Vos meilleures astuces pour rester motivé et vous entrainer pendant le confinement

Il y a toujours des périodes où il est difficile de se motiver, plus difficile de se faire mal ou se dépasser, pendant la période du confinement nous avons été plusieurs ( très nombreux en fait) a ressentir ce sentiment.

L’union fait la force, alors nous avons eu l’idée de vous solliciter pour partager vos bonnes pratiques et autres astuces pour rester motiver et vous entrainer quand c’est dur !

Mickael 38ans mécanicien auto

Vos meilleures astuces pour rester motivé et vous entrainer pendant le confinement

Voici mes petites « astuces » pour rester motivé : Hometrainer sur vos séances vidéo Je reste positif et espère faire des courses cette année donc l’entraînement est obligatoire Sortie running avec les enfants en vélo (comme ça tout le monde profite) Je fais des parcours qui m’ont plu Sportivement Mickael 38ans mécanicien auto Mayenne-Pays de la Loire

Nicolas Thibaudot

Vos meilleures astuces pour rester motivé et vous entrainer pendant le confinement

Pour l’ensemble des cyclistes qui se bougent, je me présente et donnerai ensuite mes quelques astuces pour rester motivé en toutes circonstances.
Je m’appelle Nicolas Thibaudot, j’ai 55 ans et je pratique le VTT depuis bientôt 30 ans. J’habite dans le département de l’Aube, dans la campagne, à quelques km de Troyes.


Je me suis orienté depuis une dizaine d’années, maintenant, vers l’ultra raid VTT en montagne. J’ai déjà participé plusieurs fois à la MB Race, le Grand Raid Verbier Grimentz, l’Ultra de la Meije, etc.
La préparation pour de telles épreuves ne se fait pas à la légère si l’on veut simplement être Finisher (ce qui pour ma part est déjà un bel objectif).
Chaque hiver, je prépare mon calendrier de « grosses épreuves » pour la saison à venir. Les dates sont imprimées dans mon esprit et tout au long de mes séances d’entraînement, elles sont présentes dans un coin de ma tête pour me dire : il faut que tu sois prêt pour ce jour-là !


J’ai ramené jusqu’à présent 5 médailles de Finisher sur le 140 km de la MB Race et l’intensité de l’émotion est telle quand je franchis la ligne d’arrivée que je rêve chaque année de revivre cette même sensation de bonheur après des heures d’effort.
Je vais chercher la motivation à l’entraînement, en pensant à ces moments si intenses, que je souhaite à tous ceux qui se lancent dans de telles courses hors normes.
Et puis, j’éprouve aussi un immense bonheur, de rouler simplement pour le plaisir en montagne, pendant la belle saison.


Je me motive donc aussi en pensant aux belles ascensions que je pourrai faire l’été suivant.
En résumé, je trouve ma motivation en ayant constamment à l’esprit mes objectifs et les sensations intenses que je vivrai si je suis à la hauteur de l’événement.
Voilà en quelques lignes ma façon de procéder pour être mentalement prêt à chaque entraînement.
Bon courage à tous.
Nicolas.

Michel, 60 ans

Vos meilleures astuces pour rester motivé et vous entrainer pendant le confinement

Michel, 60 ans jeune retraité, habitant près de Verdun dans le département de la Meuse, 20 ans de pratique du cyclisme (déjà), 10 000 km / an, plusieurs cyclosportives, Etape du tour, quelques courses départementales, des cols mythiques et même le Cinglé du Ventoux à mon actif. Tout cela pour mon bien-être, ma santé, du plaisir avec chaque année des objectifs différents.


En 2021 je prévois La Marmotte avec un objectif et un défi de temps. Pour cela, j’ai planifié mon entraînement : le programme inversé suivi du granfondo, sources de motivation.
Pour aller m’entraîner quand je ne suis pas motivé, j’ai plusieurs astuces :
– Si c’est de la fatigue, je reporte ma sortie vélo
– Je visualise le parcours et les paysages de ma cyclo
– Je m’habille et me dis maintenant que je suis habillé je dois y aller
– Je vais rouler avec d’autres cyclistes passionnés
– Je me dis qu’au retour je mangerai ou boirai ce que j’aime (du chocolat ou une bière)
– Au début de la sortie vélo, je roule sans contrainte façon plaisir, la motivation vient en pédalant
– Quand la météo est très mauvaise, je fais une heure de home traîner, pas plus
– Souvent je regarde tes vidéos et j’écoute tes conseils
– Dans tout cela, il faut bien reconnaître une certaine addiction au vélo et aux plaisirs simples de la vie
Sportivement
Michel

Vos meilleures astuces pour rester motivé et vous entrainer pendant le confinement

Alain Laidet

Je partage effectivement la difficulté à rester motivé pour s'entrainer régulièrement. Pour ma part, la première chose que je fais chaque dimanche soir est de programmer les séances que je "voudrais" faire dans ma semaine en tenant compte de mon emploi du temps. Cela me permet de ne pas me dire que je n’ai pas le temps puisque c'est programmé. Mais quand le jour arrive, c'est difficile de passer à ce que je voudrais faire à ce que je veux faire. Le seconde chose c'est que j'alterne des séances "plaisir", celles que je maitrise le plus (vélocité, force, qualité gestuelle du pédalage, unijambiste) à celles que je maitrise le moins (PMA et seuil notamment). Pour les sorties en extérieur, comme je n'ai pas beaucoup de route à faible circulation, je me suis fait un trajet de 80 kilomètres que je fais dans un sens puis dans l'autre la semaine suivante. C'est tout bête, mais cela donne l'impression d'avoir changé de circuit. Pour le travail de vélocité, de qualité gestuelle et d'unijambiste, je prends mon VTT pour rouler sur des pistes cyclables plus tranquille. J'avoue que contrairement à l'année dernière, j'ai plus de mal à me motiver pour faire du home-trainer le soir en rentrant du travail ou le matin avant d'aller au travail. J'ai essayé de préparer ma tenue et mon vélo la veille pour la séance du matin mais pas le courage de me lever à 6h le matin ou de me mettre sur le vélo à 19h le soir en rentrant. C'est vrai que j'avais deux épreuves comme objectif cette année. L'Ariégeoise XXL le 26 juin qui vient d'être annulée. Du coup, il ne me reste plus que la GF Mont Ventoux le 13 juin. Cela a généré une démotivation supplémentaire me concernant. Comme chaque année maintenant pour la troisième fois, je commence la semaine prochaine à travailler sur mon alimentation en commençant notamment par une détoxination aux pommes (1 jour/semaine sur 4 semaines) pour perdre les 7/8 kilos de graisse afin d'être plus à l'aise lors des ascensions. Du coup, j'espère que cela va monter naturellement mon niveau d'exigence aussi sur les entrainements que je vais programmer. Voilà Nicolas ce que je peux te dire de mon histoire. En attendant, je te remercie pour tout ce que tu fais pour nous.

Vos meilleures astuces pour rester motivé et vous entrainer pendant le confinement

Jérôme

Bonjour Nicolas, moi je n'ai que 2 mots pour rester motivé pendant cette période: « VARIE » et « Madame ». Je m'explique un peu plus, pour mon cas ; je roule 4 fois par semaine, en général mon programme est le suivant : Lundi sortie entre 1h et 2h avec quelques bosses mais j'écoute mon corps et je récupère du weekend, mercredi entre 2h et 3h avec des intensités souvent dans une bosse que je répète, samedi longue sortie 4h et dimanche 3h max mais en mode croisière avec madame et 2 ou 3 amis qui se mettent à faire du vélo. Le samedi, il m'arrive aussi de faire 1h de HT le matin avec une séance du COACH à jeun et une sortie de 3h l'après-midi. Avec ma femme, nous nous sommes fixés de nouveaux objectifs, nous voulons faire le tour des iles de la Charente Maritime à vélo. Juste avant le confinement, nous avons fait l'ile d'Oléron, une première pour ma femme qui n'avait jamais roulé plus de 2h, là 3h30 avec 75 km et des pauses photos. Prochain objectif : 85 kms avec l'ile Madame au programme. Tout cela pour dire qu'à la base je suis un coursier et cyclocrossman vétéran (48 ans) et que j'ai dû m'adapter pour pallier au manque de compétition. J’ai la chance que Madame soit très motivée pour faire du vélo, elle m'incite à sortir.

Guy Scheidecker

De mon côté, voilà les quelques remarques que je peux faire : 1/ Lier l’entrainement à un objectif 2/ Planifier les sorties dans mon agenda et faire en sorte qu’il y ait une cohérence avec les autres exigences de ma vie 3/ 2 à 3 jours avant la date, revoir en fonction de la météo et du type d’entrainement si je le fais le matin ou l’après-midi et si c’est home trainer, vélo de route ou VTT 4/ Varier les parcours même si cela rend l’entrainement plus difficile 4/ En général, l’entrainement est planifié le même jour que les sorties club donc si j’ai moins envie d’y aller alors je transforme en sortie club En espérant que cela aidera les autres

Vos meilleures astuces pour rester motivé et vous entrainer pendant le confinement

Christian VAQUER

Bonjour Nicolas, Suite à ta demande, voici comment j'essaie de me motiver pendant ce confinement. - Nom : VAQUER - Prénom : Christian - Age : 74 ans - Lieu : Osny (Val-d'Oise) - Profession : Retraité J'ai commencé le vélo à la retraite, il y a maintenant 13 ans. Je n'ai jamais fait de la compétition. J'ai pratiqué longtemps le foot. Puis pour me maintenir en forme la course à pieds. Je suis passé au vélo suite à une opération d'un ménisque. Le chirurgien m'ayant déconseillé la course à pieds. Pour moi à mon âge et comme je ne fais pas de compétition, les séances doivent se faire sous le signe du plaisir. Je préfère privilégier l'endurance à la vitesse. Je regarde la moyenne mais ce n'est pas ma priorité. Je varie au maximum les séances : - Sur route je varie les parcours, avec plus ou moins de dénivelé et des distances plus ou moins longues. De plus j'ai la chance d'habiter en campagne. - Sur HT, j'intercale les origines des séances. Celle de Nicolas (les tiennes), les sorties Zwift, Garmin/Tacx ou autres. De plus je surveille ma "Body Battery" qui mesure les réserves d'énergie de mon corps. Si la réserve est basse en début de journée (mauvaise nuit par exemple), je prends une journée de repos. Je pratique aussi la marche à pieds active (ente 5,7 et 6 km/h) 5 jours par semaine. Pour la partie vélo c'est 3 à 4 séances par semaine. Sur route ou HT en fonction de la météo. Je profite de ce message pour te remercier Nicolas. J'ai découvert tes séances pendant le 1er confinement, j'en fais bon usage. Encore merci Christian

Vos meilleures astuces pour rester motivé et vous entrainer pendant le confinement

Gabriel Verdelot

Salut Nico, Je prends un peu de temps (enfin) pour répondre à ton sujet qui me touche de plein fouet en ce moment. Pour me motiver à aller faire du vélo et m'entraîner quand je suis vraiment démotivé comme en ce moment, c'est une nouveauté qui va me remettre le pied à l'étrier, un nouveau circuit, une nouvelle tenue, un équipement nouveau pour le vélo, etc. Pourquoi pas l'achat de programmes pour un cycliste sans capteur de puissance 😁. Là je songe à remettre mes roues légères Mavic pour la belle saison et puis je suis bientôt en vacances où je vais aller dans ma belle région natale qu'est le Morvan, ce terrain de jeux formidable pour cycliste, d'ailleurs le Tour de France y passera le 02/07/2021.😍. La raison principale de démotivation chez moi, c'est la gestion de la fatigue : je n'arrive pas à être stable avec des horaires décalées 4h30-14h sur une semaine puis 13h30-0h00 ou 15h-2h30/3h00 la semaine suivante, ce qui veut dire que si une semaine on se couche à l'heure où on se lève alors la semaine suivante c'est très compliqué pour y mettre du sport pendant les temps de repos hors jour de congé, plus tout le travail domestique. Je me suis inscrit dans un club pour me motiver mais c'est un échec avec les restrictions. En tous cas, je te remercie de traiter de ce sujet qui touche tout le monde et j'attends les conclusions qui nous aideront tous à prendre du plaisir sur le vélo. Amicalement et sportivement. Bien à toi.

Vos meilleures astuces pour rester motivé et vous entrainer pendant le confinement

Gilles BIzard

Hello Nicolas, Bientôt 60 ans et toujours passionné par le sport en général, le cyclisme en particulier et je n'ai pas perdu l'envie. Pourquoi ? Quelques notions simples : - Apprendre comment s'améliorer et le 1er confinement, finalement, m'a aidé. Je travaille dans un grand magasin parisien, nous vivons des fermetures successives donc un peu de temps et malheureusement un PSE en cours. - Trouver un bon équilibre entre plaisirs et frustrations liées au contexte - Avoir des objectifs : GF Ventoux, Lille-Hardelot, Chantilly - Le Crotoy, etc. C'est peut-être le plus important ! - Mesurer ses progrès, et les progrès acquis grâce à la découverte de ton apprentissage, simple et énergétisant. Un grand merci. - L'amitié, l'émulation à distance avec les amis et tellement de plaisir à les retrouver et s'arracher 😉 Voilà en ce qui me concerne et la photo résume parfaitement cela, dossard 2808, mon bras sur l'épaule d'un copain du nord avec qui je n'avais pas roulé depuis 20 ans ! Et un grand merci

Jean Francois ARCENS

Bonjour Nicolas. Pour ma part, j’ai sélectionné 10 Local Legend sur Strava, et quand j’en perds un alors j’y retourne le jour même quel que soit le temps. Je n’ai pas de programme spécifique car pas de courses pour moi.

Vos meilleures astuces pour rester motivé et vous entrainer pendant le confinement

Dominique MYLANDER

Bonjour Nico. Toujours de bonnes idées et j'apprécie l'ensemble de ton œuvre. Je regarde régulièrement tes vidéos et j'essaie de m'en inspirer, même si j'ai des possibilités limitées... Pour en venir à ta nouvelle inspiration, en effet, l'absence d'objectif perturbe effectivement ma préparation, même si je n'ai pas de préparation particulière sinon d'essayer de mettre en application tes conseils, quand je peux. Normalement je cours, un peu, en 3ème catégorie UFOLEP et j'aime bien animer les courses, dans la mesure de mes possibilités... Je roule souvent avec les copains du coin, limités à 6 et 10 km autour de chez nous pour l'instant. Cela permet néanmoins de faire des sorties variées. Le souci, c'est que depuis un moment j'ai des douleurs aux jambes (cuisses), jambes dures, même si j'essaie de sortir avec des moins forts, ou seul, sans être toujours dedans (à fond). J'ignore totalement la cause mais je n'imagine pas un instant de m'arrêter. Etant jeune retraité, j'ai assez de disponibilité pour sortir et surtout lorsque le temps s'y prête, ce qui est le cas actuellement, même si encore un peu frais et un peu de vent. Si je maintiens ces sorties, c'est aussi pour garder la forme et éviter de prendre trop de gras. Je ne suis pas du genre à tout sacrifier, même si je fais globalement attention à ce que je mange et si je pense avoir un régime alimentaire qui se tient, sans éviter quelques excès, parfois. Renseignements me concernant : MYLANDER Dominique, 57 ans, de la Vienne (86) à Chasseneuil du Poitou (pays du Futuroscope). Je mesure 1m81 pour 87kg. Au plaisir de t'entendre, que ce soit sur les diverses vidéos, ou lors des coachings communs. Pour info, je viens de commander l’Acéruline pour voir si cela pourra jouer sur ma forme et ma condition. Néanmoins, il m'arrive fréquemment de faire une cure SPIRULINE et ACEROLA via le laboratoire THERASCIENCE de MONACO. En pièce jointe une photo de ma sortie du 01/01/2021. Voilà ce que je peux dire, et vive le vélo. Amitié.

Vos meilleures astuces pour rester motivé et vous entrainer pendant le confinement

Cyrille Bely

Salut Nico Moi je roule le samedi et dimanche avec des copains du club, groupe de 6 bien sûr, quand il fait beau 😁 et je cours le mardi et jeudi de temps en temps. Moi, ce qui me motive, c’est que je suis le moins fort des collègues encore un peu de poids à perdre 😂 donc à bloc 😉

Vos meilleures astuces pour rester motivé et vous entrainer pendant le confinement

Philippe Treboz

Bonjour Nicolas, Quelques mots sur ma pomme Philippe 53 ans 1m76 102kg Boulot : 8 à 10h de PC par jour Habitant dans la région parisienne à 10 km du parc de la Vallée de Chevreuse et à 500 m de la forêt de Meudon Pratique initiale du VTT mais maintenant c'est 90% de route Ces dernières années, je faisais plutôt dans les 2000 km par an, l'année dernière je suis passé à 3000 et cette année je suis sur un rythme de 4000 (1100 à ce jour). Hors vacances : Je pédale avec 2 amis et on se fait des boucles de 60 km l'hiver et jusqu'à 80 l'été, ou bien je pédale avec ma femme avec son VAE des boucles de 25 à 50 km. En vacances : Je fais des sorties tous les 2 jours en solo (de 30 km à 100 km) ou avec ma femme avec son VAE (de 30 km à 70 km) Pendant ces confinements : Le premier je suis resté au lit à cause du COVID, à partir du deuxième j'ai acheté un HT et je fais des séances de 20 à 30 km tous les 2/3 jours. En terme de motivation, avec cette $#£%! de limitation de 10 km, je ne peux plus rouler avec mes amis. Donc, même si je sais bien via tes vidéos qu'il ne faut pas rouler pour rouler, et bien j'essaye de faire du HT en semaine ou en WE s'il pleut ou fait froid pour être sur le rythme de 4000 km/an. Et je vois bien que je progresse ensuite à l'extérieur avec des PR réguliers, c'est l'avantage d'être d'un faible niveau, c'est très facile de progresser... Lors de mes sorties solos, pour rester motivé et ne pas toujours rouler sur les mêmes routes, j'utilise la fonctionnalité de Strava pour savoir où je ne suis pas encore passé et je fais du "coloriage" de la carte. Ça a l'avantage de me faire découvrir à proximité des passages sympa (https://www.strava.com/activities/4945264932) que je fais ensuite découvrir à ma femme le week-end. Je propose à d'autres personnes de rouler ensemble avec leur VAE sur la tranche 18h/19h pour s'aérer dans tous les sens du terme. Ça fait 25 km où je fais au moins 2 bosses (franciliennes...) que j'essaye de passer en force histoire de joindre l'utile à l'agréable. J'organise différents WE : ascension, pentecôte tourisme/vélo pour rester motivé et me projeter sur l'avenir et ne pas rester sur ce $#£%! de présent. Si cela peut alimenter ton article, ce ne sera qu'un juste retour. Bonne route !

Vos meilleures astuces pour rester motivé et vous entrainer pendant le confinement

Lionel Guillen

Voici en quelques lignes mon histoire : Très ancien et jeune nageur de 9 ans à 12 ans en compétition, puis un peu de vélo de route avec mon papa et une 1ère ascension du Ventoux à 13 ans. Puis découverte et précurseur du BMX dans le Vaucluse que je pratiquais en compétition jusqu'à 17 ans. Les 10 années suivantes, plus de sport hormis un peu pendant le service militaire, deux opérations des genoux (ligaments croisés et ménisques) suite à des blessures anciennes et non soignées durant ma pratique du BMX. Et la plus belle chose de ma vie : la naissance de mes 2 filles. A 27 ans, les choses de la vie me font reprendre le sport, j'avais déjà repris un peu la natation à 25 ans pour perdre un peu de poids par une vie sédentaire (90 kg de gras pour 1,70m). Je me lance donc dans le triathlon par défi. Pendant près de 6 ans je vais pratiquer à outrance ce sport très enivrant à en devenir très dépendant de ne rêver de ne faire que cela à outrance, pourtant mon niveau restera médiocre (bon nageur, cycliste moyen faible et très mauvais coureur). Durant cette période, je vais créer un club de triathlon, mais aussi passer mon BEESAN et devenir l'entraîneur de mon club de natation où j'ai nagé étant enfant et encadrer les séances piscine de mon club de triathlon. Cette pratique intense du triathlon aura raison de mes genoux ; en 1999 je ferais mon dernier triathlon complet, Nice, à l'époque longue distance (4/120/30). En 2000 après avoir fait le tour de quelques spécialistes du genou, le résultat est sans appel. Plus de cartilages je finirais avec des prothèses quand j'aurai l'âge bien évidemment. En attendant, le sport étant un loisir pour moi et non un métier, je prends l'option de mettre un terme à ma pratique de la course à pied. Il y avait des opérations possibles pour continuer la course, mais à terme le résultat final serait le même. Je m'investis un peu plus dans le milieu associatif et je nage beaucoup plus : compétition des Maîtres, nage en eau libre, cyclosportive et quelques triathlon en relais comme nageur. Aujourd'hui après bientôt 30 ans de pratique sportive, je reste toujours attiré par le chrono et la performance, mais avec comme premier objectif le plaisir. J'attends toujours d'avoir l'âge pour les prothèses de mes genoux. Je fais toujours des courses en eau libre, et ma pratique cycliste est de toujours essayer de suivre mes potes dans les bosses, mon point faible avec toujours un léger surpoids. Il faut dire que le jour où j'ai compris que je ne serai jamais champion du monde, j'ai arrêté les concessions d'une alimentation drastique, chose qui, dans tous les cas, a toujours été mon point faible. Je m'entraîne maintenant souvent au feeling, au plaisir et à l'envie, même si depuis 1 an je suis passé au capteur de puissance en vélo, sans pour autant délaisser mon cardio. Pas de contrainte ; s’il pleut ou trop de vent alors je ne sors pas, pareil pour ma pratique de nage en mer ; si trop de vague ou un temps trop gris alors je n'y vais pas. Je suis conscient que tout cela n'est peut-être pas la bonne méthode pour progresser, mais cela me permet de rester malgré tout motivé à pratiquer et de temps en temps me faire mal dans l'effort avec toujours du plaisir.

Pierre Gommeaux

Bonjour,
Je suis un tout jeune cycliste de bientôt…70 ans , et j’ai recommencé à faire du vélo de route il y a maintenant deux ans. Je ne suis pas un champion, je ne compte pas l’être, et je roule péniblement à 17 km/h de moyenne (de quoi faire rigoler tous les vieux qui me doublent avec leurs vélos électriques).


La première fois, c’est lorsque j’avais 16 ans, et que j’avais fait avec un « semi routier », sans aucun entraînement, le trajet Arras – La Baule en une dizaine de jours.
Et puis, il y a deux ans, après m’être fait opérer d’un genou (prothèse totale), et que j’ai voulu refaire du sport, je me suis réorienté vers le vélo, alors que je n’avais pratiqué aucun sport pendant 50 ans.
J’ai trouvé un bon Nakamura course d’occasion, et ça a pas mal fonctionné puisqu’à la fin de la saison je faisais des sorties jusqu’à 80 ou 90 km.


L’an dernier, ça a été plus dur bien sûr, mais il y a des petites routes et des gendarmes intelligents par ici. Je roule en solo, mais je n’ai jamais été ennuyé et j’ai roulé à peu près comme j’ai voulu.
Mais cette année, ça a été terrible, nettement plus difficile. Je n’ai pratiquement pas roulé de tout l’hiver, et très mollement, une ou deux fois par mois depuis. La raison ? Un tas de demi fausses raisons : froid, pluie, chaud, douleurs, fatigue. La vérité est que je n’avais pas l’ENVIE. Est-ce cette pandémie ou les mesures qui l’entourent, mais j’ai remarqué que, comme beaucoup de gens, je n’avais plus envie de rien, que chaque effort était une torture, et que tout était bon pour juste ne RIEN faire.
Alors, il y a 3 semaines, j’ai réagi, et j’ai repris des sorties bi-hebdomadaires, 50 ou 60 km, et j’essaie vraiment de m’y tenir. Je me dis que j’entretiens mon capital santé, ma forme et mon mental.
Alors, à chaque fois, un bon coup de pied aux fesses et ça repart.


Et je me rends compte que dès que j’ai quitté la maison, le plaisir revient, la liberté d’aller (presque) où je veux, à la vitesse que je veux, est toujours aussi géniale.
Samedi, je me suis fait 60 km dans les coteaux de l’Entre Deux Mers, (ça vallonne, ça vallonne par-là !) avec un vent de 25 km/h, et, bouquet final pour terminer, un « abado » pas possible avec vent de face sur les 15 derniers km.
Eh bien, vous ne pouvez pas savoir comme je suis rentré heureux. H-E-U-R-E-U-X !
Finalement il n’y a que le premier tour de pédale qui compte !

Vos meilleures astuces pour rester motivé et vous entrainer pendant le confinement

Christian TOUTÉE

Bonjour, Je m’appelle Toutée Christian, je suis retraité, j’ai 72 ans, j’ai prévu de faire le tour du Mont Blanc si on peut vue la situation actuelle… C’est vrai que parfois je me pose la question « pourquoi faire tout ça ? ». J’essaie de rouler tous les jours, je fais entre 300 et 400 kms dans la semaine ,mes stats du mois de mars : 27 sorties pour 2200 km et 13 400 m de dénivelé. J’avoue que j’ai du mal avec tout ce qui est statique, home trainer, étirement, PPG, fractionné, etc. Je me motive en me disant que c’est cela qui me maintient en bonne santé pour l’instant mais c’est parfois difficile de partir. PS : je mesure 1,73 pour 67 kg pouls au repos entre 48 et 52 puls.

Vos meilleures astuces pour rester motivé et vous entrainer pendant le confinement

Guillaume Blanc

Hello ! J'ai sur mon frigo deux images : - une carte postale (que m'a offert LeBram à l'achat d'un maillot) sur laquelle est inscrit : "Quand tu doutes, souviens toi de ce qui t'as fait commencer". - une impression d'une image Vichy IM 70.3 qui correspond à mon objectif (avec la date) Je planifie tous mes entraînements sur deux semaines. Je les vois dans mon agenda tous les jours, ils font partie intégrante de ma vie.

Vos meilleures astuces pour rester motivé et vous entrainer pendant le confinement

Quand j'ai un coup de mou, ou de fatigue, j'accepte un lâcher-prise et je replanifie. J'accepte que ce ne soit pas grave, je ne suis pas professionnel. Je fais ça pour me faire plaisir, je le fais pour moi. Les jours où je suis moins bien, je garde ce conseil de Nico quand il prend l'exemple d’André Agassi : "garde l'intensité, réduit la durée, mais reste régulier" Guillaume

Vos meilleures astuces pour rester motivé et vous entrainer pendant le confinement

Nicolas Guichard

Bonjour Nicolas, Je me suis mis au vélo à l’âge de 40 ans mais uniquement à la fin du printemps et l’été pendant mes vacances. Quand la barre des 50 ans s’est profilée en 2018, je me suis lancé comme défi de participer et surtout de finir la Marmotte Pyrénées avec ses 5600 mètres de D+. Objectif atteint en 10 heures dans le premier tiers de ma catégorie. Depuis 2018, je roule toute l’année. En 2019, j’ai participé à la Bourgocyclo qualificative aux mondiaux amateurs, et là j’ai fini dans les choux à 1h30 du premier de ma catégorie (humilité). Depuis 2018, j’ai pratiquement fait tous les grands cols alpins (Bonnette, Agnel, Izoard, Galibier, Iseran, Madeleine, Cormet de Roseland, la Loze, Glandon, Croix de Fer, Allos, des Prés, Cayolle) et les Pyrénées (Tourmalet, Ardiden, Hautacam, Aspin, Aubisque, Soulor, Portet, Ancizan, col des Tentes). Mais surtout, en 2020, une semaine de rêve à Bormio pour faire : Umbrail pass, Stelvio, Mortirolo (photo avec mon fils, le plus gros des 2 c’est moi), Gavia, Lago di Cancano, Forcola di Livigno, Eira, Foscagno. Mon plus bel été cycliste à ce jour avant la Suisse l’an prochain peut-être. L’arrivée de la Covid a été pour moi en fait un vrai déclic, j’en ai profité pour perdre 7 kg (mais plus de 10 depuis 2018) grâce au programme 4 kg en 4 semaines (en fait 7 kg en 8 semaines). La période de confinement était idéale pour cela. Plus de repas entre amis, activité pro réduite. Je m’étais inscrit à la Ventoux-Beaumes de Venise 2020, annulée. Cette année, mon inscription s’est reportée vers la Marmotte Alpes fin Juin. Mais, comme tu le dis Nico, avec mes 181 cm et mes 75 kg, je suis un flandrien et pas un grimpeur. Alors pourquoi pas tenter un jour Paris-Roubaix ? Mais c’est un peu tôt en saison pour moi. J’ai toujours mon pic de forme en été à cause du boulot. Depuis une semaine, je roule sur mon mini Tour des Flandres autour de chez moi. J’ai la chance de pouvoir enchainer des côtes de 500 m à 1 km avec des passages entre 13 et 18% sur un circuit qui peut faire jusqu’à 120 km si on le fait en aller-retour. Hier, il pleuvait, alors séance pyramidale à jeun dans mon garage sur HT. Et à midi, j’apprends avec stupeur que Roglic est venu rouler sur mes routes pour repérer le dernier CLM du Tour 2021 !!! Il est passé à 2 km de mon garage (dépité). Bref, pour moi, le confinement et la Covid ont été l’occasion de passer un véritable cap dans la pratique cyclosportive du vélo. J’adore la montagne, même si mon gabarit ne me fera jamais en être un des meilleurs. Après la Marmotte fin Juin, mon objectif est de faire partie des cinglés du Ventoux en enchainant début Août les 3 côtés d’affilée. Alors, je m’entraine pour cela. Comme j’ai perdu du poids par rapport à la même période d’il y a un an, je fais des sorties avec un petit sac à dos contenant un poids de 5 kg pour travailler la puissance (force + vélocité). Cela me semble efficace (quand je l’enlève) et plus ludique que de faire de la musculation en salle. Par contre, je n’arrive pas à travailler les séances au seuil (trop exigeantes), si vous avez des conseils, je suis preneur. Mais, j’adore les sorties très longues de plus de 150 km en plaine ou de plus de 6 heures en montagne, alors le seuil est-il nécessaire ? Voilà, vive le vélo !

Vos meilleures astuces pour rester motivé et vous entrainer pendant le confinement

François-Matthieu Cauwe

Bien cher Nicolas, Je réponds enfin à ton mail. Comment rester motivé en ces temps de covid et de météo désastreuse ? Il faut dire qu'ici - j'habite dans les premiers contreforts ardennais, au cœur du final de Liège-Bastogne-Liège - depuis plus de 10 jours nous assistons à un véritable retour d'hiver : la semaine passée nous étions pendant 3 jours avec du gel et 10 cm de neige ! Il continue à faire glacial, avec beaucoup de vent et un temps très incertain : pluie, grêle, neige fondante... Les restrictions « covid » ne nous empêchent absolument pas de sortir seul et de rouler autant que souhaité, mais pas question de sortie de groupe à plus de 4 si je ne m'abuse. Bon, personnellement, je suis donc revenu la mort dans l'âme au home-trainer en variant systématiquement les exercices : brûler du gras en petite FC, travail de force, de vélocité, intensité, EP2I, test de FC maximum et les exercices qu'il est plus facile de faire en home-trainer que sur la route rapport au problème de circulation et de sécurité (unijambiste, sprints...) et au relief tellement accidenté. Sinon je refais davantage de gainage et de renforcement musculaire. Bien à toi

Vos meilleures astuces pour rester motivé et vous entrainer pendant le confinement

Momo Lechner

Bonjour, retraitè, 67 ans, Sarthe et les Landes. Je fais quelques coursettes FSGT, série departementale et cyclo sportives. Maintenant, suite aux nouvelles restrictions, peu enclin à rouler. Si je roule, c'est parce que le gras s'accumule autour de la ceinture. Donc je pars pour 3 h environ. Entraînement préféré : force, 53x11 vent de face ou faux plat 45 tr/min environ 5 km, puis 42x23 5 km, et ceci 5 fois dans la sortie. Ou je pratique le vite/lent. Mais cela sans entrain à croire que je retourne au travail. Bonne initiative de votre part, et bon courage à tous les sportifs.

Vos meilleures astuces pour rester motivé et vous entrainer pendant le confinement

Xavier Alexandre Benoit Bérurier

Hello, Objectif : triathlons half dont celui de Tours pour l'instant maintenu... Les séances de HT de Nicolas Elzeard ont bien aidé à la motivation (ce mec est formidable et formidablement humain). Si baisse de motivation (ça arrive), je regarde autour de moi et je me dis que si on peut faire du vélo (entre autres), c'est que ça ne va pas trop mal ! Il y a aussi des rencontres qui aident bien !

Vos meilleures astuces pour rester motivé et vous entrainer pendant le confinement

Nicolas Elzeard fondateur du blog la Meilleure Cyclosportive de votre vie

Je vais te partager ici mes 3 meilleures astuces pour rester motiver et m’entrainer pendant le confinement, bien sûr je t’invite à consulter la méthode Smartraining que j’ai élaborée en 2013 en 5 étapes pour rester motivé et se dépasser, tu peux t’inscrire gratuitement ici pour la recevoir : https://coach.lameilleurecyclosportivedevotrevie.com/optin-bonus-motivation En 30 ans de sport de compétition et 20 ans de pratique de la préparation mentale, s’il y a une chose que j’ai compris c’est de mettre le plaisir au cœur de ma pratique, bien avant le résultat. Le seul pouvoir que nous avons sur un résultat est celui de créer les conditions pour qu’il arrive. Que je recherche à améliorer mon temps, finir un défi ou faire une place, je focalise mon attention sur la préparation, ensuite il arrive ce qu’il arrive. Cet état d’esprit me permet d’être relâché le jour J et le relâchement est la clé du succès des plus grands champions. Quand je regarde Usain Bolt courir, Roger Federer jouer au tennis ou Mickael Phelps nager, le relâchement est ce qui saute aux yeux. Pour réussir cela ils concentrent leur attention sur leur préparation et le plaisir de pratiquer leur sport. Pendant le confinement, j’ai pu retrouver l’envie de me dépasser par la variété des séances, il n’y a rien de plus démotivant que de faire toujours les mêmes séances, les même parcours, les même jours. Ce que j’adore c’est chercher, étudier de nouvelles approches de l’entrainement, tester de nouvelles structures de séances. « Comment je vais encaisser cette nouvelle série à 90% de la PMA ? » « Est-ce que vais être capable d’enchainer les 24 répétitions ? », etc… J’essaie actuellement une méthode d’entrainement par intervalle pour améliorer la puissance que je suis capable de soutenir sur de longues sorties, c’est passionnant ! Ce genre de challenge m’excite, me donne le goût de monter sur mon vélo quel que soit le temps ou ma motivation. Ma deuxième astuce quand je manque de motivation pour m’entrainer ou pour me dépasser lors d’une séance difficile est très simple mais redoutablement efficace. J’appelle mes potes et leur demande ce qu’ils font le lendemain : Lionel, Dominique, Bernard, Stéphane ou Romain, parfois Marco, Benjamin ou Brice… Selon mes envies, la saison ou le niveau que je recherche, je les appelle. Si je ne suis pas motivé à m’entrainer, je leur demande simplement s’ils ont envie de rouler. Si j’ai une séance d’entrainement difficile, je vais sélectionner ceux qui sont plus forts que moi et leur demande s’ils sont dispo. Je suis capable d’aller beaucoup plus loin avec un camarade qui fait le « lièvre » que seul, et en plus je passe un bien meilleur moment. J’en profite pour les remercier ici. Enfin, lors de périodes plus chargées, il m’arrive d’avoir du mal à démarrer : la fatigue, les douleurs musculaires, la météo et des obligations professionnelles arrivent en escadrilles comme pour m’empêcher de réaliser ma séance du jour. Cela provoque chez moi une inspiration débordante de bonnes idées afin de trouver de bonnes excuses. Il est important aussi de distinguer flemme et vraie fatigue, voire surentrainement qui risquerait de me blesser. Alors voici mon astuce quand je suis fatigué. 1- Si j’ai programmé une séance, je fais au minimum l’effort de m’habiller, quitte à ne pas aller plus loin si l’envie ne vient pas 2- Si j’ai passé l’étape 1, je commence l’échauffement. Normalement les douleurs musculaires doivent s’évaporer, sinon c’est le signe que mon corps est épuisé et que je dois me reposer. Dans ce cas-là, j’arrête et me prends au minimum une journée ou deux de repos total. 3- Dans la plupart des cas, après m’être habillé et m’être échauffé, je ressens l’envie de rouler et même de me dépasser avec plaisir, alors j’effectue ma séance comme prévu. Cette méthode est infaillible pour arbitrer équitablement entre une saine fatigue et une grosse flemme, elle me permet de m’entrainer régulièrement sans risque de me blesser. Voilà, j’espère que mes astuces t’ont plu, maintenant à toi de continuer cet article en nous partageant les tiennes dans les commentaires

Capture d’écran 2021-04-28 à 06.43.09

Articles relatives

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents

12 Exercices pour Retrouver la Forme Rapidement

Laissez moi le prénom et l’adresse où vous souhaitez recevoir les 3 vidéos gratuites + le Plan abdos en béton, juste en dessous:

5 étapes pour rester motiver quand on manque de temps !

Inscrivez-vous et recevez gratuitement 5 vidéos de motivation pour les cyclistes

5 étapes pour rester motiver quand on manque de temps !

Inscrivez-vous et recevez gratuitement 5 vidéos de motivation pour les cyclistes