Le jeûne intermittent est-il bon pour les cyclistes ?

Le jeûne intermittent est-il bon pour les cyclistes ?

Quels sont les bénéfices pour un cycliste de faire un jeûne intermittent ? Quelles sont les précautions et les astuces que je vous conseille pour en tirer le maximum ? De récentes études poussées sur la question du jeûne ont montré que les jeûnes de 16 à 24 heures sont plus bénéfiques et moins risqués que ceux sur 3 à 7 jours.

Transcription de la vidéo :

Bienvenue sur le blog des cyclistes qui se bougent !
Bonjour les amis, bienvenue sur la chaîne des cyclistes qui se bougent, le blog La Meilleure Cyclosportive de votre vie.

Aujourd’hui, je réponds à une question qu’on m’a posée sur YouTube, sur : le jeûne intermittent est-il bon pour les cyclistes ?

C’est une excellente question. On en entend de plus en plus parler, de fasting, de jeûne, jeûne intermittent. Mais qu’est-ce que c’est que tout ce bazar ?!

Le jeûne, qu’est-ce que c’est ?

Alors, très rapidement, le jeûne c’est une période pendant laquelle on ne mange pas ; donc on pratique tous le jeûne à peu près 3 ou 4 heures par jour. Bon, très bien, mais ça, il n’y a pas d’effets particuliers qui ont été mesurés comme étant particulièrement bons.
Par contre, de nombreuses études ont montré les bénéfices du jeûne, de manière générale. Donc, en général, on considérait ça comme un jeûne de 24 heures, ou 3 jours, ou 8 jours.

Ses bénéfices

Quels sont les bénéfices de ce type de pratique, déjà. Eh bien, d’abord une fonte de gras. Quand c’est pratiqué régulièrement et de la bonne façon, on perd du gras. Pourquoi ? Eh bien, tout simplement parce qu’on met son organisme en mode “brûleur de graisse”. Comme il n’y a plus de sucres, l’organisme va chercher de l’énergie pour faire fonctionner les muscles, les organes, le cerveau, et cette énergie il va la trouver où ? Dans les graisses.

Sachez que même quelqu’un qui a 10 % de masse graisseuse, donc qui est très fit, a à peu près 60 à 70 000 calories disponibles si son corps sait brûler les graisses. Et notre corps sait brûler les graisses, depuis la nuit des temps. L’homme des cavernes, comme je le dis souvent, il n’avait pas de céréales cornflakes le matin en se levant, donc il savait fonctionner un jour, deux jours en mode brûleur de graisse, c’est la seule énergie qu’il avait de disponible. Donc notre corps sait fonctionner comme ça, il faut lui réapprendre et ça c’est intéressant.

À partir de là, il brûle des graisses profondes, celles qu’on a autour des organes, du cœur, des viscères… qui sont très mauvaises pour la santé, et aussi pour notre performance. Et quand on est en jeûne, la première énergie qu’il va aller prendre, c’est celle-là, c’est les graisses profondes qu’on a du mal à éliminer, et les graisses qu’on a autour des poignées d’amour, ou sur le bidou, même quand on est fit, des fois partout, les bras, les jambes, etc., mais on a du gras autour des jambes… heu, autour du ventre, ou, je veux dire, pour les filles, la culotte de cheval qu’on n’arrive pas à perdre en faisant tout ce qu’on veut, eh bien, en faisant le jeûne, on va aller puiser dans ces graisses qui sont mal irriguées, mais quand on est en période de jeûne, on va aller les déstocker en priorité. Donc c’est bénéfique pour s’affûter.

Et pour les sportifs ?

Pour les sportifs, c’est d’autant plus bénéfique que quand on met son organisme en mode brûleur de graisse, les cyclistes, c’est exactement ce dont ils ont besoin quand on fait un effort d’endurance. Le sucre, on en a besoin pour de accélérations, monter un col, des choses comme ça, mais on ne peut pas bouffer du sucre et fonctionner en mode sucre sur toute une course de 2 ou 3 heures, 7 heures et j’en passe.
On doit apprendre à être le plus performant en étant en lipolyse, en utilisant de la graisse.

Et donc, le jeûne est un magnifique moyen d’entraîner son corps par des entraînements à jeun, mais aussi, les jours de repos, pourquoi pas faire un jeûne qui nous permettra de brûler des graisses.

Troisième bénéfice qui est très intéressant, c’est que quand on fait un jeûne de plusieurs heures, on met l’organisme au repos, et plus particulièrement le tube digestif, le système digestif est au repos. Et quand il est au repos, qu’est-ce qu’il fait ? Eh bien, il ne fait pas rien. Voilà. Au bout de quelques heures, il va se mettre à éliminer. Vous savez, un effet détox, mais qui coûte pas un rond, pas besoin d’acheter des ampoules, du thé au machin, etc. C’est un effet détox qui est très efficace, très puissant. Le jeûne est reconnu comme étant un des moyens de détoxifier l’organisme du gras qui est le plus efficace et le plus puissant, parce que justement, nos organes étant au repos, ils vont se mettre à détoxiner.

Et ça, c’est d’autant plus intéressant que quand on perd du gras, on élimine des toxines : les lipotoxines. Et donc, souvent c’est un peu un cercle vicieux, là le jeûne permet de se remettre dans un cercle vertueux qui est : quand on élimine du gras, on élimine des toxines, mais comme on est à jeun, le corps va éliminer ces toxines.

Et puis, pas que ces toxines-là, les toxines dues à l’entraînement, dues au stress – vous savez, le stress oxydatif, etc. –, donc le jeûne, c’est très bon aussi pour éliminer et nettoyer son organisme, et mieux récupérer.

Enfin, et ce n’est pas négligeable, quand vous mettez votre système digestif au repos, eh bien, vous n’avez pas ce qu’on appelle la fatigue digestive. C’est jusqu’à 40 % de notre métabolisme de base, de notre énergie de base. Donc ce n’est pas négligeable. C’est pour ça qu’après manger, souvent on a un coup de barre. L’organisme met toute son énergie pour la digestion et donc a un coup de barre. Là, on l’a moins. Ce qui fait que, de manière très surprenante, quand on fait un jeûne, rapidement on sent un effet de plus de pep, plus d’énergie.

Les précautions à prendre

Alors, quelques précautions, maintenant, pour pratiquer le jeûne intermittent, parce qu’il faut l’essayer.

La première précaution c’est : ne soyez pas extrémistes, soyez progressifs. Ça veut dire que, déjà, si vous faites un jeûne de 10 heures, si vous faites un jeûne de 14 heures, c’est déjà pas mal. Et puis, si vous le faites une fois par semaine, eh bien, c’est super, déjà.
Et puis vous monterez progressivement à 2, 3, 4 et puis aujourd’hui, personnellement, je fais 4, 5, 6 jours de jeûne par semaine. Je me garde toujours une journée où je déjeune en famille, et puis j’aime ça, donc ça, c’est le premier conseil que je vous donne : être progressif.

Deuxième conseil, si vous êtes du matin, eh bien, pratiquez un jeûne où, par exemple, vous arrêtez de manger à 16 heures et vous pourrez remanger à 8 heures du matin (ou 15 heures/7 heures). OK. Parce que vous aimez le petit déjeuner.
Encore une fois, l’idée n’est pas d’être restrictif et de se faire violence.
Donc, si j’arrête de manger à 16 heures, je recommence le matin à 8 heures. Si j’arrête de manger le soir à 20 heures, par exemple, je recommence le lendemain à midi.
C’est très cool comme ça. Je m’adapte, je prends le temps d’organiser les choses.

Troisième chose, je l’ai dit : ne soyez pas restrictif. C’est-à-dire dans la fenêtre de 8 heures où vous pouvez manger, vous devez manger vos 2 000 calories. Plus si vous avez fait du sport. Ne soyez pas dans la démarche “je bouffe des calories comme ça je maigris rapidement et je ne tiens pas dans le temps”.

Quatrième conseil, justement, c’est : ne vous attendez pas à des résultats immédiats. Vous allez avoir des résultats, plus d’énergie, perdre du gras, etc., mais l’idée, c’est d’adopter un nouveau style de vie et donc d’avoir des résultats sur le long terme. C’est pas le truc “allez, bim bam booum, à la mode, je le fais, bam et je perds du gras”. On ne va pas se mentir, moi, en période d’affûtage, je vais pratiquer peut-être un jeûne intermittent 6 jours par semaine sur deux ou trois semaines, ça va me permettre vraiment d’être fit, mais ça, je le tiens deux ou trois semaines avant les objectifs. Le reste de l’année, c’est trois, quatre, cinq fois par semaine. Parce que j’ai l’habitude, mais au départ, j’ai mis peut-être six mois à en arriver là en faisant chaque semaine, ou chaque mois j’augmentais d’un jour pour que ce soit cool. C’est hyper hyper important, c’est un style de vie, ce n’est pas un régime à la mode.

Je ne sais plus où j’en suis dans le nombre des précautions, mais très clairement, votre repas de reprise du jeûne, ça doit être un bon repas équilibré. Après, je dirais, vous pouvez un peu manger… faire des écarts, il n’y a pas de problème. Et je dirais même que dans la fenêtre de 8 heures, vous pouvez plus faire des écarts. Quand je sais que je vais avoir un gros repas dans la soirée, je suis invité ou… eh bien, je me fais un petit jeûne juste avant ou juste après, ça rééquilibre un peu les choses, et je mets mon gros repas dans la fenêtre de bouffe et vous allez voir que vous n’allez rien prendre.
Mais pour le repas de reprise, essayez de faire un bon repas équilibré, avec des fruits, des légumes, des protéines. Si vous avez fait du sport, prenez des féculents, si vous n’en avez pas fait, eh bien, prenez-en moins, voilà. Mangez du gras, c’est très bon, il n’y a pas de problème. Alors, si vous mangez du gras, vous diminuez le sucre, si vous ne mangez pas de gras, vous pouvez augmenter un peu le sucre. Vous voyez, c’est un équilibre à avoir.
Moi, ça, ce sont des choses, me semble-t-il, hyper intéressantes.

Le point numéro six, je crois, qui est très important : quand on fait un jeûne, on boit beaucoup. Buvez beaucoup. C’est-à-dire, moi, le matin, quand je ne reprends à manger qu’à midi, le matin quand je me lève, je prends deux grands verres d’eau un peu tiède, s’il le faut avec un jus de citron, c’est pas mal, ou avec un peu d’apports en minéraux, de la spiruline, par exemple, etc., ça, c’est OK, on peut en prendre. Et après, dans le reste de la matinée, je vais beaucoup boire et je sens que j’aide mon corps à encore mieux éliminer.

Voilà pour ces quelques éléments. C’est le début de cette session sur le fasting, les jeûnes intermittents. Moi, vraiment, là, je l’applique avec application – ouais, ouais, avec application on va dire – depuis 5-6 mois, mais comme je vous l’ai dit de manière très progressive. Vraiment, depuis deux mois je suis à 5-6 jeûnes par semaine, intermittents, et ça me va très bien. Il faut savoir que le jeûne intermittent, c’est quand même plus efficace, on perd plus de poids et on a moins de fatigue, on a moins de carences, on a moins de fonte musculaire que des jeûnes de 24 heures, 3 ou 8 jours. Et, franchement, c’est moins restrictif.

C’est efficace, pour les cyclistes, parce que ça leur apprend à fonctionner en mode brûleur de graisse et donc à être plus performants en mode de fonctionnement en endurance. Donc, est-ce que je conseille le fasting ou jeûne intermittent pour les cyclistes ? Oui ! Je vous conseille de l’essayer, et puis, comme d’habitude, juste en dessous, dans les commentaires, si vous avez déjà essayé, donnez-moi vos commentaires tout de suite, si vous n’avez pas essayé, essayez-le, vous revenez soit sur YouTube soit sur le blog, et dans les commentaires juste en dessous vous me donnez votre avis.
Et puis, si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas, juste en dessous.

Comme d’habitude, si vous avez aimé cette vidéo, vous cliquez sur “j’aime” et vous la partagez, vous twittez et surtout, vous commentez. Et puis, si vous êtes là pour la première fois, hop ! on s’abonne sur les différentes vignettes qui apparaissent ici et là pour recevoir un bonus gratuit et, chaque semaine, dans votre boîte mail, les meilleurs conseils de La Meilleure Cyclosportive de votre vie. Allez, les gars, comme d’habitude, à vous de jouer !

Articles relatifs

Ce secret méconnu de nutrition pour mieux récupérer

Peu de gens savent que la récupération comprend 2 phases...

Webinaire « Les 4 meilleures astuces pour perdre du poids »

Vous étiez 93 inscrits à vouloir suivre la conférence par...

Perdre du poids grace à votre groupe sanguin

Je me suis souvent posé la question « pourquoi telle personne...

Ajouter un commentaire