Comment s’entraîner en vélo quand on est blessé ?

Comment s’entraîner en vélo quand on est blessé ?

Vous me posez souvent la question : comment s’entraîner en vélo sans se blesser plus et sans perdre (trop) le niveau qui nous a demandé des mois de sacrifices et d’efforts ?

Si tu as aimé cet article partages le et inscrits toi pour recevoir gratuitement 4 conseils de pro pour améliorer ta récupération Inscris toi ici >>
Laisses un Commentaire ou une question juste après la retranscription en texte ci dessous Merci 😉

Retranscription Texte de la vidéo :

Bonjour les amis et bienvenue dans cette nouvelle vidéo de La Meilleure Cyclosportive de votre vie, dans laquelle nous allons voir aujourd’hui une question qui m’est très souvent posée par mail ou sur les forums, ou sur Facebook.

C’est : « Nicolas, comment s’entraîner quand on est blessé ? »

C’est vraiment quelque chose qui vous taraude ; parce que vous vous êtes souvent beaucoup entraîné et vous vous êtes investi (du temps, les relations de famille, le boulot), vous avez réussi ça, et puis à un moment il y a une blessure directement liée à la pratique du vélo, ou pas. Ou un malaise, par exemple ; en ce moment, j’ai un torticolis , j’ai eu mal aux dents.

Certains m’ont dit, évidemment, qu’ils avaient eu des tendinites ou des douleurs au niveau du dos qui les empêchaient de bien s’entraîner. Des fois, même, je crois que c’est Jean-Jacques qui m’écrit qu’il s’est fait mal à l’épaule, qu’il a été opéré de l’épaule, qu’il ne peut plus s’entraîner en vélo, mais qu’il aimerait quand même entretenir son niveau.

Donc, « Nicolas, quels sont les conseils que tu nous donnes pour s’entraîner quand on est blessé ? », au sens large du terme. Voire, même, quand on est malade, on chope la grippe ou un peu le rhume des foins ou différentes choses. Comment s’entraîner ?

Alors, moi, j’ai deux principes par rapport à ça :

Premièrement : respecter la douleur

Le premier, c’est le principe de respecter la douleur. La douleur est une information et il est important de la respecter.

Si je peux m’entraîner d’une manière où je ne ressens pas la douleur, eh bien, je dirai que je peux m’entraîner sans problème. Si c’est au niveau des jambes, qui sont le muscle moteur dans le vélo, je vais essayer de trouver une manière de m’entraîner qui fait que je n’ai pas mal aux jambes et là, c’est possible.

C’est là où la musculation, l’électrostimulation sont des méthodes d’entraînement qui sont intéressantes parce qu’on peut cibler les muscles, et donc, on peut absolument ne pas avoir mal.

Mais si j’ai une douleur quand je fais du vélo, ça veut dire qu’il faut que j’arrête de faire du vélo. Auquel cas, il va se passer deux choses, c’est qu’au niveau cardiovasculaire, il faut que je puisse m’entraîner, en tout cas maintenir mon niveau cardiovasculaire avec d’autres sports qui font marcher mon cœur et qui vont permettre d’entretenir mon niveau cardiovasculaire, comme la course à pied, la marche, la natation. Ça m’est souvent arrivé de proposer à mes athlètes, ou moi-même, je me souviens avoir maintenu en 92 mon niveau, je m’étais cassé le poignet, le scaphoïde exactement, et pour maintenir mon niveau cardiovasculaire,  je faisais des montées d’escaliers. Parce que je ne pouvais plus faire de vélo, je ne pouvais plus tenir le guidon, par contre, les montées d’escaliers, au niveau cardiovasculaire, ça sollicitait bien le cœur, ça montait bien, le cœur montait et je pouvais continuer à maintenir mon niveau.

Une autre fois, un de mes athlètes avait une tendinite du genou qui l’empêchait de pédaler, mais par contre, ça ne l’empêchait pas de monter des marches d’escaliers, il n’avait absolument pas mal, donc, aucun problème ; en accord avec son médecin et son kiné qui ont dit : « effectivement, si tu n’as pas mal, c’est quelque chose que tu peux faire, de manière modérée. »

On ne va pas s’amuser, si on fait des sorties de trois/quatre heures en vélo, de faire trois ou quatre heures de montée d’escaliers, de jogging, ou de natation. De toute façon, vous ne pouvez pas le faire, ça serait trop fatigant pour l’organisme, mais en tout cas, vous pouvez maintenir votre niveau cardiovasculaire sans problème avec d’autres sports comme ça.

Au niveau musculaire, encore une fois, essayez de maintenir les muscles par des exercices de musculation, électrostimulation si vous pouvez, ou un autre sport, en sachant que vous n’aurez jamais la musculature spécifique au coup de pédale du cycliste, donc, il faudra toujours un petit temps pour revenir dans le rythme, dans le tempo spécifique, mais vous pouvez tout à fait faire des entraînements en endurance, en fractionné, même au seuil, avec d’autres sports. Ça vous permettra, encore une fois, de maintenir votre niveau, et ça, c’est assez intéressant.

Deuxièmement : avoir une approche globale du corps

La deuxième approche et le deuxième principe que j’ai par rapport aux blessures, et ça, je sais que ça risque de vous déranger, de vous gratter, de vous titiller, et peut-être que certains vont dire : « Oh ben ça, je l’écoute pas. » Ceci dit, c’est extrêmement dommage. Mon approche, c’est quoi ? Eh bien, c’est une approche globale du corps humain.

Vous savez qu’aujourd’hui, la médecine se remet énormément en question par rapport à ça, parce que la médecine scientifique occidentale moderne avait tendance à prendre les organes séparément les uns des autres – vous avez un spécialiste de la main, un spécialiste des yeux, un spécialiste de l’estomac, etc. –, et même si cette médecine marche très bien, il y a un moment où elle a rencontré des limites. Par exemple, l’approche de la médecine chinoise qui a plutôt une vision globale de l’être humain, dit par exemple : si vous avez un dérèglement au niveau des reins, ce dérèglement au niveau des reins va faire que vous allez moins filtrer tout ce qui est toxines et acide urée, etc., les substances toxiques (on va dire) pour l’organisme. Du coup, vous allez avoir d’autres organes comme le foie, l’estomac, qui vont fatiguer, ce qui va peut-être fatiguer votre cœur.

Donc, vous voyez qu’en touchant à un organe, il faut faire attention qu’il n’y ait pas une systémique comme ça, dans tout le corps humain. Et si vous avez énormément de toxines dans le corps, forcément, vos tendons vont subir et peut-être même que vous faites une tendinite en pensant que c’est parce que vous avez trop forcé en vélo, que vous avez un mauvais réglage. Et quand vous allez voir un spécialiste il vous dit : « Non non, tu es bien réglé », mais c’est peut-être parce que vous avez un problème organique qui fait que vous avez des tendinites. »

Au niveau psychosomatologie, on sait aussi que, souvent, les tendinites se mettent à des endroits quand on a de la colère non exprimée et que, forcément, dans le tendon il va y avoir une colère, une émotion. C’est une énergie qui a été mesurée par les appareils à résonnance IRM.

Quand vous avez une émotion, c’est une énergie, et si elle ne s’investit pas dans un objet extérieur, elle va s’investir dans un objet intérieur et en général, pour la colère par exemple, c’est les tendons. Pourquoi je vous raconte tout ça ? Pour simplement vous dire que quand vous avez une blessure, moi, je vous propose aussi de l’interpréter – même si ça n’a absolument rien à voir a priori avec le vélo –, de faire attention et de vous dire, « c’est peut-être aussi que mon organisme est fatigué. »

Et il est fatigué, peut-être au niveau des jambes, mais c’est peut-être tout autre chose qui va péter, même par inattention. Je vais me cogner le coude, je me casse le coude et je ne peux plus faire de vélo. Peut-être que je peux continuer à m’entraîner comme je vous l’ai dit précédemment, mais aussi peut-être, en faisant attention d’un peu lever le pied, un petit peu en profiter pour réorganiser ma vie personnelle, familiale, professionnelle, etc. Pour être, aussi, bien dans ma tête. Et ça, je trouve qu’aujourd’hui, on ne le prend pas assez en compte, même au plus haut niveau.

Alors que quand on le prend en compte au plus haut niveau, et quand j’ai la chance de travailler avec certains athlètes de haut niveau, on se rend compte que ça a un effet très important sur la performance à long terme, sur la performance durable. Encore une fois, je sais très bien que c’est frustrant de s’entraîner pour la course du 30 avril et puis on sent qu’on est en forme, là, début avril, ça monte, ça monte, ça monte, et puis, paf ! Clac ! Une blessure, vers le 10 avril, par exemple – je prends cet exemple-là – et là, on se dit « merde, vingt jours, je vais pas couper, etc. »

Moi, je pense que ça peut être une bonne idée d’écouter quand vous avez une blessure. Par exemple, souvent quand on est prêt, qu’on est affûté, on peut tomber malade, un rhume, un mal de gorge, des choses comme ça, un torticolis comme par hasard. Ce n’est peut-être pas une coïncidence et lever le pied, c’est sûrement une bonne idée, voilà.

Donc, les deux principes pour s’entraîner quand on est blessé c’est :

1) Écouter la douleur : si j’ai mal, j’arrête, je lève le pied et je change, et si je n’ai pas mal, eh bien, je peux m’entraîner, d’une manière, on va dire, raisonnable.

2) Peut-être écouter que le corps est en train de craquer et que c’est bon de globalement lever le pied. Et même si vous continuez à vous entraîner, eh bien, diminuez les deux.
Voilà, c’est fini pour cette vidéo. Comme d’habitude, si vous avez aimé cette vidéo, cliquez sur j’aime et partagez-la avec vos amis. Si vous êtes là pour la première fois, eh bien, sur le lien qui est juste là, inscrivez-vous pour recevoir gratuitement les vidéos dans votre boîte mail et, aussi, cinq vidéos gratuites sur la préparation mentale : Comment rester motivé, se dépasser, cinq conseils de pro pour réussir à se motiver, à se dépasser toute l’année.
Voilà les amis, je vous dis à très bientôt sur une prochaine vidéo de La Meilleure Cyclosportive de votre vie, et maintenant, c’est à vous de jouer.

Articles relatifs

4 remèdes contre l’état de fatigue

C’est un peu la saison qui veut ça, donc je...

Comment s’entraîner pendant la coupure ?

« Nico, comment ne pas perdre son niveau pendant la coupure...

La récupération : la clé de votre progression

Dans cette vidéo, vous découvrirez les 4 raisons qui font...

Commentaires (3)

Bjr, nicolas
vidéo toujours parfaite, comme d’hab.
vous serait-il possible de faire une vidéo sur la position et reglages sur velo course, car quand ont debute c est tres important

Merci NICOLAS

SPORTIVEMENT VOTRE

PATRICK

TRES BIEN la video

J’ aurai le meme souhait que Patrick

Une video sur le positionnement serait la bienvenue.

Hoffmann

Peut on essayé de s’entraîner sur un home traîner quand on a une hernie discale L5/S1 depuis plus de 1 mois très douloureux.
Et si oui quel position à adapté sur l’home traîner.

Ajouter un commentaire