La Réunion est-elle le Paradis des cyclistes ?

La Réunion est-elle le Paradis des cyclistes ?

Le 3 mars 2014 à 10 heures du matin, j’atterris à Saint-Denis de la Réunion pour la première fois de ma vie. Je suis très agréablement surpris par la chaleur douce, pourtant à plus de 30 °C. Je vais découvrir avec Stéphane la gentillesse et le grand respect des gens de l’île.

 

Rouler sur le Trek Madone Trek Madone

Après avoir déposé mes affaires à l’hôtel très sympa du centre-ville, Stéphane m’amène à la Mecque des cyclistes du sud de l’île : Cyclozone. Olivier et son équipe de passionnés m’ont préparé un Trek Madone de 2013. Les premières sensations sont très impressionnantes, il répond au millimètre, reste bien rigide dans les accélérations et pourtant d’un confort très agréable. Très léger dans les ascensions il est d’une fiabilité et d’une précision en descente que je n’ai jamais vues ailleurs. Bref, ce vélo aura grandement participé au plaisir que j’ai pris toute la semaine.

 

Le test de la première sortie

Dès le samedi nous partons rouler avec le groupe d’une vingtaine de cyclistes qui se retrouve chaque samedi. Comme partout, cette sortie s’apparente aux championnats du monde de la Réunion, d’autant que les courses sont forcément plus limitées sur l’île, donc cette sortie hebdomadaire est l’occasion de se mesurer aux coureurs.

2014-03-01 09.20.42Nous arrivons à 7 h, ce qui est déjà assez tard pour la température, et à ma grande surprise, la plus grosse partie du groupe part sans nous. Nous restons à 5 pour attendre les retardataires. Généralement, je sais que cela veut dire que nous allons faire chauffer les cuisses dès les premiers kilomètres.

 

Mais à mon grand étonnement, le groupe roule régulièrement à un bon train, emmené par Gérard. Nous devons faire environ 100 km le long de la côte. Autrement dit du plat, ce qui pour moi est une bonne mise en jambe. Le demi-tour se fait après le port de Saint Paul au rond-point des danseuses. À partir de là, la « course » s’anime avec quelques attaques de Stéphane qui a des fourmis dans les jambes. Gérard et son père, jean Luc , jouent aux chats et à la souris avec lui pour le calmer un peu. Malgré le vent de face, le tempo est assuré à plus de 30 km/h. La chaleur commence à devenir plus intense et le bidon entier que je me suis versé dessus met moins de 5’ à sécher. Il va falloir gérer son eau, tout en buvant régulièrement.

 

Nous arrivons à 5 ou 6 avec un grand sourire sur le visage. J’ai bu 5 bidons, alors que Stéphane, n’en a pas fini un. Il le payera dans les derniers kilomètres en se faisant lâcher au train dans une côte. Mais la leçon est apprise à ce prix parfois.

Accession vers les 3 bassins

Le lendemain je pars rouler avec Rémy et un de ses amis. Rémy est triathlète et fait chaque année l’étape du Tour.Vélo à Saint Leu Son ami a le morphotype du grand Miguel Indurain, 5 fois vainqueur du tour, grand et puissant. Nous faisons la côte qui mène à 3 Bassins. C’est une ascension assez régulière sur 12 kilomètres autour de 5 % de moyenne. Les trois derniers kilomètres sont les plus difficiles et c’est là que nous tombons sur une montagne en vélo qui n’attendait que nous pour tirer une bourre dans la montée. Je finis dans le rouge, mais fier d’avoir suivi ces 2 mobylettes. Le retour se fait dans les hauteurs, en surplomb du bord de mer, sur une route sinueuse et vallonnée. Un vrai régal pour les yeux et les jambes. Surtout que la qualité du revêtement est superbe, encore une fois.

Le lendemain repos, ouf !

Éducatifs dans la canne

plage de grande anse

Le mardi nous ne partons qu’à deux, avec Stéphane, pour travailler quelques éducatifs pour boire plus facilement sur le vélo. En effet, il s’est rendu compte que s’il ne buvait pas assez c’était aussi par manque d’aisance dans la manœuvre quand il est en groupe. Sa remarque pertinente me donne l’idée de faire une petite vidéo pour mes lecteurs du blog. Nous partons sur le bord de mer, au sud cette fois, puis nous prenons à droite une route qui monte entre les champs de cannes. Elles procurent une protection contre le soleil à cette époque. L’ascension dure une dizaine de kilomètres avec des pourcentages proches de 10 % en début et en fin d’ascension. Nous faisons deux répétitions de séance au seuil, qu’il réalise avec beaucoup de détermination et d’application. Le retour se fait en passant par la baie de Grande-Anse. C’est tout simplement un décor de rêve : mer bleue, sable, cocotiers, etc. Je reste hypnotisé par les vagues pendant quelques minutes et je décide de revenir l’après-midi me faire quelques étirements et coincer la bulle…

Entraînement au grand 8

2014-03-06 08.07.45Le lendemain je sors avec Olivier (le patron de Cyclozone) et un de ses amis, qui, lui, ressemble plutôt à Marco Pantani. Après une soirée bien arrosée, ils se sont lancé un défi fou entre copains. Faire le tour de la Réunion en passant deux fois par le col de l’île (sinon le tour de l’île par le bord de mer ne représenterait que du plat). Par ce parcours, ils vont faire plus de 300 km et plus de 2000 de dénivelé. Nous montons d’abord par Saint-Leu, haut lieu de parapente. Cette ascension fait une douzaine de kilomètres à 5 %. En fait entre Saint-Pierre et Saint-Denis vous pouvez suivre le bord de mer pour faire du plat, mais souvent avec du vent ou prendre des travers qui remontent dans les terres, qui partent régulièrement en remontant à 5 % de moyenne, sur une très belle route. Il y a toujours quelques passages à plus de 10 %, mais la vue est tellement magnifique et le revêtement impeccable que même ceux qui n’aiment pas monter vont adorer. Nous montons entre 18 et 20 km/h et l’accumulation des sorties commence à me brûler les jambes. Je réussis à tenir, la redescente et nous revoilà au point de départ. Ouf !

Eh bien non, j’oubliais qu’ils s’entrainent pour le grand 8 et donc nous voilà repartis pour une « petite montée » de 5 ou 6 kilomètres, mais avec un pourcentage quasiment supérieur à 10 % tout le long. Encore une magnifique sortie, intense dans l’effort comme dans la beauté du paysage.

Le sacre de Cilaos

Nous voilà déjà jeudi, la veille de mon départ. Stéphane s’est fixé comme objectif, depuis qu’il a démarré le vélo Sortie vélo à Cilaos Réunionen septembre, de faire l’ascension jusqu’au village de Cilaos. Une ascension de 40 km qui part du bord de mer et qui monte au-dessus de 1000 mètres. Seulement voilà, il y a en fait 3 ascensions et 3 descentes. Ce qui veut dire qu’il y a des pourcentages assez élevés tout le long de cette classique de la région. Ma garde rapprochée de la semaine est au complet : Stéphane, Rémy, Olivier et Gérard.  Olivier qui doit aller tenir le magasin ne fera que la première ascension avec nous jusqu’au premier tunnel. Les décors sont magnifiques, de grands pains de sucre de roche sortent de terre et sont recouverts d’une abondante végétation verdoyante. On s’attend à voir King Kong lui-même à chaque virage pour faire la circulation des quelques voitures qui s’aventurent sur ces routes. La deuxième ascension présente les pourcentages les plus élevés avec un bref passage à 20 %. Une belle petite descente juste après le deuxième tunnel, complètement dans le noir et nous voilà dans les derniers vélo à Cilaos Réunionlacets qui arrivent à Cilaos. Plus faciles, ils semblent pourtant interminables. Parfois le chemin est plus important que le but. Cilaos n’a rien de spécial par rapport aux beautés que vous verrez en montant, mais le jus de fruit frais au bord de la piscine et le petit lac aménagé récemment ne pourront pas vous décevoir.

 

La descente est un véritable parc d’attractions pour les cyclistes. Le revêtement est parfois rude, et les courbes sportives donnent l’impression de descendre dans un toboggan aquatique. Je me rends compte que j’ai un grand sourire béat toute la descente. Le retour sur le plat, vent de face, est un vrai régal pour ceux qui aiment rouler à 40 km/h. Il est temps de dire au Decente à Cilaosrevoir à mes coéquipiers de luxe pour ma semaine de rêve à la Réunion. Mais je tiens surtout à les remercier pour leur accueil dans leur groupe, je me suis senti tout de suite un des leurs. Je remercie particulièrement Stéphane pour l’organisation 5 étoiles de cette semaine que je vous recommande évidemment.

 

Bonus Restauration

Un dernier mot sur la restauration. Est-ce un hasard ? Je ne sais pas, mais j’ai mangé tous les jours au restaurant entre 10 et 20 €. Chaque jour, j’ai mangé des repas variés, aux couleurs de la population locale : réunionnais, chinois, provençal, marocain… Et ce fut à chaque fois délicieux et original. Je vous conseille entre autres la salade créole et le poulet vanille du restaurant l’été indien. Le jeudi soir, vous aurez en plus un concert d’un groupe local de haut niveau qui mélange les standards créoles et internationaux. Si vous aimez les sushis il faut absolument aller au Patio et pour vous reconstituer, allez manger un tagine à la Médina (prenez un thé vert il est sublime). Enfin, à midi, si vous voulez vous rafraîchir, allez manger au p’tit farci. Un niçois originaire de l’est de la France vous fera des tartes de légume et des soupes froides à manger par terre.

Arrivée à Cilaos

Les 4 mousquetaire à Cilaos: Gérard, moi, Stéphane et Rémy. Merci les amis !

À vous de jouer 😉

Articles relatifs

RECHERCHE D’UN GUIDE TANDEM : UN REGARD POUR DEUX DANS LA MÊME DIRECTION

Salut les ami(e)s ! Je vous présente, Lucas Carbonnel, 24 ans,...

Ils l’ont fait ! La cingle du Ventoux

Monter le Ventoux dans la journée représente déjà une belle...

La Transpyrénéenne de Walter

Dans le cadre du blog je vous propose de nous...

Commentaires (15)

Cyril

Et le maillot imagine for margo ?

Déchamps

Cyril
Et ta femme dans tous çà ?

Eric

Fabrice

Sympa, ça doit chauffer dans les cuisses ! t’as l’habitude
Fab.

    Nicolas

    En se levant de bonne heure (6 heures) et avec les alizés, je n’ai pas souffert de la chaleur, alors qu’il faisait presque 40°. Sauf la nuit où il faisait encore presque 30°. Stephane m’a conseiller de régler la clim entre 26 et 27° et j’ai super bien dormi.
    Dernier détail pas de moustiques , ni de mouches… Le paradis quoi !

Daniel Raux

Bonjour Nicolas,

Je te remercie de cette magnifique carte postale que tu nous fais découvrir à travers ton stage.
A bientôt.

Daniel

thierry

Ca donne envie de partir tout de suite
Pour moi c’est du 5 au 11 avril à Cambrils en Espagne
a+
Thierry

jean-marc2a

Je pense que j’aurai également la chance d’aller rouler sur l’ile de la Réunion prochainement, l’un de mes amis s’y est installé il y a peu et une invitation a déjà été lancée ! Alors après un tel compte-rendu je crois bien que je vais hâter les choses ! 🙂 Merci Nico de nous faire rêver…

Pierre

Salut Nico,

ca donne envie d’aller de suite chercher le billet d’avion et de partir!
Et le dernier paragraphe met en plus l’eau à la bouche…..

++

Pierre

    Albert Moya

    salut Nicolas, de bien belle chose tu nous à raconter, la salive dans la bouche pour ce qui on lu ton récis, j’espère un jour pouvoir faire de même, les balades que tu as du faire, le paysage et aussi les amis car sans eux le vélo n’est plus pareil, encore BRAVO à VOUS. Albert.

Stéphane

Merci

Déchamps

bonjour Nico
tu n’a pas répondu au 2 première question
Le maillot ? et ta femme ?
Je suis content pour toi quand même, sachant que je ne pourrais jamais aller la bas
j’ai pas les moyen
Eric

Olivier

Salut Nico,
merci pour ces bons moments et ces récits tt aussi agréables. Un regard extérieur nous permet toujours de relativiser nos conditions de pratique…
Pour le Grand 8, c’est pour dimanche avec une petite rectif… 340km et 5000m de déniv+… ce que tu as annoncé m’aurait bien suffit, on te tient au courant.
a+
Olivier

Vernaton René

Bonjour,
Sur la photo à Cilaos je constate que tu as un beau maillot bleu
je suppose que tu as fait également la Risoul 2013
Durant le mois de Nov. on a aussi montré, avec mon amie, ces couleurs aux Réunionnais
Sur le même vélo que toi ( pour cause)
Félicitations pour ton très bon commentaire sur cette magnifique Ile

Vincent Bridet

Bon j’ai enfin lu ton résumé… Faut vraiment que j’y retourne, et avec mon vélo !!
Vraiment une belle île, et pour les amoureux de la chaleur : le top !
Merci pour le partage Nico !!

Vianney

Bonjour
je viens de lire votre périple
bravo
De mon côté nous arrivons le 13 octobre du côté de saint leu mais il y a comme un hic car je n’arrive à trouver nulle part des loueurs de vélo de course
vous avez des adresses svp?
merci

Ajouter un commentaire