Perdre 1 kg de ventre revient à perdre 7,5 kg sur ton vélo

Perdre 1 kg de ventre revient à perdre 7,5 kg sur ton vélo

Aujourd’hui, les fabricants développent des trésors d’ingéniosité pour baisser le poids de nos vélos et de nos accessoires. Qui n’est jamais tombé dans le panneau ? Pas moi ! Mais quel est l’impact réel de ces gains de poids sur nos performances ? Afin de bien gérer vos priorités, votre motivation et votre argent, écoutez bien cette vidéo !

Transcription de la vidéo :

bannière bonus forme

Bienvenue sur la chaîne des cyclistes qui se bougent !

Bonjour les amis, et bienvenue dans cette nouvelle vidéo de La Meilleure Cyclosportive de votre vie.

Eh bien, aujourd’hui, je vais vous parler d’un truc vachement important. J’ai lu une étude qui est très très intéressante, faite par des chercheurs pour comparer les bénéfices que l’on peut avoir entre différents éléments de la performance en vélo. Notamment, il y a un chapitre intéressant, c’est celui du poids.
Pour faire simple, le test a été fait sur un cycliste de 70 kilos, qui roule sur le plat pendant 1 heure à 50 km/h. Et puis on a changé des éléments et on a vu le gain obtenu, et ce qui est phénoménal, c’est d’abord de constater que le gain de poids sur le vélo, c’est ce qui améliore le moins. Alors certains, qui sont intelligents, vont dire « Nico, sur le plat, le poids a très peu d’incidences ». Vous avez raison, mais ce qui va être intéressant, ça va être de le comparer au poids de corps. C’est-à-dire que si vous perdez 1 kilo sur votre vélo, eh bien sur le plat, vous n’allez gagner que 20 mètres (je vous dis ça, c’est une approximation).
Par contre, si vous perdez 1 kilo sur votre poids de corps, vous gagnez 150 mètres.

Là, petit calcul… et vous dites : je fais x 7, quasiment, par rapport aux fortunes que je vais dépenser sur mon vélo pour gagner du poids, eh bien, je vais faire x 7 si je dépense quasiment rien, parce que je mange mieux, plus intelligemment, je fais attention, je développe ma discipline, ma rigueur, etc. Et puis surtout, je développe l’amour de mon corps en lui donnant des bonnes choses à manger.
Fois 7 ! Alors, évidemment, en côte, ça va avoir plus d’incidence, mais dans les deux cas – pour le poids de corps et pour le poids de vélo. Donc le rapport reste le même.
C’est-à-dire que si vous gagnez 100 grammes sur votre ventre, c’est comme si vous gagniez 700 grammes sur votre vélo.

Faites le calcul aujourd’hui pour gagner 700 grammes sur un vélo… c’est grosso modo 250-300 euros les 10 grammes, en général. Ou les 50 grammes, parfois. Mais 100 grammes sur le vélo c’est 400-500 euros, eh bien, vous gagnez 700 grammes sur le vélo en perdant 100 grammes de gras.
Pour gagner 100 grammes de gras, il ne vous faut pas faire de gros efforts, et vous aurez plus de performances, en plus, au niveau cardiovasculaire, vous vous améliorez, vous récupérez mieux, moins de gras dans le sang, donc c’est incommensurable.

Je trouve que cette étude est simple et qu’elle démontre des choses d’une simplicité évidente. On le sait tous quelque part, mais là ça le démontre.
Vous gagnez 20 mètres en gagnant 1 kilo sur votre vélo, vous gagnez 150 mètres (c’est-à-dire 7 fois plus) en gagnant 1 kilo sur votre bide.

bannière bonus motivation

Donc, vous avez compris, la formule c’est de faire attention à ce qu’on bouffe, sans se priver, sans se prendre la tête, parce que sinon on ne tient pas dans le temps, donc c’est prendre de nouvelles habitudes alimentaires.
Sachez – encore une chose, petit cadeau pour cette vidéo – que notre corps est physiologiquement fait pour être addict au gras et au sucré en même temps. Parce que ce qui est gras et sucré en même temps, c’est le lait maternel. Et notre organisme, notre cerveau, nous crée de l’addiction à ça, parce que, très tôt, quand on est gamin, il faut se nourrir de ce gras et de ce sucré du lait maternel pour se développer. Sauf que, l’industrie agroalimentaire n’est pas bête et a compris le truc, ils font des produits gras et sucrés en même temps ce qui fait que vous en devenez addict et que vous avez envie de les bouffer. OK ? Vous avez compris ça ?
Donc, maintenant, ne soyez pas un robot téléguidé par l’industrie agroalimentaire, mais réfléchissez pour vous dire « OK, j’ai envie de bouffer ces trucs-là – je prends souvent l’exemple du Nutella, mais les pizzas c’est pareil, c’est un mélange de gras et de sucré, les trucs chez McDo, c’est pareil ; et d’autres trucs qu’on aime bien manger qui sont soit gras, comme le saucisson, la viande, etc. Posez-vous la question de savoir : là, est-ce que je suis en train d’être le jouet de mon addiction, ou est-ce que c’est moi qui contrôle mon alimentation pour me faire du bien ?

Ce qu’on constate aussi, c’est que les gens qui mangent équilibré, qui n’ont pas de carences en fer, en magnésium, en minéraux, en vitamines, etc., sont moins sujets aux addictions.
Essayez de reprendre le contrôle de vos addictions, qui sont mises en place au fur et à mesure. Juste en diminuant ça – vous savez, de manière toujours progressive ; moi, je ne porte pas de jugement, si vous bouffez du Nutella ou du dessert (vous ne pouvez pas vous en empêcher, j’en parle en connaissance de cause), vous ne pouvez pas finir le repas sans du sucré, vous mangez une, deux ou trois crèmes desserts, ou une crème dessert et puis deux ou trois carreaux de chocolat… Juste un, c’est peut-être pas mauvais, mais si vous en enchaînez trois ou quatre, et un bout de fromage, et trois verres de vin, on n’est pas dans le truc. Mais allez-y toujours progressivement.

Moi, une astuce que j’utilise, c’est par exemple, à un moment où j’étais vraiment addict au chocolat, je mangeais toujours une demi-tablette à la fin de chaque repas. Pour y aller progressivement, j’ai pris la demi-tablette et j’ai dit que pendant une semaine, j’enlevais un carreau de chocolat. Pendant une semaine ! Il y a des gens qui me disaient « mais c’est quoi ce truc, Nicolas ? ». OK. Fais-le, toi, à ta façon qui marche pendant deux semaines et après qui ne marche plus.

Vous faites ça, vous enlevez un carreau de chocolat : franchement, vous ne voyez pas la différence. Et pendant une semaine, vous prenez cette habitude-là. Et à la fin de la semaine, vous vous dites « Yes ! Victoire ! J’y suis arrivé ! » Et vous laissez les grincheux, les cyniques et compagnie qui vous disent « Ouais, mais un carreau de chocolat, c’est gnagnagna… »
Non non, bravo ! Et la semaine d’après, j’enlève un autre carreau de chocolat. Sur une demi-tablette, vous enlevez un petit carreau de chocolat, vous ne voyez pas la différence, ça va. Et vous vous y habituez et paf ! deuxième semaine, deuxième victoire, je suis content ! Et je continue, je continue. Au bout de quelques semaines, et même si ça prend trois mois, vous vous en foutez ! Trois mois, c’est douze semaines, eh bien, vous avez 12 carreaux en moins. Et je peux vous dire que ça va faire une différence.

C’est vrai pour le chocolat, c’est vrai pour le Nutella, c’est vrai pour le sucre dans le café. À la fin du repas, vous ne pouvez pas vous en empêcher, vous voulez un petit café et vous mettez trois sucres dedans. OK. Eh bien, faites pareil : vous enlevez un demi-sucre (donc deux sucres et demi) pendant une semaine. Vous allez voir qu’avec un demi-sucre vous ne voyez pas la différence. Trois sucres ou deux sucres et demi, vous ne voyez pas la différence. Mais pas de l’aspartam, pas des sucrettes. Non ! (Je ferai une vidéo là-dessus, mais non.) Prenez du vrai sucre, du sucre roux, c’est mieux, mais vous enlevez un demi-sucre. Si vous mettez trois cuillers de sucre en poudre, vous en mettez deux cuillers et demie. Vous ne verrez pas la différence. Pendant une semaine, vous serez habitué. Vous direz « Génial ! », vous ferez une bonne célébration, un petit restau pour fêter ça, allez-y, comme ça vous allez associer l’esprit de la gagne. Et après, paf ! la semaine d’après, un demi-sucre en moins, et vous continuez comme ça.

Donc, prenez vos « mauvaises » habitudes alimentaires les unes après les autres, pas toutes en même temps. Vous en prenez une et vous dites « toi, ma cocotte, je te fais un programme progressif où je te diminue progressivement ». Autrement dit, vous faites ce qu’on fait avec les bébés, vous faites un sevrage progressif, c’est le meilleur moyen de s’enlever d’une addiction.
Voilà les amis, c’est bon pour cette vidéo ! Comme d’habitude, si vous avez aimé, vous cliquez sur « j’aime » et puis partagez à vos potes, c’est important que la communauté de La Meilleure Cyclosportive grandisse, progresse.
Si vous êtes là pour la première fois, sachez que vous pouvez porter les couleurs de La Meilleure Cyclosportive (il y a un lien ici pour avoir les maillots de La Meilleure Cyclosportive), c’est sympa de porter les couleurs de cet état d’esprit de sportifs qui ont la pêche, qui se bougent. Et puis aussi, vous pouvez vous inscrire sur le lien qui est là ou juste en dessous de la vidéo, si vous êtes sur YouTube et que vous ne voyez pas le lien parce que vous êtes sur smartphone, en dessous de la vidéo il y a le lien pour vous abonner, gratuitement, vous recevrez un bonus gratuit l’alimentation et la récupération des sportifs. Et puis, chaque semaine, vous recevrez les meilleurs articles de La Meilleure Cyclosportive. Enfin, les vidéos, parce que moi, j’écris comme un chien. Ceux qui me connaissent me font souvent la remarque et je vous remercie parce que vous le faites avec beaucoup de gentillesse et d’humour, mais je suis absolument nul en orthographe, donc quand je vous réponds, j’essaie de faire avec le correcteur d’orthographe, mais je suis nul ; excusez-moi. Pardon. C’est mon style, mais mon style, c’est la vidéo, donc vous recevrez des vidéos.
Voilà, maintenant, je vous dis à vous de jouer, on va s’entraîner ! Ciao, les gars !

bannière bonus récupération

Articles relatifs

Pourquoi les produits allégés nous font grossir ? 2 raisons scientifiques

Beaucoup d’entre nous prennent des produits allégés en sucre ou...

Le bon équilibre en protéines

Trouver le bon équilibre en protéines pour performer sans prendre...

Le petit-déjeuner brûleur de graisse, en moins de 3 minutes

Je comptais vous réserver ce petit-déjeuner secret qui m’a permis...

Commentaires (7)

Salut, merci super vidéo Nicolas!!Incroyable que le poids de corps (il s’agit bien de graisse ) est une si grande influence… Est ce que quelqu’un pourrait me donner des renseignements sur les balances qui indiquent la masse graisseuse ou comment faire pour connaître notre masse graisseuse par rapport à la masse musculaire. Merci!

Yann

Salut Nico!

Merci pour cette vidéo très intéressante !!! Et pour nous communiquer ta pêche !

A bientôt

bonjour Nicolas

excellente video simple mais qui parle …..

et toujours un beau décor des alpes en fond d écran

avec un final qui donne la peche Bravo …..

Gérard .

alan

HEu…Pour que cela soit clair je ne crois pas au vélo hyper léger pour les cyclos..Mais j’aimerai bien lire cette étude car trop de paramètres semblent farfelus…Simplement parce que les gains sont trop minces pour attribuer ces pseudos résultats à la différence de poids du vélo ou du cycliste. Tous les cyclos réguliers sur 50 bornes font des temps différents sur les mêmes parcours et ils le savent très bien…20 mètres, 150 mètres c’est du foutage de gueule sur 50 bornes et ne correspond à rien de crédible…Alors pour l’auteur du site que j’aime bien par ailleurs et dont je salue le site et le travail, si tu es lucide autour l’inutilité de « l’amaigrissement » du vélo ne te laisse pas enfumer par une étude pour le moins douteuse…

Philippe

Salut Ni-coach,

Bravo pour ta vidéo et cette étude percutante! Géniales aussi les études que tu nous envoies sur notre « programmation génétique ».

J’étais justement en pleine réflexion sur les apports respectifs d’un gain de poids cycliste/machine et ta vidéo tombe à point. Peux-tu m’envoyer la source de ton étude (j’ai beaucoup besoin de rationaliser avant de me motiver…)?

Tes exemples de « désaddiction » sont peut-être un peu caricaturaux, mais ont le mérite de nous amener à faire notre auto examen de nos mauvaises habitudes alimentaires. Comme tu le dis, il y a toujours moyen de gratter 100 grammes sur nos mauvaises habitudes, ce qui correspond à 750 grammes sur le vélo.

Alors, à nous de jouer et BAM!

😉

Philippe

look 765

slt nico ,

eh bien merci pour ces conseils

bien a toi

Salut, vous savez, le métabolisme humain agit de la même manière qu’une chaudière dans votre corps. Il brûle toute source d’énergie présente dans votre corps – de la nourriture que vous avez mangé, jusqu’à la graisse qui a été stockée. Mais une chose que vous devez savoir à propos du métabolisme, est qu’il va brûler en priorité les derniers aliments consommés, avant de s’attaquer à la graisse de votre corps. Ce qui fait qu’à la fin de la journée, qu’importe ce que vous aurez mangé, votre corps n’aura pas eu le temps d’effectuer la combustion totale de votre graisse corporelle.

Ajouter un commentaire