La cyclo Risoul Queyras un joyau de plaisir

La cyclo Risoul Queyras un joyau de plaisir

Risoul Queyras 2013 par le lac de serre ponconJe me suis finalement inscrit à la Risoul-Queyras cette magnifique cyclo près de chez moi. Bien qu’elle ne fasse pas partie de mes objectifs de l’année, elle me permet de me préparer pour les bosses du 13 en septembre. Je reste un peu frustré de mon étape du tour, car j’ai eu l’impression de super bien marcher jusqu’au pied de Semnoz et d’exploser littéralement par manque de distance pour réaliser au final un temps très moyen. La revanche est une source de motivation 😉

Je monte donc la veille récupérer mon dossard, ceux de quelques amis et pour faire l’interview avec Jean Pascal Roux. La chaleur est déjà étouffante, je croise Bernard Assaud l’organisateur, qui me semble un peu tendu, normal, plus de 800 participants (record battu, alors que depuis le début de l’année toutes les cyclos font du -20%) « Vas y Bernard ».

Bernard Assaud au depart de la risoul queyras 2013
Bernard à droite

Je comprendrai plus tard que je suis à l’origine de sa nervosité toujours souriante et conviviale de la part de Bernard. En effet mon article sur le préparateur de le FDJ.fr n’a pas fait plaisir à son ami Philippe Lesage, le Boss de Vélo101.com. Ouille j’ai fait une C… Heureusement Philippe a fait le déplacement et j’en profite pour en parler avec lui. Ce gentleman est un mec intelligent et même s’il m’exprime son sentiment, il sait que c’est le « jeu » du web et que mes arguments sont fondés. Nous repartons dans un échange de sourire entre passionnés.

 

Le matin du départ je sens que j’ai des super jambes en me levant. Elles sont légères et sans douleur à la contraction. Malheureusement je dois donner les dossards à mes amis et je n’ai pas le temps de m’échauffer. A 43 ans, pour un coach c’est un comble, non ? C’est comme ça il faut faire avec les impondérables. Je me suis inscrit sur le petit parcours de 65 kilomètres pour courir avec deux amis, une de mes coachées et pour faire du rythme. Sur la ligne je tombe sur un autre ami qui je sais a un passé de bon cycliste. Quand le départ est donné je prends sa roue.

 

Il passe tout sur le grand plateau y compris la côte de Guillestre à plus de 10%, mon cœur monte rapidement au dessus de 160 puls, mais les jambes sont nickel. Dans les faux plats des gorges du Guil je me sens super bien, nous sommes derrière le groupe de tête et çà roule à 40 km/h vent de face !!! je prends quelques relais pour me tester, mais je vois qu’il y en a deux ou trois qui sont très costauds, alors je retourne à l’arrière.

 

Au rond point de Ville Vielle, les gars du moyen parcours tournent à droite et là… il n’y a plus personne je me retrouve seul avec mon ami. On temporise un peu pour voir si un groupe arrive. Nous devons refaire les Gorges du Guil dans l’autre sens, faux plat descendant cette fois avec un vent légèrement favorable. Même si nous rattrapons un ou deux cyclistes personne  n’arrive à nous suivre à plus de 50 km/h. Mes puls ne sont qu’a 148 , je récupère un peu sur cette partie qui est mon pain blanc. Nous apercevons même le groupe de tête une ou deux minutes devant sur une longue ligne droite, ils sont une douzaine à rouler, impossible de les rattraper sans se griller pour la dernière ascension.

 

Nous arrivons à Guillestre, à un rond point les voitures bouchent tout, les bénévoles s’agitent pour libérer le passage, on passe entre les voitures à fond pour prendre à gauche le début de l’ascension qui attaque brusquement. On passe du gros plateau à la moulinette en un instant, la circulation de la ville disparaît, au loin on entend les bénévoles s’époumoner, tout redevient calme comme pour nous permettre de nous concentrer sur nos sensations dans ce moment crucial où nous allons savoir si nous avons les jambes ou pas ?

Rapidement je vois que je mouline  bien, j’ai un bon tempo, je monte les premières pentes à plus de 15 km/h pour mes 89 kilos c’est pas mal. Une spectatrice nous dit « c’est bien là la course ? » … C’est en arrivant à l’embranchement de Risoul village à 11 kilomètres de l’arrivée que nous comprenons que nous avons coupé. Nous nous retrouvons en tête. Le parcours redescendait jusqu’à Intermarché pour remonter par « la petite route ». Logique quand on y pense car Bernard organise un chronométrage de la montée de Risoul pour tous les parcours. Comment faire ? Redescendre ? On décide de lever le pied jusqu’à ce que le premier groupe passe nous étions juste derrière eux, et puis on verra. Il ne nous faudra pas attendre longtemps, il sont juste là.

 

Ils passent assez vite mais nous sentons que nous pourrions les suivre, d’ailleurs c’est ce que fait Franck. Pour ma par je leur laisse prendre un peu de distance pour retrouver mon rythme. Tant que la pente est entre 5 et 6% je suis le tempo. Je rattrape même quelques lâchés du groupe de tête, yes !

 

La chaleur devient pesante, et comme j’ai passé de l’eau à mon ami qui n’avait qu’un bidon, cela devient plus dur quand le pourcentage augmente. Il y a 3 kilomètres à 8% de pente. Je sens que je coince un peu. Je me suis acheté un tube booster à la caféine pour voir. Impressionnant ! moins d’une minute plus tard je retrouve ma vélocité. Je finis ma course avec le vingtième en 2 h 23’ mais je serais logiquement déclassé à l’arrivée. Dommage, mais j’ai passé une super matinée.

 

IMG_3501Après l’arrivée une petite collation très sympa nous attend. Nous nous changeons et nous douchons dans les douches de la piscine municipale mise à disposition et enfin, le repas d’après course est pris dans les restaurants de la station. Qui propose mieux aujourd’hui ? Même pas ASO lors de l’étape du tour.

 

Podium risoul queyras 2013La remise des prix est super conviviale avec de très nombreux lots en tirage au sort et pour les podiums des prix comme des roues, des séjours, du matériel haut de gamme. Tous les podiums sont mis en avant quelle que soit la catégorie d’âge ou le sexe. Un grand coup de chapeau au vainqueur du petit parcours REIFLER ARNOLD qui n’a que 16 ans. Je suis allé rouler en début d’été avec lui et j’ai trouvé que sur le plat (mon point fort) il envoyait du lourd alors qu’il est gros comme un fils de fer. Je comprend mieux maintenant.

 

Vous l’avez compris ce n’est pas que par chauvinisme haut alpin que je vous recommande la Risoul Queyras mais bien pour la qualité et la convivialité de l’organisation, les paysages magnifiques, des parcours sélectifs mais humains et un climat exceptionnel.

 

Et vous quels sont les critères importants pour une cyclo ? Laissez-moi vos commentaires ci dessous.

Articles relatifs

Nouveau Look

Le blog fait peau neuve pour répondre aux nouvelles exigences...

Mon entrainement vélo. Semaine 4 : Je récupère un peu

La semaine 3 a été très chargée avec 6 jours...

Mon défi 2013 : Réussir l’étape du tour et les bosses du 13, tout en maintenant mon équilibre de vie

Bonjour. Je m’appelle Nicolas Elzéard, j’ai 43 ans, je pèse...

Commentaires (5)

Huertas

Bonjour tout d abord bravo et merci pour votre site , pour moi dans une cyclo le plus important c le denivele (j’adore grimper )et l organisation
Sportivement

MARTI83

Salut Nicolas,
Pour ma part,ce que je regarde avant tout c’est la richesse des parcours proposées.L’organisation est très importantes également privilégier la sécurité des coureurs.
Purement vélo j’affectionne tout particulièrement les bosses,et plus particulièrement les cols.
Ce qui me gêne un peu dans ce genre d’épreuve,ce sont les écarts gigantesques que l’on retrouvent à l’arrivée.Certes nous ne sommes évidemment pas tous de mêmes niveaux mais lorsque je vois des moyennes horaires de+ de 39.5 km/h sur certains parcours à fort dénivelé je pense que ces coureurs ne sont pas à leurs places.
Allez à très bientôt sur les bosses du 13 en espérant croiser ton chemin.

Patrice

    Nicolas Elzeard

    Merci Patrice!

    Tu as raison, mais il existe des randos comme les 3 cols à Barcelonette où tu retrouve le pure esprit cyclo. Pas de classement, pas de chrono, juste des ravitaillements et un plateau conviviale à la fin. l’état d’esprit n’a rien à voir, j’adore la gentillesse et l’entraide entre cycliste et organisateur.

    Et j’avoue que de temps en temps j’aime me comparer aux meilleurs et c’est bien d’avoir le choix. Vive la diversité et le choix :-D.
    Et surtout l’ouverture d’esprit

Cyril

Nicolas,
Avant tout j’en profite pour te remercier pour le tirage au sort des incriptions que tu avais organisé pour cette « RIsoul » ! J’ai eu la chance de gagner mais malheureusement je rentrais juste en vacances le dimanche de la cylo. j’espère que tu as trouvé preneur pour tes dossards…
Pour revenir au sujet : pour moi le plus important est le parcours (paysage) et la convivialité créée par l’organisateur (avant, pendant et après la course).

    Cyril

    Donc apparemment la risoul correspond à mes critères…
    Peut etre l’année prochaine !

Ajouter un commentaire