Retrouvez les sources de la cyclo à Barcelonnette

Retrouvez les sources de la cyclo à Barcelonnette

3cols-p28Je me suis inscrit à la rando cyclo des 3 cols à Barcelonnette (Alpes de Hautes Provence), comme chaque année tous les premiers dimanches d’Août. Vous pouvez prendre le départ entre 7 H et 9 H. Pas de ligne de départ, pas de chrono, pas de classement. Juste un regroupement de cyclistes, des ravitaillements sur un parcours magnifique et un repas sympa où se retrouve tout le monde après la course.

 

Toute de suite l’ambiance est différente des courses ou même des cyclos. Pas de tension, pas d’intimidation, les organisateurs sont cool et les participants moins exigeants, ils viennent juste pour le plaisir.

 

Nous partons assez tard en commençant par le col d’Allos par Barcelonnette. Environ 16 kms jusqu’à 2 240 m d’altitude. La route est étroite mais belle et le col se monte facilement. Quelques passages dépassent les 8% mais me semblent beaucoup plus faciles que la semaine dernière dans la montée de Risoul ? Peut être que les jambes reviennent ?

Vallée du col d'Allos

Une fois au col nous nous attendons et après les premiers lacets techniques de la redescente un bénévole nous arrête pour le premier ravitaillement. Bonne ambiance, l’humour accompagne les fruits, pains d’épices, fromages et différentes boissons. Tout y est. Nous repartons pour quelques kilomètres de faux plats descendants. On flirte avec les 40 km/h, je me régale ! Mais nous manquons l’embranchement vers le col des champs, très radical sur une route qui ressemble plus à une impasse sur la gauche.

 

L’ascension se fait principalement sous les arbres d’une forêt de montagne fraîche. Le temps de trouver un gars qui monte à mon rythme, on discute tout le long comme deux copines qui se connaissent depuis des années. J’arrive à maintenir une cadence de pédalage autour de 80 tpm et une fréquence cardiaque autour de 150 bpm. Deuxième col de plus de 2 000 m d’altitude, avalé agréablement comme le ravitaillement toujours aussi sympa. La descente est un régal. Suffisamment technique pour s’éclater mais sans danger, bonne visibilité et revêtement impeccable, le pied encore une fois. Mais plus on descend et plus la chaleur monte !!!

 

Dans la vallée qui nous ramène au pied de la Cayolle je vide une gourde en quelques kilomètres. On nous annonce un ravitaillement au pied du dernier col qui fait environ 15 kms lui aussi. Les premiers lacets se font dans un véritable four avec les terres noires caractéristiques de la région. Toujours pas de ravitaillement… Il ne me reste qu’une ou deux gorgées de boisson  énergétique  chaude. Je double des cyclistes surchauffés presque au ralenti.

 

Col de la Cailloule 2013 dur durFinalement je décide de m’arrêter dans un ruisseau. Les deux pieds dans l’eau je remplis une gourde d’eau bien fraiche que je me verse sur le casque, puis une autre sur les jambes. Au-delà de 30° C, 80% de notre énergie et de notre transpiration servent à nous refroidir. Plus je me rafraîchis, moins je me déshydrate, moins je perds de minéraux, etc…

 

L’effet ne tarde pas a se faire ressentir, je retrouve toute ma vélocité dans la côte qui mène jusqu’au dernier ravitaillement (enfin !) à 7 kilomètres de l’arrivée … euh, pardon, du sommet. Il faut dire qu’en haut de la Cayolle il ne reste plus que 30 km de descente jusqu’à Barcelonnette. Les derniers kilomètres du Col de la Cayolle sont splendides. Un décor  de montagnes digne des plus beaux films hollywoodiens. Sur la fin je ressens un peu les jambes qui se durcissent, je ne peux plus changer de rythme et j’alterne danseuse et montée assise pour décontracter mes lombaires. Au final le parcours fait 3 200 m de dénivelé pour 125 km. Le repas à l’arrivée est convivial, sous les arbres, dans un parc magnifique de la ville, où les bénévoles et les organisateurs vous accueillent avec une gentillesse exceptionnelle.

Les amis cyclistes col de la cailloule 2013

Après ces quelques semaines de Tour de France agité, d’affaires de dopage, de railleries, de scepticisme et de polémiques sur les forums, je me suis ressourcé au cœur de ce qui fait notre sport : le plaisir de pédaler dans des décors de rêve, à l’écoute de mes sensations, avec des gens heureux et épanouis.

 

A programmer absolument dans votre calendrier chaque année.

 

Articles relatifs

La maquette définitive du maillot et la livraison

Voilà la maquette définitive du maillot « Imagine for Margo ». La...

Radio 51, la seule radio au monde 100% cyclisme

Bonjour les ami(e)s. Je tiens a vous remercier et vous...

Comment prendre du plaisir à faire du vélo en hiver ?

Si tu as aimé cet article, découvre chaque semaine, en...

Commentaires (3)

Guillaume

Bonjour,
Récit très intéressant ! Envie d’y être , vous avez de la chance d’habiter une région très belle et beaucoup de sorties velo!
Sportivement
Richard

Bonjour,
Votre récit donne envie de previlegier les épreuves cyclotouristes aux cyclosprtives, je pense qu’il faut faire les deux, mais pour ce ressourcer il est bon de faire quelques cyclotouriste, ce qui compte c’est de prendre du plaisir!!! N’est il pas?
La semaine prochaine quelques amis et moi faisons le MUR DE BRETAGNE, dur dur 174 kms, nous nous préparons pour le grand prix de PLOUAY, ….
Amitié jf

alain

Très beau récit comme cette région que je n’ai pas pu continuer à grimper pour cause de chute (fracture de la clavicule) dans le col de la bonnette, et qui me donne envie d’y revenir!!!

Ajouter un commentaire