15 ans et j’ai accompagné avec succès des centaines de sportifs à atteindre leur poids idéal. Je vous ai concocté un programme pas à pas, vous avez juste à suivre ce qu’il faut faire semaine après semaine. Je veux que ce programme soit simple et accessible facilement au plus grand nombre. Jamais je n’ai vu un programme de perte de poids qui prend en compte toutes les contraintes et les particularités du cyclisme.

Donc, le programme est essentiellement constitué d’enregistrements audio, faciles à télécharger, pour que vous puissiez les emmener partout avec vous. Si cela est nécessaire, vous trouverez des supports et documents pour vous aider. Bien sûr, comme à chaque fois, je veux que vous soyez satisfait ou satisfait. Vous bénéficierez d’une garantie en béton qui vous permettra d’essayer le programme et s’il ne vous convient pas ou que vous n’êtes pas satisfait, vous serez intégralement remboursé sans avoir à vous justifier. Ce n’est pas à vous de prendre les risques. Dans quelques jours, je vous annoncerai le prix de ce programme et les modalités pour y accéder. Sachez que je veux qu’il soit accessible à toutes les bourses. De plus, je veux récompenser les premiers fidèles qui s’inscriront. Mais en attendant, je veux savoir ce que vous en pensez. Qu’est-ce qui vous plaît ? Qu’est-ce qui vous manque ? Avez-vous des questions ? Avez-vous envie de partir dans l’aventure ? Selon vous, quelle est la valeur de ce que vous apporte un tel programme ? Répondez juste en dessous dans les commentaires et je vous donne rendez-vous mercredi 11 juin à 19 heures pour une préouverture du programme 4 kilos en 4 semaines, définitivement, qui démarrera le 18 juin. Vous pourrez ainsi bénéficier de bonus privilégiés  en remerciements de votre  inscription.

Vous pouvez vous inscrire juste en dessous pour recevoir en avance la préinscription directement dans votre boîte mail. Maintenant, c’est à vous de jouer !

Les pédaliers ovales sont-ils des gadgets ou des boosters ?

Apparus dans les années 80 les pédaliers ovales n'ont pas convaincu. Pourtant, ils reviennent sur le devant de la scène avec C.Fromm...

Comment se débarrasser des crampes ?

Dans cette nouvelle vidéo, vous allez découvrir les 5 facteurs qui ont le plus d'influence sur les crampes. Elles limitent vos performances,...