Cherchez le support de votre motivation.

Cherchez le support de votre motivation.

Comment développer la motivation, le mental d’un champion ? Nous sommes tous, à notre échelle, des champions du quotidien et nous cherchons à améliorer notre santé, nos relations, notre reconnaissance au travail ou dans nos passions, avoir de meilleure finances ou voyager plus, etc. Atteindre des buts ou des objectifs nous permet de progresser, et en utilisant les méthodes qui ont fait leurs preuves, nous améliorons la qualité de notre vie.

Si tu as aimé cet article partage-le et inscris-toi à l’infolettre (newsletter) du blog, tu bénéficieras en plus d’un super bonus pour progresser Inscris-toi ici
Laisse un commentaire ou une question juste après la retranscription en texte ci-dessous. Merci 😉

Retranscription Texte de la vidéo :

Bonjour les amis et bienvenue dans cette dernière vidéo de l’année. On approche de la fin de l’année et je tenais à vous faire une vidéo un peu particulière, un peu spéciale sur l’état d’esprit champion.
Il y en a quelques-unes qui commencent à émerger, je pense que je vais en faire d’autres, je vais faire une série comme ça pour développer l’état d’esprit champion.
Qu’est-ce que c’est que l’état d’esprit champion ? Les champions sont des gens qui réalisent leurs objectifs. Ça paraît tout bête, mais on arrive à la période de la nouvelle année et comme la rentrée de classes ou le début des vacances d’été, c’est le moment où on prend des résolutions, et nos résolutions sont finalement nos objectifs.

Et rien n’est plus dévalorisant et usant que de lancer chaque année des projets, des objectifs qu’on n’atteint pas. Alors, je sais bien, certains me disent que la meilleure des résolutions est de ne pas prendre de résolutions. Mais à ce moment-là, on mène sa vie un peu comme un bateau perdu au milieu de l’océan qui suit les courants favorables, mais qui finalement ne fait que tourner en rond.
Voilà pourquoi on aime et on admire aussi les champions, c’est parce que, quelque part, ce sont des gens qui réussissent à atteindre leurs objectifs, et même à les dépasser.

Même un champion, ce qu’il a de particulier, ce n’est pas que c’est un gagnant qui gagne une fois, c’est quelqu’un qui arrive à reproduire ça, donc qui a vraiment un état d’esprit.
Avoir les bonnes stratégies, c’est important, mais si vous n’avez pas l’état d’esprit, la persévérance notamment, la concentration, etc., eh bien finalement, vous pouvez avoir la meilleure stratégie du monde, si vous ne l’appliquez pas plus de quinze jours, vous n’obtiendrez pas les résultats escomptés. Donc, développer un état d’esprit champion – vous le savez, je suis préparateur mental donc c’est l’objet principal de mon travail : comment développer cet état d’esprit champion.

Là, en cette fin d’année, j’aimerais revenir à la source. Un champion, au départ, qu’est-ce que c’est ? Dans l’histoire, un champion, c’est celui qui défend une cause. Dans l’antiquité, les armées venaient, s’affrontaient, mais avant de s’affronter et de faire des milliers de morts, souvent de nombreuses batailles se sont réglées en faisant s’affronter les deux champions de chaque armée. Ils s’affrontaient et le champion qui gagnait, son armée considérait être la meilleure et remportait donc la victoire. On économisait ainsi des milliers de morts.

Plus tard, au Moyen-Âge, les chevaliers étaient les champions d’une reine ou d’un royaume, d’un château. Ils s’affrontaient en tournoi.

Au départ, il ne faut pas oublier que le champion, c’est celui qui se bat pour une cause. Et quand on se bat pour une cause, souvent on donne le meilleur de soi-même. Souvent, quand cette cause dépasse nos propres intérêts personnels. Se battre pour le droit des femmes, pour nos enfants, se battre pour une cause forte et profonde, ça nous donne de la force mentale pour se dépasser, pour aller plus loin. Pour soi, au bout d’un moment on va lâcher prise, on va abandonner, mais quand c’est pour une cause on va aller beaucoup plus loin, on va être capable de se dépasser, de tenir plus longtemps, d’être plus impliqué dans ce qu’on fait, d’être plus concentré dans ce qu’on fait.

Donc, ma question, et le travail que je vous propose, c’est de trouver quelle est, pour vous, votre cause.

Bien sûr, dans le cyclisme, on peut se dire que c’est bête d’aller chercher sa cause dans le cyclisme ; non, parce que, clairement, ça va avoir des conséquences au-delà du cyclisme. Pour travailler vos causes, pensez aux conséquences au-delà. SI vous êtes plus en forme en cyclisme, ou si vous perdez du poids, vous êtes plus tonique, plus dynamique, vous avez plus la pêche ; au boulot vous serez plus souriant, plus agréable peut-être, vous aurez plus d’énergie, vous vous battrez un peu plus que les autres. Résultat : vous allez avoir de meilleures performances, peut-être serez-vous augmenté, peut-être que vous allez être reconnu, que vous allez avoir une promotion. Ça, ça vous donne un moral sympa, vous allez arriver à la maison joyeux, vous avez de l’énergie pour jouer avec vos enfants plutôt que de dire « non, j’ai mal au dos, je suis fatigué et je me vautre devant la télé ». Vous passez un petit moment avec votre femme, vous êtes souriant, le soir vous avez plus d’énergie pour les câlins, ou dans la journée, etc., donc vous avez de meilleures relations avec votre femme.

Vous imaginez les conséquences juste parce que vous êtes en forme pour le vélo ou que vous perdez du poids ? Vous serez mieux au travail, mieux avec vos enfants, mieux avec votre femme, donc il y a des conséquences et ça, ce sont des causes. Faites la liste de vos causes. Plus vous aurez une liste de vos causes, plus aurez des motivations profondes qui vous permettront d’aller vous entraîner à un moment où vous êtes fatigué, où il ne fait pas beau. Ou de pousser un entraînement un peu plus, une série de plus, une répétition de plus, qui à la fin fait la différence. Au lieu de vous entraîner trois fois, vous vous entraînez quatre, etc.

Vos causes sont extrêmement importantes pour donner le meilleur de vous-même. Un dernier exemple, pour vous stimuler à aller chercher vos raisons d’agir, c’est un exemple que donne Darren Hardy dans son fabuleux livre « L’Effet cumulé » que je vous conseille de lire – vous avez le lien de la bibliothèque de la Meilleure Cyclo juste en dessous ou alors dans La Meilleure Cyclo, cherchez dans Bibliothèque. L’exemple qu’il donne, c’est : si je mets une planche de 20 cm au sol et que je vous donne 50 € si vous la traversez, est-ce que vous allez le faire ? Bien sûr que oui, c’est de l’argent facilement gagné. Donc vous traversez, vous gagnez vos 50 €, c’est génial.

Maintenant, on change de perspective pour vos raisons d’agir : on met cette planche entre deux tours de 200 mètres, et je vous dis « la deuxième tour est en train de brûler et dessus il y a 500 ou 1 000 € si tu arrives à traverser sur une planche de 20 cm à 200 mètres du vide. Est-ce que vous le faites ? Peut-être que vous allez le faire, mais il y a des chances pour que 95 % des gens qui disent oui à la première disent non à la seconde. Ça ne vaut pas le coup, même pour 1 000 €, j’ai le vertige, j’ai peur, si je tombe je meurs, c’est stupide.

Maintenant, troisième étape : cette planche est toujours entre deux tours de 200 mètres de haut, il y en a une qui brûle, mais dans celle qui brûle il y a un de vos enfants ou une personne qui vous est chère. Est-ce que vous traversez ? Il y a des chances qu’un plus grand nombre va essayer de faire le maximum, de se battre. Vous voyez que ce qui compte, ce n’est pas ce qu’on fait, mais les raisons pour lesquelles on le fait, qui vont nous permettre de dépasser nos limites, de repousser nos capacités et donc de progresser et de développer durablement.

Donc, en cette fin d’année, je vous invite à vous poser – bien sûr, posez vos objectifs, j’en parle souvent sur La Meilleure Cyclo, mais ça ne suffit pas –, posez aussi vos raisons d’agir, votre cause, vos causes. Plus vous en aurez, plus vous serez motivés, dans le temps, à faire malgré tout. Souvent on me dit « tu es père de famille, tu joues dans un groupe de musique, tu fais du vélo, etc., comment tu fais tout ça ? » Eh bien, j’ai des raisons d’agir pour chaque chose et je me les dis tous les matins.
Ça, c’est la troisième astuce.

Premièrement : définissez vos objectifs.

Deuxièmement : prenez du temps pour réfléchir, plusieurs fois (ne le faites pas qu’une fois) sur vos raisons d’agir.

Troisièmement : lisez-les tous les matins. Pourquoi ? Parce que tous les jours, on a des tas d’objectifs en tête – il faut que j’appelle tel client ; il faut que j’aille faire réparer la voiture ; il faut que je pense à aller faire les courses ; il faut que j’aille chercher les enfants à la sortie de l’école, à la sortie de la danse, etc. Des objectifs, on en a plein la tête tous les jours, et donc si vous avez vos objectifs, vous en avez d’autres qui vont venir les effacer. Si vous les dites tous les jours, vos objectifs seront clairs en tête, vos raisons d’agir seront claires en tête et donc, sans même y penser, vous trouverez justement des raisons d’aller vous entraîner alors que d’habitude vous diriez non. Des raisons, quand vous êtes sur le vélo et que ça fait mal, de pousser un peu plus loin. Des raisons d’aller faire telle ou telle course, des raisons de faire attention à telle ou telle chose que vous mangez.

 

Voilà, c’était Nicolas Elzéard pour la dernière fois de l’année. Je vous souhaite à tous d’excellentes fêtes de fin d’année.
Comme d’habitude, si vous avez aimé cette vidéo, cliquez sur « j’aime » et partagez-la. Si vous êtes là pour la première fois, cliquez sur ce lien et vous recevrez un bonus gratuit sur la préparation mentale, et d’autres bonus plus tard sur des tas de choses super sympas de La Meilleure Cyclo. En attendant, je vous dis à vous de jouer, comme d’habitude. On passe à l’action. C’est en faisant des actions qu’on change notre vie. Et à très bientôt pour une prochaine vidéo.

Articles relatifs

Ce que les débutants font de mieux que les experts ?

Garder un esprit de débutant peut améliorer considérablement vos performances....

Comment gérer tes objectifs pour rester motivé toute l’année ?

C’est encore le moment de bien gérer ton année pour...

Comment relancer ta motivation chaque mois ?

Savais-tu qu’après 4 semaines, 88% de la population avait déjà...

Commentaires (6)

Michel BRUNEL

Bonjour Nicolas.
Je te souhaite de bonnes fêtes de fin d’année, et j’apprécie chacune de tes vidéos.

J’aurais juste une demande à te faire. Pourquoi laisses tu en fond une musique aussi forte que je trouve polluante en fait, alors que la mélodie de ta voix suffirait largement à mon sens.

Meilleurs voeux pour 2016 !

    Nicolas

    Merci Michel,

    Si tu met le son a 50% tu ne l’entend plus mais juste ma voix
    Bonnes fêtes

Comme toujours une réflexion très intéressante de ta part. Cela vaut d’ailleurs pour bien d’autres domaines que le sport…

Moi, pour me motiver à m’enfiler des séances de force sur home trainer tout l’hiver, j’imprime les affiches de mes principaux objectifs de la saison que je colle sur le mur juste devant. Ca permet de ne jamais oublier pourquoi on s’entraîne si durement !

argouze patrice

merci a toi nico pour tes conseils toujours aussi complet!!une tres bonne année a toi et longue vie a ton blog qui nous donne la patate!!! cordialement PAT

bertrand

pace e salute a toi et toute ta famille

robert

Toujours intéressant tes conseils.

Meilleures voeus pour 2016

Ajouter un commentaire