Tout savoir pour grimper en montagne comme un avion

Tout savoir pour grimper en montagne comme un avion

Bonjour les ami(e)s. Plus de 450 participants au programme « Booster votre début de saison » en 3 jours ! Yeah !!! Merci beaucoup pour vos commentaires et encouragements. Grâce à leurs demandes, je vous livre aujourd’hui toutes les clés pour vous entrainer en montagne.

Quelles sont les spécificités de la montagne ?
Comment améliorer rapidement vos performances ?
Quelles filières travailler : Endurance ? Fractionné ? Seuil ? Quand ? Comment… ?
Comment acquérir le coup de pédale ?

Comme la théorie ne suffit pas, je vous ai mis aussi des exercices pratiques.

Vous retrouverez tout ça en vous inscrivant au programme « Boostez votre début de saison » c’est gratuit pour tous ceux qui s’inscrivent avant le 13 avril 2014. Alors Go! Go! Go!

À toi de jouer…

Articles relatifs

4 points clés pour démarrer l’année sur les chapeaux de roues

Matthieu Papin est un entraîneur, ingénieur en ergonomie du sport....

Les 4 facteurs qui limitent nos performances

S’entraîner c’est bien, mais connaitre les facteurs qui nous limitent...

La progressivité de l’entraînement avec Florent Ligney

Voici le dernier article de ce carnaval « Démarrez l’année sur...

Commentaires (2)

Jean

Je réitère mon message… » Tu feras de moi un meilleur cycliste  » !! Merci…encore une fois!! Jean

Philippe

Salut Nicolas,

J’ai beaucoup aimé tes explications sur l’entraînement en endurance: je n’aurais jamais pensé que ça pouvait se travailler en montagne tout en restant sous 80% FC max. Bon, la seule concession s’est de se discipliner à monter (beaucoup) moins vite que d’habitude… mais c’est toujours mieux que d’accumuler les heures de selle le long du canal à la tombée de la nuit.

J’ai donc calé une séance de travail en force sur les 13 premiers km de Salut Nicolas,

J’ai beaucoup aimé tes explications sur l’entraînement en endurance: je n’aurais jamais pensé que ça pouvait se travailler en montagne tout en restant sous 80% FC max. Bon, la seule concession s’est de se discipliner à monter (beaucoup) moins vite que d’habitude… mais c’est toujours mieux que d’accumuler les heures de selle le long du canal à la tombée de la nuit.

J’ai donc calé une séance de travail en force dans ma sortie longue sur les 13 premiers km de notre « Ventoux » local, j’ai nommé le Grand Ballon. Ma principale crainte c’était que mes puls s’envolent dès que je me mettrais en danseuse. Il n’en a rien été, du fait de la cadence de pédalage basse.
Mes principaux enseignements sont les suivants :
1. Cet exercice peut se faire jusque 8% de pente (du moins pour moi), au-delà, je reste en prise même sur les 30 secondes de récup. N’empêche que c’est encourageant ;
2. Les fréquences cardiaques restent très homogènes, ce que j’étais loin de penser ;
3. On trouve assez facilement les braquets sur lesquels on tourne dans les fréquences voulues, contrairement à ce que je craignais et je voudrais profiter de l’occasion pour encourager à se lancer ceux que ce détail refroidirait. En tout cas, avec un bon vieux triple, on s’y retrouve 😉

En conclusion, j’aime beaucoup ce mode d’entraînement qui me va très bien : je n’aime pas rouler sur le plat et continuer à bosser ses qualités tout en « faisant son foncier » c’est aussi ce qui s’appelle rouler intelligent.

Alors longue vie à la meilleure cyclosportive de votre vie et continue de trouver plaisir et satisfaction dans ta documentation, préparation des vidéos et ton entraînement.

Ajouter un commentaire